Bienvenue au village de Moulins !


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
ninon.

avatar

Nombre de messages : 220
Localisation : Ma foi.... ici !
Date d'inscription : 14/06/2008

MessageSujet: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Mer 6 Mar - 0:32

Coucou Lili, ici on mettra tout ce qui concerne ton personnage après son trépas que tu puisses lire. Tu nous manqueras, ta gentillesse plus que tout. Plein de gros bisous.

http://villagedemoulins.bbactif.com/t1948-rple-dispensaire-3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hulrika

avatar

Nombre de messages : 891
Localisation : Moulins
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Mer 6 Mar - 0:50

Affichage sur le panneau de la mairie :
Lundi 4 mars 1461 :
La mairie a la tristesse de vous annoncer, ce jour, le décès de Lililea62, habitante de Moulins depuis bon nombre d'années, connue pour ses talents de médicastre et sa gentillesse, qui a maintes fois rendu service à la ville et à ses habitants. Toutes nos condoléances à sa famille et à ses proches. Moulins porte son deuil.

Courriers envoyés à Paleonopsis, Traps (et Titia), Warben et Ninon (qu'elle informe les salopards) de la part de Hul :
(avec quelques modifs selon les gens, et je ne savais à qui d'autres, hors présents à Moulins, envoyer, Hul ne connaissant réellement qui étaient les proches de Lililea, j'estime que les moulinois, eux, ont entendu les cloches sonner.)
Citation :
Triste nouvelle
Bonjour XX,

Si je t'écris ce jour, c'est pour t'annoncer une bien triste nouvelle.
Je sais qu'elle comptait pour toi, et je devais t'en prévenir.
Lililea nous a quitté ce jour. Oui tu lis bien, elle est décédée.
Il semblerait que le froid a eu raison d'elle.

Je te tiendrais au courant pour les funérailles. En attendant, je te présente toutes mes condoléances.

Cordialement,
Hulrika.

Premières réponses :
Citation :
Expéditeur : Warben
Date d'envoi : 05/03/1461 - 10:22:36
Titre : Re: Triste nouvelle
koucou hul . je sui vrément trais painé de l'apprendre. en ce momen je voillage vers le sud et je serais de retour biento . en espairant pouvoir etre praisent pour ses funerailles.

Warben

Citation :
Expéditeur : Paleonopsis
Date d'envoi : 05/03/1461 - 21:18:16
Titre : Re: Triste nouvelle
Bonsoir Hulrika,

Je te remercie de m'avoir prévenue. Effectivement Lili était une très bonne amie. Elle m'a accueillie à Moulins il y a plusieurs années et m'avait offert sa maison quand j'ai pu m'installer enfin. Je suis bien triste d'apprendre cette nouvelle.
Est ce que tu sais quand aura lieu l'enterrement ? Il faut que je m'organise ici à Murat, car j'ai un élevage et la mairie n'a pas enclenché le gardiennage....
Je viendrais avec des amis pour éviter les mauvaises rencontres.

Donne moi des nouvelles dès que tu sais quelque chose.
A bientôt, et merci encore.


Paleo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hulrika

avatar

Nombre de messages : 891
Localisation : Moulins
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Mer 6 Mar - 1:04

Pour les cloches : [RP] Eglise Oane de Moulins
Hulrika a écrit:
C'est en courant qu'Hul arriva à l'Eglise, dans un état de tristesse qu'elle n'aurait pensé ressentir avant longtemps, remplie d'une culpabilité qu'elle ne saurait exprimer, ses yeux étaient rougies, ses larmes avaient séchées sur ses joues dans sa course jusqu'ici, le froid les avaient plaquées contre ses joues.

La dernière fois qu'elle s'était sentie coupable ainsi c'était quand sa gamine, sa Mathilde était morte et qu'elle n'avait pu tenir sa promesse, se promettant ce jour de ne plus jamais rien promettre. Une dernière promesse qu'elle s'était faite à elle-même.

Bien sûr, sa culpabilité du jour n'était si forte, si grande, mais elle était toutefois là. Elle n'avait rien promis à Lililea, mais elle lui était redevable, elle aurait aimé lui rendre la pareille, l'aider comme elle avait été aidé par cette femme. Et encore une fois, c'était trop tard.

Si elle était dans cette Eglise ce jour, c'était pour annoncer aux villageois que Lililea n'était plus, que plus jamais elle ne sauverait une vie, plus jamais elle ne soignerait un coeur meurtri, plus jamais...

