Bienvenue au village de Moulins !


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 de la meute de loups... de la mort de Mr Verryan [RP]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
irmine

avatar

Nombre de messages : 596
Age : 36
Date d'inscription : 15/05/2006

MessageSujet: de la meute de loups... de la mort de Mr Verryan [RP]   Sam 7 Oct - 18:58

Depuis plusieurs jours, des hurlements de loup venant des bois retentissaient dans tout Moulins. Ces aboiements avaient quelque chose de crève coeur, mais au fil des jours, ce désespoir se transforma en nervosité. On ressentait que les auteurs avaient de plus en plus faim. L'hiver ayant frappé tôt cette année, la nourriture s'était fait rapidement rare dans les montagnes alentours.

********

Je te dis qu'il faut se méfier de ses loups, rien qu'à leur hurlement, on sent leur nervosité dit Mr Verryan. J'habite depuis longtemps dans cette forêt, et ces aboiements sont différents des habituels...

Mr Verryan essayait de convaincre son ami le lieutenant de police d'agir ou tout du mois, de le signaler aux habitants.



Willen marchait avec Mr Verryan non loin de la cabane de ce dernier. Il manifestait beaucoup d'inquiétude à propos de loups dans le forêt... il était vrai que c'était étonnnant à cette époque-ci de l'année.

Oui... peut-être se passe-t-il des choses en forêt, pour qu'ils s'approchent autant.
Pour les Moulinois, à priori il n'y a aucun danger : souviens-toi, l'année dernière, les loups n'avaient croqué que quelques vaches et cochons, mais n'avait fait aucun mort parmi les habitants.

Cependant, s'ils sont nombreux, on pourrait s'inquiéter...


[Don Vasco]
Les loups, les loups,
il y en a toujours eu dans les collines, ça n'a rien de nouveau Verryan...

De toute façon, je ne suis pas en état d'aller voir, mon dos em fait trop mal,
disons qu'une reconnaissance est peut-être utile,
mais bon soyez prudent,
le loup est un animal craintif, sauf quand il est affamé.



Willen et Mr Verryan étaient arrivés à la limite est de Moulins, près de la rivière encore poissonneuse en ce début d'automne déjà froid.
Don Vasco, sortant d'une des rues se joignit à eux.


Messire Comte, bien le bonjour.

Il est vrai qu'une petite reconnaissance serait avisée... histoire de savoir s'ils hurlent à cause de leur faim ou d'autre chose, et de connaître avec précision le nombre d'individus que compte la meute.

Il se tourna vers Mr Verryan.

Qu'en dis-tu ? J'ai tout mon temps aujourd'hui, aucun esclavagiste n'a fait des siennes à la mairie et pas de bagarres à la taverne, je suis donc disponible.

Bonjour mon ami,

C'est une très bonne idée !

Mr Verryan se retourna vers Willen et répondit :

J'ai aussi tout mon temps !

J'imagine que tu ne veux pas venir Don Vasco...

On se rejoint d'ici un quart d'heure devant chez moi.

Chaqu'un partit dans une direction, après que les deux jeunes hommes aient salué le Comte.


Tanghar, revenant justement de la forêt avec un fagot de bois mort afin de préparer sa petite cabane au rude hiver qui les attendais, tendit l'oreille aux propos du vénérable Don Vasco...

-Si vous devez organiser quoi que ce soit, je suis votre homme.
Et en attendant je propose que l'on impose quelques règles de sécurités comme enfermer le bétail tout les soirs dans les étables solidement fermés (les bêtes affolées par les loups rôdant aux alentours ne doivent pas pouvoir sortir), ou que les femmes et les enfants ne s'aventurent pas seul dans les bois, même durant la journée. Si nous faisons tous attention, les loups ne devraient pas nous causer trop de tort.
Au cas ou ils s'enhardirais, nous pourrions toujours organiser une battue...


Que pourrai faire un homme de mon âge, à part vous ralentir ?
Partez donc sans moi, vous me tiendrez au courant de ce qu'il en est de cette histoire loup,
je pense qu'il n'y a rien à crainde,
mais soyez quand même prudent.


Nous essaierons...

Saluant Tanghar :

C'est avec joie que nous acceptons votre aide messire. Même s'il reste quelques semaines avant qu'ils s'aventurent vraiment dans le village-lui-même, il serait effectivement avisé d'avertir la population des mesures à prendre.

Si vous êtes des nôtres pour le repérage de tout à l'heure, je vous conseille d'emporter un coutelas ou une dague, on ne sait jamais... si vous disposez d'une épée, ne vous en encombrez pas : cela nous ralentirait si nous avions à courir, bien que j'espère que nous n'aurons pas à fuir. Un loup court beaucoup plus vite qu'un homme...

Il se tourna vers Don Vasco, avec un sourire en coin.

Vous avancez l'argument de votre âge messire Comte ; je préfère penser que de toute façon, une personne de votre rang n'a pas à partir ainsi à l'aventure dans la forêt.


Mon rang, mon rang ...
je suis vieux voila tout,
enfin la flatterie apaise légérment l'amertume de ne pouvoir suivre de fringuant jeunes hommes comme vous.

Bonne route

Quelques minutes plutard, Willen et Tanghar arrivèrent devant chez Mr Verryan. Celui-ci les attendait assis sur un banc de son jardin.

Je vois que tu as trouvé un homme pour nous aider s'adressant à Willen.

Puis il se retourne et salut Tanghar :


Bonjour messire,
Je suis heureux que Willen nous ait trouvé un compagnon ! Cette histoire me fait froid dans le dos, et plus on sera, mieux ce sera !

S'adressant au deux jeunes hommes :

Vous êtes tous les deux bien armés, et surtout bien protegés ?


Willen répondit à Mr Verryan, amusé :

Eh mon ami, nous n'allons point faire la guerre, mais compter de loin les quelques loups qui nous menaceraient éventuellement !

Il sortit de son fourreau une dague des plus ordinaires.

A part ceci, je n'ai rien comme armement ; je suis passé en vitesse à la caserne de la garnison moulinoise pour emprunter une armure légère de cuir, que j'ai revêtue sous mon gilet.

Allons-y donc. Messire Tanghar, vous confirmez votre participation à cette... "excursion" ?


Lucky qui avait entendu parlé d'une histoire de loups sentait un danger.

Il alla donc immédiatement avertir sa femme de son départ, prendre deux couteaux de tailles différentes et monta à cheval...

Après une dur journée de route, il arriva au village de Moulins. D'un air épuisé il descendit de son cheval et s'aperçu qu'il se trouvait juste devant la maison de son ami Verryan.
Il vit trois hommes dont Verryan,Willen et une autre personne qu'il ne connaissait pas!
Il s'approcha d'eux et les salua :

Bonsoir mes amis, je viens pour vous prêter main forte si besoin s'en fait sentir !
Comment-allez vous ?
Depuis le temps....


Mr Verryan remarqua l'air du lieutenant de police.

Cela t'amuse peut-être mais je suis vraiment inquiet...

Il ne trouva aucun argument à ajouter et se sentit bête. Il rajouta après un temps d'hésitation :

Moi j'ai pris ma dague, mon arc et une armure en cuir.

L'arrivée de Lucky mis fin à la conversation.

Bonjour mon ami,
Je vais assez bien même si cette histoire me contrarit.
Et toi, comment vas tu ? Arutha va bien ?


L'histoire des loups il faut m'expliquer ce qui se passe dans ses montagnes
En tout cas cela à l'air de vraiment t'affolé...ne t'inquiète pas on a rien a craindre. On est plusieurs et armés donc ne t'en fais pas

Lucky sortit ses deux couteaux et les montra a Verryan.
Puis il lui demanda :


Quand est-ce qu'est prévu le départ ?
Nous dormons içi cette nuit ?
Mon cheval, j'en fais quoi ?


phen arive devant la maison de verryan il a entendu des rumeur sur une histoire de loup et voudrais voir ce qu'il en retourne

bonjour comment aller vous?


c ici que il va y avoir une excursion pour aller voir les loups ?

je peut participer ? phen sort une grande dague, son arc et son beau carquoi remplie de fleches

je suis pret pour l'excursion


Tanghar revint de chez lui, ayant déposé le bois et s'étant équipé du mieux qu'il pu, ce qui se résumait pour l'occasion à un long couteau de chasse récemment affûté et à une chemise en lin assez épaisse, qui le protégerai plus du froid et des ronces que des morsures de canidés...
Arrivant au lieu de rassemblement, il salua les nouveaux venu, et se présenta à ceux qui ne le connaissaient pas encore :

-Bonsoir à tous. Je me prénomme Tanghar, et je me suis récemment installé à Moulins... Mais je vois qu'il commence à y avoir pas mal de volontaires pour cette excursion...

Tanghar pris Mr. Verryan à pars, et lui chuchota :

-Nous commençons à être un peu nombreux, nous ne verrons aucun loup en nous deplaçant en si grand nombre, ils nous entendraient et nous sentiraient venir bien avant que nous puissions seulement remarquer leur présence...
Mais nous pourrions peut-être exploiter ce nombre en formant plusieurs groupes, ce qui augmenterait d'autant nos chance de les trouver... qu'en pensez-vous?
_________________
Après avoir salué Luckyluck, Willen répondit à Tanghar qu'il avait entendu malgré son chuchot :

C'est une excellente idée !