Elle s'empara des cordes et sonna les cloches. Pas n'importe lesquelles, ni les matines, ni les vêpres, ni le tocsin... Non! Celles du glas!
Ce son émis ne pouvait signaler qu'une chose, un habitant était mort et les villageois n'auraient alors qu'une question en tête les entendant sonner et encore sonner. Qui?

Et sinon le RP Le dispensaire sera archivé par JDNinon Wink.

Sinon, y'a eu des réactions en taverne d'Erandil, Hylania, Khoryan et Hul donc et ils ont trinqués à Lililea en pensant à elle.

Je vais pas te redire ce que tu as pu lire au Conseil à ton encontre. Je te souhaite juste une bonne continuation dans ta vie et donc en dehors du jeu, et merci pour les moments partagés. Hul pensera toujours à Lililea qui a été la première à lui tendre la main à Moulins (1er RP à Moulins Wink).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khoryan

avatar

Nombre de messages : 300
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Mer 6 Mar - 10:33

( J'ai du mal a RP ces jours ci, c'est pourquoi Khoryan est assez transparent en fofo suite au deces de Lililea62 - et meme la disparition d'Hygie, alors que RP parlant, c'est supposé etre une terrifiante nouvelle aussi. Heureusement pour moi, le joueur, le RP fofo n'est pas ma seule motivation dans le jeu sinon j'aurais aussi arreté depuis longtemps dans ce genre de phase où j'ai envie mais..j'y arrive pas. Dans ces cas là je me contente d'un RP IG, de travail en silence selon mes taches et un peu de RP tav a l'occasion pour garder le contact.

Ce genre de disparition est helas une fatalité. Ce n'est qu'un jeu apres tout et cela peut s'arreter a tout moment. En tout cas, au dela du jeu, c'est une sincere sympathie pour la joueuse et l'espoir, qui sait, que l'amitié IRL persiste car c'est quand meme l'essentiel. Bonne continuation et plein de bonnes choses pour toi jD Lili queen )

En tout cas, Moulins perds là encore un de ses piliers fondamentales et pour beaucoup quelqu'un d'irremplacable. Khoryan n'était pas un assidu du dispensaire (le travail c'est la santé dit on Wink et il bosse peut etre trop parfois) mais c'est neanmoins un des lieux incontournables de Moulins et une de ses particularités persistantes que tu as toujours su tenir avec brio et gentillesse à l'image de ta fonction de médecin, pas seulement du corps mais plus que cela. Tu vas nous manquer.

_________________

Conseiller municipal "filière viande"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninon.

avatar

Nombre de messages : 220
Localisation : Ma foi.... ici !
Date d'inscription : 14/06/2008

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Mer 6 Mar - 18:41

Fab, c'est hrp, ici. On cause à Lysie et on lui met tout ce qu'elle ne pourra pas lire en halle, ou ailleurs. Sinon, elle pourrait pas venir nous faire un coucou de temps en temps si c'était rp. Les revenants c'est très moyen Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lililea62

avatar

Nombre de messages : 41
Age : 52
Date d'inscription : 21/07/2006

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Mer 6 Mar - 19:04


je vous remercie tous pour ses années passées à jouer au royaume mais non seulement ça a creéé un bonne amitiée entre nous je ne vous oublierais pas et malgrés ma decision d'arrêter c'est le coeur gros que je vous quitte
Quand je pense à mes debuts ou j'ai commencé à l'epoque avec Totoriflette ,je n'etais rien ,juste une simple paysanne ,déjà tres discrete
J'ai fait mon petit bonhomme de chemin sans bruit et je me suis construite seule
Je me souviens des soirées passées en taverne à boire jusqu'à en begayer
J'ai passé d'agrables moments avec vous anciens et nouveaux joueurs
Je ne vais pas ma lancer dans les noms car ma memoire me fait defaut et je risque d'en blessé certains
Je pense quand même à ceux que je laisse comme Arthur,Ninon ,Orckis iliana ,Cristras ,khoryan Hygie,Hulrika,Paleonopsis Traps et tous ceux qui sont passée dans mes mains au dispensaire
Je ne peux pas aller plus loin car ma vue se trouble par les larmes

Je ne vous dis pas adieu mais aurevoir Lililea
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninon.

avatar

Nombre de messages : 220
Localisation : Ma foi.... ici !
Date d'inscription : 14/06/2008

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Mer 6 Mar - 19:32

[Rp du dispensaire]


Orckis a écrit:
En se levant ce matin Orckis s'inquiète. Elle n'a pas passé une très bonne nuit. Hier elle a envoyé de nombreux pigeons à ses amis villageois et si beaucoup lui ont répondu dans la foulée, certains demeurent sans réponses, et notamment celui qu'elle a envoyé à Lililea. La Doc n'a pas pour habitudes de laisser traîner des courriers d'une telle importance. Elle est même généralement la première à répondre. Que se passe-t-il ? C'est vrai qu'il y a eu une épidémie au village et nombreux sont ceux qui ont été touché. La médicastre a alors été fort occupée, mais l'épidémie est passée. La moulinoise n'est pas tranquille.