Voici ce que je propose : moi, Verryan et vous allons passer directement par les bois, tandis que Luckyluck et Phenixo longeront la rivière. Ainsi, qu'ils s'abreuvent ou qu'ils dévorent une proie, nous serons presque obligés de tomber sur eux.

Se tournant vers le reste du groupe :

Cela vous va-t-il ?


Tanghar sourit en se tournant vers Willen :

-Cela me convient, mais soyons tous prudent, je ne tiens guère à me faire courser par une meute affamée!
J'ai quelques connaissances en pistage, du temps ou nous braconn...hum nous allions dans les bois avec mon frêre...cela pourrai nous servir.
oh, et puis vous pouvez me tutoyer Willen


Lucky revint le lendemain au point de rendez-vous.
Il s'était égallement équipé de ces deux couteaux.


Il rejoignit les autres et salua Phenixo.

Alors Phenixo et moi devons longer la rivière ??
On va les massacrer ces ptits loups A moins que ce ne soit le contraire Nooooooooooon on va vaincre

Mr Verryan se leva de son banc, et acquieça d'un signe du visage.

Bonne chance Lucky et Phenixo !

On se retrouve ici dans quelques heures.

Les deux hommes s'éloignèrent pendant que Mr Verryan lacha un pigeon auquel avait été accroché une rose, et un petit mot.

On y va !

Les trois hommes s'enfoncèrent dans les bois, Tanghar le premier qui était chargé de pister les loups.
_________________

Prenant la tête de la petite compagnie, Tanghar espéra se montrer à la hauteur, car cela faisait longtemps qu'il n'avait pas suivi les traces des bêtes de la forêts. Mais peu à peu les réflexes revinrent.
Ils marchaient d'un pas vif, s'enfonçant plus profondément dans les entrailles de la foret, l'air vif les piquants tout autant que les ronces.
Au bout d'une heure de marche, il remarqua des branches brisées.


-Regardez, dit-il à ses compagnons tout en désignant la marque, les branches ont été rompu récemment, je dirai une ou deux heures tout au plus. L'oeuvre d'un sanglier je pense, comme quoi il reste encore du gibier que les loups n'ont pas eu... mais pour combien de temps encore?
_________________
phen qui marchait le long de la riviere ne parlait pas avec lucky au cas ou il y aurait des loup dans les parages

Les trois hommes progréssaient péniblement dans la forêt. Tanghar montrait chaque indice à ses coéquipiers. Il donnait une impression de faciliter qui décourageait Willen et Verryan.

Après quelques kilomètres de pistage, ils apperçuvent enfin la meute. Tanghar fit un geste expliquant la dangerosité de l'approche. Mr Verryan n'était pas dans son assiette, pourtant lui qui n'était pas peureux, sentait qu'il allait se passer quelque chose...

_________________

[i]Phenixo est Lucky avait progréssé le long de la rivière.
Ils se trouvaient entourés d'abres et d'un paysage très sombre.
Le froid se sentait, mais les deux hommes devaient continuer a progresser pour tenter d'apercevoir des loups



[i]Tanghar déglutit péniblement : ils se tenaient sur une corniche, et quelques mètres en contrebas se trouvait la plus impressionnante meute de loup qu'il lui avait été donné de voir...il dénombra pas moins d'une trentaine d'adulte, et remarqua quelques louveteaux, rongeant les restes de ce qui avait du être un sanglier. Leur nombre expliquait peu-être le fait que la plupart étaient éfflanqués, voir carrément squelettique. Le gibier devait se faire de plus en plus rare, et ils étaient affamés.
Tanghar eu soudain l'intime conviction que s'ils faisaient le moindre bruit, leur sort à tous été scellé...

[/i]


Willen sentit des frissons lui monter dans le dos... qu'ils étaient nombreux ! Tanghar avait l'air de connaître son affaire et se déplaçait en véritable homme des bois, mais lui craignait marcher malencontreusement sur une branche...

Il chuchota à ses deux compagnons :


Nous avons vu ce que nous voulions voir. Rentrons-nous maintenant, ou continuons-nous à les observer quelque temps ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
irmine

avatar

Nombre de messages : 596
Age : 36
Date d'inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: de la meute de loups... de la mort de Mr Verryan [RP]   Sam 7 Oct - 19:19

Mr Verryan qui était situé en troisième position s'avança à son tour pour voir la meute. Il eut un sourire pensant qu'il avait raison puis une grimace. La situation était plus que dangereuse, et peu importe s'il avait raison.

Il se retourna vers ses deux compagnons, et répondit à Willen.


Je crois qu'il est temps de partir. La situation est plus que dangereuse.

Tout à coup, un loup hurla, et Mr Verryan eut un sursaut et manqua de tomber au milieu des loups. Il se crut sauver après s'être rattrapper, mais il compris bien vite à la tête de Willen et de Tanghar. Il se retourna et vit les loups regardant dans leur direction. Puis l'un d'eux abboya, et ils se mirent tous à courir. Les trois aventuriers firent de même, se sauvant le plus vite possible.
_________________
Willen courait à en perdre haleine. Quelques loups s'étaient mis en tête de les rattraper... il s'exclama entre deux inspirations :

Verryan, tu n'es qu'un abruti et je pèse mes mots !! Si on sort vivant de ce fumier, je jure d'offrir un cierge à Aristote tous les dimanches jusqu'à la fin de ma vie !

Il manqua trébucher contre une racine, et se retint d'invectiver Verryan plus grossièrement.
_________________
phen et lucky qui marchait toujours le long de la riviere entendire un loup urlait et se dirigerent vers l'endroit d'ou le cris venait . Quand ils entendirent willen se metrent a crier des insultes contre verryan ils se mirrent a courir et virent will verryan et tang passait devant eux en courant puis a leur trousse 10 loups en train de leur courir apres . Phen sortit son arc et une fleche et tira dans les cotes d'un des loups de tete qui s'effondra, 4 loup trebucherent sur son corp et les autres reussirent a le contourner mais se retournerent vers phen et lucky qui se mirent a courirent

Lucky n'avait qu'un petit arsenal de deux couteaux de son ancienne boucherie....il n'allait pas aller loin.
Il déçida donc de se mettre a courir comme tout le monde. Il criait ; plus vite, il s'approche...


Mr Verryan s'en voulait énormement, et les dires de Willen l'enfoncèrent qu'un peu plus.

Il courrait comme il n'avait jamais couru, il commençait à être épuisé. Il essayait en courant de trouver une solution. Il était la cause de ce problème, c'était donc à lui de les sortir de là.

Après quelques centaines de mètres, Mr Verryan ralentit et passa en dernière position. Puis après une multitude de pensée, il se décida : Il prit un autre chemin que les autres moulinois. Il cria, hurla pour attirer les loups. Son idée marcha, malheureusement et heureusement pensa-t'il.

_________________
Phen continua de courir et sentit que quelque loup les avait suivis . Phen n'en pouvait plus et decida de bifurquer et de se separer du groupe pour que les loups suivent les autres et pas lui . un loup le suivit quand meme et quand phen s'areta extenué il tomba a terre et le loup le pris pour mort de fatigue . Il le renifla et mordit dans sa cuisse droites . Phen se reveilla d'un coup et jeta son poingt dans le museau du loup, celui ci fila et phen put s'etendre et reprendre haleine


Jamais Tanghar ne courut plus vite que ce jour là.
Les poumons en feu, les larmes aux yeux il bondissait au dessus des branches mortes et des buissons, n'osant risquer un coup d'oeil en arrière ou vers ses compagnons, il entendit Verryan crier, surrement pour attirer les loup mais il n'osa cepandant pas s'arreter, tant il était persuadé de pouvoir sentir l'haleine brûlante d'une des bêtes le talonnant, et son inquiétude se confirma lorsqu'une masse le percuta dans le dos.
Instinctivement, il se roula en boule, et dévala une pente en faisant plusieurs roulades, emmêlé avec le canidé. Il ne put éttoufer un cri lorsque les crocs déchirèrent sa manche et s'enfoncèrent profondemment dans ses chairs.
Un majestueux chêne arrêta leur chute, le sonnant autant que le loup.

_________________
Lucky qui courait et se trouvait à la fin du groupe, juste dérrière le Sieur Tanghar le vit se faire mordre par une petite troupe de loups et descendre la côte en roulade. Il deçida d'aller lui porter secour et peut-être de le sauver de morssures douloureuses.
Arrivé à sa hauteur, Lucky sortit ses deux couteaux et se rendit compte un peu tard que les loups allaient être plus fort que lui. Il garda confiance !Un loup s'approcha pour le mordre, Lucky lui planta le couteau dans le dos et le tua sur le coup. Mais la chance n'était pas de son côté pour la suite...deux loups vinrent à lui sauter dessus. Il tennait à la main deux couteaux et essaya de planter les loups mais il se fit mordre aux deux bras par ses bêtes enragées


Le bras en sang, les étoiles dansant devant ses yeux, Tanghar tenta tant bien que mal de se redresser. Le choc lui avait rudement malmené l'épaule droite et une douleur lancinante résonnait dans son crâne.
Mais en à voir son agresseur, il avait eu de la chance : le choc semblait avoir brisé l'échine du loup, si bien que sa tête semblait faire un angle anormal avec son corps.
Tanghar n'eut cependant pas le temps de s'attarder sur cela, car l'un des deux hommes du second groupe tentait de lui porter secours...et se trouvait en bien fâcheuse posture armé de simple couteaux. Impressionné par sa bravoure, Tanghar ramassa une grosse branche pour l'aider, ce qui lui offrait une allonge bien supérieure à son couteau.
Il frappa le troisième loup au moment ou celui-ci s'appretait à bondir sur Lucky. le canidé jappa autant de douleur que de surprise, et se retourna devant cette nouvelle menace.
Tanghar en profita pour se rapprocher de son sauveur, tenant en respect les trois loups.