Des petits claquements sur le carreau de la fenêtre du fournil l'avertisse de l'arrivée d'un nouveau message. Sourire en coin, la boulangère ouvre la fenêtre persuadée que c'est le pigeon de son amie Lili.


"Ah !! te voilà enfin toi !! tu t'étais perdu entre le dispensaire et mon fournil c'est ça hein..." Caresse au volatile. Elle détache le message à sa patte, lui donne quelques miettes et déroule le parchemin. Froncement de sourcils et grimace, c'est pas Lili mais Elo qui lui répond. C'est pas qu'elle est déçue Orckis, mais elle est chagrinée par le silence de la Doc.

"Rhooo !! Lili, que fais-tu ? Faut-il que j'aille jusqu'au dispensaire pour savoir ce que tu deviens ?" Petit sourire en coin, vrai que l'dée n'est pas mauvaise, Lililea a toujours une bonne bouteille cachée dans son armoire. Pi c'est une bonne occasion de se poser toutes les deux et de faire le tour de leurs souvenirs communs.

Laissant tout en plan, la boulangère quitte son fournil et file par les ruelles moulinoises pour se rendre au dispensaire. En y arrivant, tout est calme. Normal, les gens qui viennent là ont besoin de repos. Orckis frappe à la porte. Pas de réponse. Elle l'ouvre et entre.



"Hey !! Lili ? t'es où ?"

Pas un bruit. Pas une voix. Pas un murmure. Le silence. Un silence pesant.

"Lililea ? C'est moi, Orckis !! Où est-ce que tu te caches ?"

La moulinoise ouvre les portes des salles une à une. En arrivant ici elle a remarqué la carriole de la médicastre dans le hangar et son cheval dans le pré. Alors à moins d'être partie à pied, la Doc est ici.

"Mmm... elles est encore plongée dans l'étude de ses herbes et elle ne m'entend pas..." se dit Orckis. Mais le laboratoire est vide lui aussi. "Bon reste plus que son bureau...C'est comme tout, quand tu cherches quelque chose, c'est toujours au dernier endroit que tu le trouves..." grogne-t-elle.

La porte du bureau de Lili se trouve au fond du couloir. Elle est entrouverte, Orckis la pousse et aperçoit le bras de Lililea qui pend le long du fauteuil.



"Ah te voilà !!' dit-elle en entrant. "C'est pas une heure pour dormir ça... t'es encore restée le nez dans tes bouquins une partie de la nuit hein ?"

Tout en parlant, Orckis approche du fauteuil et le contourne pour faire face à la Doc. Et là... Mouvement de recul. Le visage de la moulinoise devient blême. Bouche grande ouverte, mais aucuns sons n'en sort. Son coeur semble s'arrêter un instant, tout comme le temps semble s'être arrêté lui aussi. Elle avance une main tremblante du visage de son amie et effleure sa joue froide et livide. Elle retire sa main rapidement comme s'il elle venait de se brûler. Les larmes perlent à ses yeux, et coulent doucement devant le corps inerte de Lililea.

Elle ne saurait dire combien de temps elle reste là à pleurer plantée devant le corps sans vie de son amie. Quelques minutes... des heures... une éternité... Mais quand le flot des larmes s'épuise, elle avance vers la table de travail de la médicastre, s'empare d'un parchemin et d'une plume et d'une main hésitante et tremblante, rédige quelques mots à l'adresse d'Arthur. Il est le seul auquel elle pense à cet instant. Le seul qu'elle a besoin de voir. Le seul en mesure de la soutenir alors qu'elle va devoir s'occuper du corps de leur vieille amie et le préparer à aller rejoindre sa dernière demeure.


Arthurdayne a écrit:
La missive l'avait surpris à la rivière, où il se rafraîchissait d'une nouvelle nuit passée aux remparts. Eternel recommencement... Mais quelque part, tant que la routine restait routine, c'était une bonne chose. Pourtant, les routines finissent toujours par avoir quelque chose d'angoissant, un malaise insidieux qui s'installe, pénètre par d'indécelables fissures. C'était peut-être aussi de ça qu'Arthur cherchait à se laver ce matin-là.