-merci soufflat-il à lucky, sans toi ils m'auraient mis en charpie...je n'ais jamais vu de loup aussi enragés... ils semblent près à se battre jusqu'au bout !
_________________
Willen avait fini par prendre un autre chemin que Tanghar et Mr Verryan. Un seul loup le suivait, et par miracle ne semblait pas le rattraper.
Il se retourna une énième fois, puis décida de faire front : la fuite ne sauait être une solution pendant longtemps.

Le temps que le loup mit pour le rejoindre, il pensa en se maudissant :


Une dague... j'aurai mieux fait d'emporter une épée.

Le loup l'atteignit au bras au moment où il roulait sur le côté. Willen hurla de douleur, et lui planta le poignard dans la gorge de toutes ses forces, en espérant que cela suffirait à le blesser mortellement.
_________________
Dans toute cette agitation, Mr Verryan continuait à courir. Trois loups le suivaient.

Il courut encore pendant quelques centaines de mètres. Puis il trébucha sur une racine. Aussitôt un loup, lui mordit les pieds et les jambes. Le suivant se jeta au cou de Verryan, mais celui-ci lui affligea un grand coup de dague. La bête roula le long de la pente jusqu'à qu'elle percute un arbre, morte. Puis Mr Verryan projeta le loup qui le mordait par un coup de pied. Mr Verryan en profita pour se relever. Le dernier animal (et troisième si vous avez bien suivit ^^) arriva à ce moment, et le percuta en pleine course. Mr Verryan fit un roulet-boulet et s'évanouit.

Il se réveilla quelques instants plustard, envahit de douleur. Une bête lui mordait le bras et une seconde le visage. Un réflexe de guerrier agitat son bras et une grand coup de dague blaissa gravement un loup. L'autre recula de surprise et Verryan put se relever. L'homme s'approcha du dernier loup. Ils était tous les deux couvert de boue et les yeux pleins de haine. Verryan perdait beaucoup de sang.

L'homme voulait en finir au plus tôt. Il se décida. Il s'approcha du loup la dague en avant. Il se projeta en avant et frappa la bête à la patte. L'animal se rattrappa tant bien que mal et bondit sur l'homme. Verryan tenait à ce moment là, la dague vers lui. Le loup enfonça, dans le choc, la dague, dans le torse de Verryan.

Les quelques secondes de vie lui restant, fut une longue suite d'image retraçant sa vie.

_________________
Irmine par cette fin d'aprés midi brumeuse avait décidé d'aller promener sa mélancolie dans cette grande foret. Voilà des heures qu'elle errait au hasard, perdue dans sespensées quand elle entendit d'étranges bruits au loin.
Elle cru reconnaitre des groggenemenst et des bruits de lutte, appeurée elle fit demi tour mais les bruits cessèrent soudain et elle se hasarda à aller voir ce qui c'était passé.

Elle se sentait comme protégée par la brume et avançait à pas feutrés. Ses vêtements sombres lui offraient un camouflage idéal. toutefois elle sentait en elle monter une terreur immense, comme une angoisse qui lui serrait le ventre.

Soudain le brouillard s'écarta et elle apperçu le corps sans vie d'un homme. Irmine palli et se précipita vers le corps.
Quelle ne fut pas sa stupéfaction quand elle reconnu Mr Verryan....
Elle se fugea devant le corps ensenglanté et se jetta sur lui comme pour retenir la vie qui pourant avait déjà disparu de ce corps.


Mr Verryan, mon ami.... Pas vous.. non... Une larme d'Irmine tomba sur le front de Mr Verryan. Elle essuya ses cheveux et ferma ses paupières. Elle le regarda un moment, il sembalit avoir trouvé la paix ailleurs...Qu'Aristote vous protège mon ami... dit elle puis elle parti en courant, chercher du secours à moulins alors qu'elle entendais au loins d'autres loups grogner et sans doutes d'autres hommes se battre avec cette effrayante meute.

Irmine couru longtemps, les habits recouverts de sangs et les yeux emplis de larmes, effrayée par les grognement qu'elle entendait parfois derrière elle.

_________________
Au loin on vit apparaitre un alignement de flambeau... Irmine était en tête, tremblante et pâle...
Elle indiquait le chemin aux courageux moulinois qui avaient voulu venir chercher le corps de Mr Verryan. Ils étaien armés jusqu'aux dents et surveillaient les alentours de peur que des loups surgissent.