Lorsque le pigeon se posa sur la berge, pourtant, il comprit que c'était peine perdue. A l'ombre du grand saule, le volatile gris se découpait en ombres noires et anguleuses. Noires ailes, noires nouvelles...

Il reconnut tout de suite l'écriture, et décela quelque chose d'anormal dans les boucles saccadées du tracé d'Orckis, habituellement fluide et délié. Bloquant sa respiration le temps d'engranger les mots, cherchant à percer les non-dits qu'ils masquaient, il finit par enrouler le parchemin, s'asperger une dernière fois à grand renfort d'eau froide, et quitta rivière et chaumière en direction de la ville.

Le dispensaire... Cela pouvait tout signifier. Un de leur ami malade? Iliana blessée? Ou pire...

Repoussant les hypothèses toutes plus alarmistes les unes que les autres, il tenta de se concentrer sur la route. Peine perdue... Enfin arrivé au dispensaire, il avait imaginé les pires possibilités, entrevu les plus terribles scénarios. Pourtant, la réalité déjoue toujours les prévisions, et lorsqu'il entra dans le bâtiment, à la recherche d'Orckis, Arthur sentit son coeur se serrer en entendant les pleurs de celle qui fut sa compagne, de celle qui était à jamais la mère de son enfant.

Lentement, comme s'il pouvait ainsi repousser la terrible réalité qui s'apprêtait à lui sauter au visage, il poussa la porte entrebâillé du bureau de Lili... et découvrit la maîtresse des lieux assise dans son fauteuil, devant une cheminée peuplée de cendres grises et froides, Orckis agenouillée, le visage noyé de larmes.

Il n'eut guère besoin d'élaborer d'autres hypothèses, la scène parlait d'elle-même. L'âtre du dispensaire s'était à jamais éteint. En quelques pas, Arthur rejoignit Orckis et, sans un mot, s'agenouilla près d'elle et la prit dans ses bras, calant sa tête dans le creux de son épaule.

Il leva le regard vers la silhouette inerte de Lililéa, vers son visage apaisé, détendu. Elle n'avait pas souffert, elle avait quitté ce monde comme elle l'avait toujours arpenté, avec discrétion, avec humilité, comme si, même dans la mort, elle n'avait souhaité déranger personne.

Lili était partie, et elle avait emmené avec elle un peu de la gentillesse qui coulait en ce monde, de cette gentillesse qu'elle savait si bien dispenser autour d'elle.

Une larme égarée quitta son oeil, glissa le long de sa pommette, brûlant cette cicatrice qu'il avait reçu un jour, bien plus au nord, et dont l'infection n'avait été vaincu que par Lililéa. Agenouillé, serrant Orckis contre lui, il ressentit à la jambe comme une crampe endormie, là où Lili avait guéri, tant d'années auparavant, ce coup d'épée qui avait bien failli le rendre boiteux. Refoulant de nouveaux sanglots, il serra Orckis un peu plus fort, refermant ses phalanges brisées et resoudées, grâce à l'habileté de celle dont la dépouille vide les surplombait.

Il songea à tous ceux qui, comme lui, étaient redevables à cette femme formidable, cette guérisseuse qui savait soigner les maux du corps comme ceux de l'âme. Et chaque blessure soignée, chaque plaie pansée qui ornait le vieux corps d'Arthur sembla se rouvrir, ravivant une douleur que des mains de magicienne avaient su effacer. C'était le corps entier d'Arthur qui hurlait sa peine.

Et, avec douceur, il posa sa main sur celle de Lili, bravant le froid de la mort, et se souvint de ce jour où Lililéa avait posé dans ses bras cette toute petite chose qui criait et vrombissait d'une vie à peine éclose, de ce jour où Orckis et elle lui avaient offert ce cadeau qui n'avait pas de semblable. Le jour où Lili avait aidé Orckis à donner naissance à leur fille, à leur Iliana.

Et pour elle, et pour tout le reste, au nom de Moulins tout entier et de tous ceux qui avaient croisé la route de cette guérisseuse douce, discrète, et qui incarnait à elle seule tout ce que recouvrait le mot de gentillesse, Arthur murmura:


Merci, Lili. Tu vas nous manquer... Tu nous manques déjà tellement...

Hulrika a écrit:
Petite déprime passagère, Hul n'allait pas se laisser aller, c'était bien mal la connaitre. Si les habitants n'sortaient d'chez eux, elle irait leur piquer le derche pour qu'ils en sortent, si ses conseillers avaient perdu le chemin de la mairie, elle irait les chercher par la main ou à coup d'grolles dans l'cul.

Elle avait tout d'même perdu quatre conseillers, quatre conseillers qui semblerait-il ne venaient plus à leurs bureaux. Cinq si on comptait celle qui devait lui donner réponse, et avait probablement oublié.
Les quatre d'abord!

La première, Legowen, bah elle, elle savait, elle était partie se battre en Bourgogne et devait présentement panser ses blessures dans un dispensaire crasseux chez nos voisins. Pas de meilleure excuse pour manquer à l'appel.

Le deuxième, Nanyd, son fillot. Alors lui, là, il allait morfler. Car malgré tout ses oui, elle ne l'avait encore vu une fois au Conseil, et c'est pas par la main qu'elle irait l'chopper mais par la peau du cul et à coup d'grolles s'il le fallait. Un jour qu'elle lui donnait, pas un d'plus, après il pourrait se passer de la pommade sur les fesses.

La troisième, Hygie, surement occupée à préparer son mariage, sourire béât sur ses lèvres à ramasser des fleurs et chanter des chansons d'amour en sautillant. Fallait la faire descendre de son nuage à coup d'massue s'il le faut, sinon on finirait par la retrouver volant sur une tapisserie au lieu d'en ramener à la mairie.

Et la quatrième, Lililea, qui avait semblé si heureuse de rejoindre le Conseil, s'installant avec motivation dans son bureau, prête à travailler à la santé des moulinois, chose qu'elle faisait au quotidien. Combien d'habitants étaient passés entre ses mains jusqu'à présent? Combien lui devait la vie? Tant... et Hul la première.

Si elle savait où la trouver la vaillante médicastre, ce n'était pas le cas pour Nanyd et Hygie, aussi elle commença par la quatrième conseillère qu'elle cherchait. Nul doute que Lililea était au dispensaire, à veiller sur un malade ou à se creuser la tête pour se préparer à une possible prochaine épidémie.
Aux yeux de beaucoup, Lililea était la médicastre, celle qu'on allait voir quand on avait mal au ventre, ou une blessure à soigner. Mais elle n'était pas que ça... Plus que des soins, elle avait apporté à beaucoup l'espoir, l'envie de se battre pour sa propre survie, l'envie de croire, l'envie d'agir, attentionnée, attentive au moindre besoin de chacun.

Hul se rappela sur le trajet qui la conduisait au dispensaire tous ses mots qu'elle lui avait dit, sa main glissée dans la sienne, les larmes qu'elle enfouissait en elle qu'elle avait pu laisser rouler sur sa joue devant la médicastre. Elle lui avait confié ses peurs, ses doutes, alors qu'elle était au plus mal, ne connaissant personne à Moulins, souffrant, souffrance qui n'était présente que dans son corps mais tout autant dans son esprit, et souffrance qu'elle avait du mal à exprimer et combien la médicastre, patiente, avait su aider à la nommer, à oser avouer, dire et enfin vaincre.

Arrivée aux portes du dispensaire, Hul s'arrêta, c'est qu'elle y avait vécu de nombreux mois, se sentant un peu chez elle ici, son premier foyer moulinois, une émotion de revenir ici. Elle posa sa main sur la clanche et l'ouvrit. Pas b'soin d'toquer, Lililea serait surement contente de la voir.
Elle lui préparerait une tisane ou encore un remède au goût étrange car Hul avait en ce moment la gorge un peu irritée, et nul doute que Lili voudra lui soigner un p'tit mal qui partirait en deux jours au lieu de cinq. Elles s'installeraient dans la cuisine où elles avaient déjà partagé maintes repas, heureuses de se retrouver comme du temps où Hul était logée ici, discuteraient, riraient, et Hul pourrait retourner à sa mairie, avec une Lililea prête à bosser sur un ou deux projets qu'Hul lui soufflerait.

Lililea, Lili! C'est Hul! T'es où?
Faut que je te parle pour la mairie. J'ai eu une idée cette nuit!

La buch'ronne tenait à la main une brioche enroulée dans un torchon et dans sa besace, il y avait un velin sur lequel elle avait noté quelques idées qu'elle voulait partager avec Lililea.

Un peu étonnée de ne voir Lililea l'accueillir tout d'même, car Dieu sait qu'elle accueillait toujours bien les visiteurs du dispensaire, Hul se dit qu'elle devait être occupée avec un malade ou de sortie, mais ouvrait les portes une à une espérant tout d'même la trouver. Chou blanc à chaque porte, elle continua donc son avancée, suivant le chemin qu'Orckis avait suivi avant elle, jusqu'au bureau de Lililea.