Ils tentèrent de trouver les autres compagnons de Mr Verryan mais aucun bruit ne semblait présenter une présence humaine.

Au bout d'une longue marche ils arrivèrent enfin au plus profond de la foret.

_________________
Minlawa était placé juste derriere Irmine, épée en main prêt à bonsir en cas d'attaque. Plus le groupe avancer, plus Minlawa frissoner, il n'avait jamais ressentit cela, la peur.
Soudain il entendu un bruit, une sorte de ronflement.


Cela vient de notre gauche il me semble.
_________________
Gollin fermait la marche. La nuit était tombée depuis plus d'une heure, est elle était froide. Non pas fraiche, mais profondément froide... A moins que ce soit l'angoisse et la peur qui n'agissent sur ses sens...
Tout cela n'avait pas d'importance de toute façon, l'heure n'était plus à ce genre de questions, mais à l'action. Quels qu'en soient les risques, ils avaient juré de ne pas laisser le corps de Mr Verryan abandonné à ces créatures. Il le méritait, bon sang oui ! Il le méritait...


Tu as raison Minlawa, mais qu'est-ce donc ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
irmine

avatar

Nombre de messages : 596
Age : 36
Date d'inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: de la meute de loups... de la mort de Mr Verryan [RP]   Sam 7 Oct - 19:30

Irmine se tourna vers la gauche et étendi son flabeau en direction du bruit.

La lumière jaune de sa torche croisa le regard flamboyant de deux loups immense en d'une blancheur spectrale... Irmine retint son souffle et sentir son coeur comme exploser. Elle ignora la peur qui crispait ses membres et s'avança plus pâle que jamais dans leur direction.

Le feu leur fit peur et ils reculèrent non sans emmetre d'effroyables grognements.

En avançant un peu irmine s'apperçut qu'ils rodaient autour du corps de Mr Verryan... qui attendait là... sans vie, les yeux fermés pour un éternel sommeil.

Elle indiqua le corps d'un geste discret à ses compagnons.

_________________
Minlawa s'avancat discretement, toujours l'épée en main, nous ne pouvons pas savoir qu'elle sera la réactions des ces bêtes, nous ne pouvons savoir ce qu'ils leurs passent par la tete.
Il regardat en direction du sol, il vit le corp de Mr Verryan, ses vetement étaient en lambeaux, la visage couvert de sang.


C'est horrible, il a dut souffrir.

Minlawa rangat son épée, prit le bras du corp de Mr Verryan commenca a le porter. Il dit a voie basse:

Gollin, viens m'aider s'il te plait.
_________________
Gollin s'avança et prêta main forte à Minlawa.

Activons ! Irmine ne pourra pas les retenir longtemps !

En prononçant ces mots, Gollin eu soudainement conscience de la folie de cette expédition. Autant le but était louable, autant ils avaient fait preuve de bien trop de légèreté dans leur préparation... Partir à seulement trois... Il était à présent contraint de confier la confrontation avec les loups à une femme. Aussi courageuse soit-elle, là n'était pas sa place.
Gollin plaça le corps de Mr Verryan sur le dos de Minlawa.

Vas-y Minlawa, je couvre ton avancé avec Irmine !

S'il devait arriver malheur à un de ses compagnons, Gollin ne s'en remettrait jamais...


Irmine resta trés clame malgré l'angoisse qui l'envahissait et tenta de ne point montrer sa peur ce qui lui donna l'air glacial.

N'ayez crainte mes amis... leur dit elle doucement en brandissant sa torche dans la diretion des loups pour les faire fuir.
Irmine n'était cependant pas rassurée et elle pensa que tant qu'ils ne seraient pas rentrés à Moulins, ces animaux de malheur leur coleraoent aux talons.

Elle marcha derrière Minlawa tandis que Gollin lui ouvrait la marche. Elle sentait parfois juste derrière ses talons le souffle chaud et terrifiant émanant de la gueule ouverte d'un loup qui osait s'approcher tout prés d'elle.
Elle se senti prête plusieurs fois à asséner un violent coup de flambeau sur le crane d'une de ces bêtes mais n'en fit rien de peur de provoquer un malheur.

C'est un bien triste cortège qui traversa la fôret à une pareille heure... Les trois moulinois avaient du mal à retenir leurs larmes si prés du corps de leur ami...

_________________
Minlawa transportait sur son dos le corp sans vie de leur ami. Il sentait la froideur du corp sur son dos, cela lui donner des frissons.
Il se retourna pour regardait les loups, il vit Irmine, son visage était pâle, mais elle restait très calme. Il se demanda vraiment comment dans de telle situation, elle arrivait a rester aussi calme.
Minlawa essaya d'aller plus vite, car il ne se sentait pas de rester dans ces lieu sinistres.