Et là elle vit...
Elle vit deux personnes qu'elle connaissait blotties l'une contre l'autre, les yeux rougies, les joues maculées de larmes. Pas grand bruit à cet instant, quelques reniflements et cris étouffés.
Elle n'avait vu de suite Lililea éteinte, elle n'avait compris de suite que ce bras qui pendait signifiait que celle qu'elle cherchait avec plein d'idées en tête pour le village n'était plus et que jamais elle n'aurait pu lui rendre tout ce qu'elle lui avait donné.

La brioche qu'elle tenait entre ses mains tomba et roula à terre, elle se mordit la lèvre, elle comprenait, un afflux de larmes vint à ses yeux et elle les chassa d'un geste de la main, puis tomba à genoux sans un mot, sans un son.
Quelques instants, elle resta ainsi, elle n'avait pas les mots. Ca n'était la première fois qu'elle était confrontée à la mort d'une personne qui avait compté, mais là, pas un seul instant elle n'avait imaginé un Moulins sans Lililea, elle était là, elle serait toujours là, à veiller sur ses habitants et leur santé.

Hul se releva alors et s'approcha de Lili, ce besoin de la regarder, de la toucher, d'être sure que oui, elle était partie.
Elle pose sa main sur le bras douc'ment en s'agenouillant près d'elle, c'est froid, c'est vide, elle en est sure à présent, Lililea n'est plus. Elle la regarde. Malgré la vie qui l'a quittée, elle est toujours belle, toujours ce visage qui inspire la sympathie, la bienveillance.
Quelques mots à son encontre, si elle nous voit, si elle n'est partie encore, loin, loin, pour ne jamais revenir.

J'suis désolée Lililea. J'aurai tant voulu te dire merci plus que je ne l'ai fait, tant voulu que tu te rendes comptes que tu n'étais pas que la médicastre dont on a besoin que quand on est malade ou blessé.
Des regrets oui, voilà ce qu'Hul ressentait en plus de la tristesse, une culpabilité qui s'empare d'elle de se dire que Lililea a toujours beaucoup donné, sans jamais rien demander de plus, alors qu'elle méritait de recevoir bien plus. Culpabilité de se dire qu'elle venait là dans l'espoir encore de demander et que Lili est partie seule, dans son dispensaire, en toute discrétion.
La main se dirige alors sur le visage de Lili, elle vient lui caresser la joue, se penche vers elle tremblottante et pose ses lèvres sur sa joue tout en se relevant et lui chuchotte à l'oreille.

Merci pour tout ce que tu as fait pour nous. Repose en paix ma belle. J'espère que tu continuera de vivre près du Trés-Haut. Que tu l'auras ce bien-être et cette joie, car tu l'auras mérité. Tu étais une femme bien... Tu le resteras à jamais.
Ingrate qu'elle était. Elle aurait du revenir plus tôt au dispensaire. Elle aurait du...

Hul se tourna vers Orckis et Arthur.

J'suis désolée. Toutes mes condoléances. Je sais votre peine... J'suis désolée. Lililea... Elle nous manquera...
Pas la peine de rester plus longtemps, elle savait qu'ils s'occuperaient de sa dépouille, de ses funérailles, qu'ils avaient besoin de réaliser, qu'ils avaient besoin de se recueillir.

Hul les salue brièvement de la tête et se met à courir, voulant quitter le dispensaire au plus vite et faire sonner les cloches, prévenir les habitants. Elle put enfin laisser échapper ses larmes que le froid séchait de suite sur ses joues et qui lui brulait la peau. Moulins serait en deuil. Moulins perdait une habitante de grande valeur. Moulins serait meurtrie. Moulins serait un autre Moulins ce jour.

Eclipse72 a écrit:
Il y avait longtemps qu'elle n'avait pas croisé Lililée ces derniers temps en taverne. L'épidémie qui avait touché Moulins l''avait cantonnée au dispensaire. Sans doute le nombre de malades en augmentation n'avait pas pu lui laisser le temps d'aller boire une chope en taverne.
Aussi, elle passa la porte du dispensaire alors qu'elle "tait solide comme un roc.
Hul, Arthur, Orckis étaient là, les yeux rougis.
pas besoin de parler pour comprendre.


NON ! Pas lili !
Faut faire quelque chose, appeler un médicastre...
un curé...
NOOOOON

Paleonopsis a écrit:
Paleo était arrivée depuis quelques temps à Moulins mais avait repoussé au maximum cet instant. Hulrika lui avait envoyé un courrier pour la prévenir que celle qui l'avait accueillie, l'avait logée et lui avait même donné sa maison, n'était plus.

Paleo connaissait cette douleur qui tiraillait les tripes et faisait monter une énorme boule au fond de la gorge.
Elle l'avait connue par deux fois déjà, lorsque son mari Ouranos avait été retrouvé mort dans le fossé près de Moulins, et lorsque leur douce Khyra n'avait pas survécue à une toux récalcitrante...
Pourtant elle se devait de remercier une dernière fois sa tendre amie. Elle traîna les pieds jusqu'au dispensaire, alors que d'habitude elle y allait en courant...

Elle allait toquer à la porte mais elle savait que la propriétaire ne viendrait plus l'accueillir avec son si joli sourire.
Elle tourna la poignée de la porte d'entrée du dispensaire et entra. Se laissant guider par les sanglots qui emplissaient la maison, elle se dirigea vers le bureau de Lili.

La première chose qu'elle vit lorsqu'elle poussa la porte entrouverte, ce fut un bras, d'une blancheur livide, qui pendait par dessus l'accoudoir d'un fauteuil.
Puis en approchant d'avantage, elle vit Arthur qui tenait Orckis dans ses bras, et des larmes qui perlaient sur leurs joues. Une autre dame, qu'elle avait croisée récemment en taverne, se tenait là également, et ce sont ses sanglots qui avaient dirigé Paleo jusqu'ici.

Elle osa enfin faire face à ce qu'elle redoutait. Elle regarda Lili, qui semblait dormir paisiblement. Lili, sa douce Lili... L'énorme boule dans la gorge perça et des larmes lui montèrent aux yeux.

Elle se baissa pour prendre délicatement la main de son amie et la poser sur son giron.... Cette sensation de froideur ne la surprit qu'à moitié... Elle connaissait cela aussi... Cette chaleur humaine bien réelle, qui quitte le corps du défunt....

Elle chercha du regard un lieu où Lili pourrait être allongée...
Le lit d'auscultation... A défaut de son lit à l'étage, où elle ne pourrait la porter.
Elle allait demander à Arthur de l'aider, mais la peine qu'il ressentait pour son amie l'avait anéanti... Orckis n'était pas en meilleur état.
Elle s'adressa donc à la jeune femme qui était avec eux.


- Pourriez-vous dégager le lit d'auscultation s'il vous plait ? Il faudrait qu'on la couche...

Tandis que la jeune femme s'exécuta, Paleo passa un bras sous l'épaule de son amie défunte, un autre sous ses genoux et souleva Lili en prenant garde de ne point bousculer ses amis éplorés, avant de se diriger vers le lit.
Là elle posa délicatement la médicastre, où celle-ci avait tant demandé à ses patients de s'allonger pour qu'elle leur fasse un diagnostic.

La tête de Lili tomba sur le côté. Paleo la remit droite en redressant doucement l'oreiller, lui écarta une mèche qui tombait sur ses yeux définitivement clos...
Elle prit enfin les deux mains de son amie et les posa l'une sur l'autre sur son thorax.
Puis, elle lui lissa sa houppelande, de façon que Lili soit la plus jolie, même aujourd'hui...

Paleo regarda son amie et lui sourit, lui caressa le visage et déposa une dernière bise sur son front sans ride...

Enfin elle prit une chaise, la posa près du lit, s'assit et pria silencieusement....




Coco... a écrit:
Coco entra discrètement dans le dispensaire.
Elle était venue à Moulins, pour accompagner Paléo qui avait bien besoin de soutient en ce moment, et aussi pour rendre hommage à Lililéa.
Elle se souvenait très bien de Lili, toujours d'humeur charmante, douce et gentille.

Coco salua de la tête les personnes présentes, Arthur, Orckis et Eclipse, rencontrée la veille en taverne.
Elle tira une chaise et s'installa auprès de Paléo, l'accompagnant d'une prière silencieuse, pour le repos de Lililéa.


Dernière édition par _ninon le Jeu 14 Mar - 20:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hulrika

avatar

Nombre de messages : 891
Localisation : Moulins
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Jeu 7 Mar - 17:08

Réponse de Traps :
Citation :
Expéditeur : Traps
Date d'envoi : 06/03/1461 - 21:08:13
Titre : Re: Triste nouvelle
Salutations Hulrika,

Es-tu sûre de ce que tu dis ? Enfin je veux dire...c'est pas possible qu'elle soit...comment le froid aurait-il pu avoir raison d'elle ?

Cordialement,
Traps.