Vites les amis !!
_________________
Irmine vit Gollin presser le pas devant... l'idée de sortir plus vite de ce sinistre lieu la rassura un peu mais il ne fallait cesser d'être vigilant.

Elle se demanda si Minlawa se sentait bien mais quand elle voulu lui demander elle se rendit compte qu'aucun mot ne sortait de sa bouche.. la peur lui avait comme coupé la voix.

C'est au bout de plus d'un heure de marche qu'Irmine vit au bout d'un sentier le ciel et au loin, la lune éclairer les toits d'ardoise de Moulins. Cette vision la rassura et enfin elle pu ouvrir la bouche et dire
Nous y sommes presque
_________________
La lueur de a lune rechauffé le couer de Minlawa, la peur commencer a baisser, les jambes de Minlawa ne tremblaient presque plus, mais un phrase lui tournait dans la tete, pourquoi nous sommes aller le chercher, nous sommes fous ??....mais le fait d'avoir réussi, ne changer pas grand chose a l'expression de son visage, elle restait toujours triste et elle le restera un moment.

Irmine, où vais-je déposer le corp ??
_________________
Amenons le à l'Eglise les moulinois pourront veiller son corps là bas et lui rendre un dernier hommage...
Irmine savait bien, elle, pourquoi ils étaient aller là bas, risquer leur vie pour aller chercher le corps de leur ami. Ils ne l'auraient jamais laissé ainsi car malgré tout les Moulinois sont solidaires et c'est dans le malheur qu'ils le prouvent le plus...
Elle serait partie ici seule si personne n'avait voulu venir avec elle, Mr verryan avait été un de ses plus fidèles amis et elle lui devait bien cela.

Les trois compagnons arrivèrent aux portes de la ville et se dirigèrent discrètement à travers les ruelles de Moulins en direction de l'église.

_________________
La fatigue commenca a se faire ressentir, Minlawa n'en pouvait plus, il avait du mal a tenir sur ses jambes, ses yeux se fermaient tout doucement, après ce périble dangereux, Minlawa ne voulait qu'une chose, un peu de repos.

Nous allons le déposer a l'église

Il prit la direction de l'église, le bas lourd, la démarche fatigué, Minlawa était presque tomber a la renverse.
Arrivant devant l'entrée de l'église, il poussa la porte, puis entra. Il fit quelques pas, allonga le corp de Mr verryan sur le sol.


Repose en paix mon ami .

Minlawa s'écroula sur le sol.
_________________
Irmine installa le corps de Verryan dans un coin de l'église puis alluma des bougies.

Elle lava délicatement les taches de sang qui parcouraient son visage... Elle ne pouvait retenir ses larmes...

Elle veilla un moment le corps de Mr Verryan puis alla s'inquiéter de Minlawa qui semblait n'aller pas bien du tout.
Le pauvre était tombé d'épuisement. Elle décida de ramener Minlawa chez lui...


Elle retourna prés du corps de Mr Verryan quelques instants... elle ne pouvait se résoudre à cette idée... Mr Verryan mort...

Elle se dit qu'il était temps qu'elle remène MInlawa chez lui et qu'elle rentre chez elle pour voir son fils que gardait Choco au bout d'un moment...

Elle sorti en tenant Minlawa par le bras et referma doucement la porte de l'église.

_________________
Vasco apprend la nouvelle alors qu'il est en voyage d'agrément,
il refusa d'abords de croire la ruùeur,
puis il compris abassourdis que c'était uen réalité, une bien triste réalité,
il resta consterné dans les bras de sa belle et dis :


L'auvergne perds un homme dévoué,
Moulins perds un homme généreux et honnête,
je perds un ami ...
_________________
Babeth en voyage apprend la nouvelle elle est bien triste de savoir qu'un grand homme de Moulins les est quitter dans de telles conditions

encore un grand homme qui nous quitte quelle tristesse
_________________
Bettym était bien triste d'apprendre la nouvelle. Elle ne pouvait en croire ses oreilles.

Je n'ai jamais eu l'occasion de le connaître mais d'après tous les dires, c'était un grand homme.

Mais pourquoi autant de morts en si peu de temps ?.........
_________________
Themis envoya un petit courrier à Moulins, via son pigeon...





Citation:

Mr Verryan était un ami. Apprendre sa mort aujourd'hui m'affecte beaucoup...Je voudrais dire à tous ses amis moulinois quel grand homme il a été et quel vide il laisse, dans nos coeurs. Je l'ai rencontré à la Fondation, je lui dois, à lui et à Aetha, ma présence. Mr Verryan s'est toujours battu pour la bonne cause, dans sa discretion et sa modestie.
Au revoir mon ami...
_________________
Willen était resté inconscient plusieurs heures, le bras en sang. A son réveil, il vit le loup gris étendu à son côté, sa dague plantée dans la gorge.

J'ai fini par t'avoir...