Réponse de Hul à Traps :
Citation :
B'jour Traps,

Hélas, oui je suis sure, j'ai vu sa dépouille, je l'ai touchée. J'suis arrivée au dispensaire, Orckis et Arthur étaient déjà là. C'était trop tard.

Elle est partie Traps, et crois-moi que j'aurai préféré ne pas avoir à t'écrire pour t'annoncer cette triste nouvelle.

Cordialement,
Hul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hulrika

avatar

Nombre de messages : 891
Localisation : Moulins
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Sam 9 Mar - 13:37

Heures et pensées de Mp :
Paleonopsis a écrit:
Heure d'être triste d'avoir dû laisser son amour à Murat
Heure d'être triste de devoir rentrer à Moulins en de telles conditions
Heure d'être triste de dire au revoir une dernière fois à son amie Lililea
Tant de tristesse.....

Courrier reçu :
Citation :
Expéditeur : Paleonopsis
Date d'envoi : 09/03/1461 - 13:15:04
Titre : Re: Triste nouvelle
Bonjour Hulrika,

Je serai à Moulins demain normalement, au pire dans deux jours.
J'espère que l'enterrement de Lili n'a pas encore commencé.
A bientôt

Paleo

Je sais même pas si quelque chose est prévu. Au pire, le nouvel évêque, Neti a un bedeau à Moulins. A voir avec elle, donc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hulrika

avatar

Nombre de messages : 891
Localisation : Moulins
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Dim 10 Mar - 17:44

Hul a pris contact avec le nouvel évêque ce jour, pour les funérailles.

Funérailles
Citation :
Bonjour Monseigneur Neti,

Tout d'abord, félicitations pour votre ordination. J'espère que vous prendrez le temps de vous occuper de mon village, Moulins, dont je suis actuellement la bourgmestre.

Si je me permets de vous écrire, ce jour, ce n'est pas pour vous demander de dépêcher un curé, ça viendra, mais j'vous laisse le temps de prendre vos fonctions avant de demander une audience à ce sujet, mais parce qu'une de nos plus anciennes habitantes est passée de vie à trépas (mort RP, changement de nom IG), et nous aimerions qu'elle ait des funérailles décentes, histoire de lui rendre un dernier adieu mais aussi de lui dire merci pour tout ce qu'elle aura apporté au village.

Votre bedeau ne pourrait-il pas organiser ces funérailles? Quels sont les démarches?

Dans l'attente de votre réponse,
Cordialement,
Le 10 mars 1461,
Hulrika, maire de Moulins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hulrika

avatar

Nombre de messages : 891
Localisation : Moulins
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Ven 15 Mar - 21:01

Bon, apparemment JDNeti a une connexion en carton, d'où son absence de réponse. J'ai donc contacté JDYut qui envoie un PS à Moulins pour les funérailles. Il sera là dans 3 jours, Frere_Toc.

Pour la mise en place, simple, Hul n'étant plus au dispensaire, elle l'aura choppé à l'Eglise quand elle a sonné les cloches et le ramène au dispensaire avec elle, pour voir Lili et que funérailles s'ensuivent. Je posterai demain ou après-demain au dispensaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lililea62

avatar

Nombre de messages : 41
Age : 52
Date d'inscription : 21/07/2006

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Mar 19 Mar - 9:57

Dommage de finir comme ça au bout de 6 années de jeu
Lililea etait une marionnette tres discrete mais au point de l'oublier et la laisser partir sans funeraille
Elle a pourtant aidé plus d'un moulinois sans rien en retour et hebergé les plus malheureux jusqu'à donner sa demeure et vivre au dispensaire

bon jeu à tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hulrika

avatar

Nombre de messages : 891
Localisation : Moulins
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Mar 19 Mar - 20:18

Elle va en avoir des funérailles!
Laisse moi le temps de savoir si le PS est arrivé et le joueur de l'archevêque prêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hulrika

avatar

Nombre de messages : 891
Localisation : Moulins
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Jeu 21 Mar - 9:00

Halle de Moulins, [RP/HRP/FLOOD] Heures et Pensées, Acte XVII
Paleonopsis a écrit:
Heure de prévenir les habitants qu'ils peuvent se recueillir près de Lili au dispensaire
Heure de penser faire un trait définitif sur Moulins
Heure de regretter d'avoir voulu discuter avec qui se reconnaîtra
Heure de se consacrer maintenant à sa nouvelle vie et de retourner près de son tendre....

Suite du RP dispensaire :
(J'ai prévenu JDPaleo, j'imagine qu'elle va poster, sa marionnette a