Il se releva péniblement en tenant son bras droit par le gauche, et se figea soudain.

Je n'entends plus rien... aucun grognement de loup. Où sont passés Verryan, Luckyluck et Tanghar ?

Vadrouiller encore dans la forêt dans mon état ne serait vraiment pas raisonnable... autant rentrer au village, ils sont probablement tous autour d'une chope de bière à rire de notre triste mésaventure.

Après quelques dizaines de minutes sans incident notoire, il se retrouva donc dans les rues de Moulins. Arrivé devant l'église, il constata qu'un attroupement s'était formé sur son parvis.

Se pourrait-il que...

Malgré les regards qu'on lui jetait à cause de son apparence quelque peu négligée et surtout des gouttes de sang qui coulaient de son bras, il joua des coudes pour pouvoir rentrer dans l'église elle-même.

Il aperçut le corps de Mr Verryan, étendu dans un rayon de lumière...


NOOOOOON !!

Parvenu auprès de lui, il s'effondra à genoux et se mit à sangloter.

Pas toi Verryan... pas toi !
_________________
Tanghar ouvrit péniblement les yeux. Il ne sentait plus son corps. Soudain, la douleur et les souvenirs affluèrent simultanément. Il se rappela vaguement avoir fait front aux deux loups aux côté de lucky, et ceux-ci avaient fini par fuir, considérant sans doute la résistance de leurs proies trop importante.
Puis il avait perdu connaissance. Et il n'avait pas été le seul, lucky était recroquevillé près de lui, le sang de ses plaies ayant coagulé durant la nuit. Tanghar remarqua le tapis rouge qui maculais le sol: "une bonne partie doit m'apartenir" pensa-t-il en jetant un oeil sur son bras, recouvert d'une épaisse croûte de sang séché. Il s'estimais cependant heureux de ne pas s'être trop vidé durant la nuit, l'hémoragie s'étant arrêté d'elle même; et que les loups ne soient pas revenus durant leur sommeil...
Il n'avait plus la force de se lever. Préférant ne pas réveiller son camarade, il se mit à attendre, et à éspérer que les autres eurent plus de chance qu'eux, ou au moins autant...

_________________
La nouvelle faisait le tour de la ville. Nico accouru à l'eglise abasourdie par celle-ci. Il passa d'abord à la sacristie pour prendre un cierge. Aprés l'avoir allumé, il s'agenouilla à coté de willen posa le cierge au pied de ce grand homme, et recommanda son ame à dieu.
Puis se tournant vers Willen:


Je partage votre douleur et votre peine sergent mais le temps des pleurs n'est pas encore venu, il y a plein de choses à faire pour héradiquer ce qui fait sombrer Moulins vers les abîmes et nous avons besoins de vous et de ceux qui restent.
_________________
Willen se retourna brièvement pour apercevoir Nicodesabres.

LE TEMPS DES PLEURS N'EST PAS VENU ??

Il se releva lentement, sentant monter en lui une colère inexplicable.

Nicodesabres ! Un de mes meilleurs amis vient de mourir, par ma faute ou presque ! Et ne m'appelez pas sergent : nous ne sommes pas à la caserne, nom de Dieu !

Il haussa un peu plus le ton.

Quant à éradiquer ce qui fait sombrer Moulins dans les abîmes, ça peut attendre quelques minutes il me semble, voire quelques jours ! Moi aussi je sais ce qu'est le devoir, mais il y a aussi un temps pour être humain !

Et maintenant, fichez-moi la paix, tous autant que vous êtes.

Puis il retomba prostré devant le cadavre de Mr Verryan, les yeux dans le vague. Du sang coulait toujours de sa blessure, et une petite flaque rouge commençait à se former, mais il n'en avait cure.

Une dizaine de secondes plus tard, il s'écroulait sur le côté, évanoui.

_________________




Posté le: Jeu Oct 05, 2006 8:37 am Sujet du message:






Nico n'avais pas voulu offenser Willen. Il comprenait completement sa réaction.

[J'aurais dû me rendre compte à quel point la mort d'un ami l'a affecté.]

[Il à raison, même s'il y a des choses à faire, c'est vrai qu'on peu prendre un peu de temps pour pleurer.]

Nico se penche alors , puis prenant Willen dans les bras, il l'allongea sur un banc et commença, après avoir déchiré un bout de sa chemise, à soigner sa blessure et arreter l'hemoragie.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: de la meute de loups... de la mort de Mr Verryan [RP]   

Revenir en haut Aller en bas
 
de la meute de loups... de la mort de Mr Verryan [RP]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Balade et meute de loups. [Pv : 1ère Personne qui vient :D]
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue au village de Moulins ! :: Le Centre du Village :: L' Eglise de Moulins :: Le Cimetière de Moulins :: Le Mémorium-
Sauter vers: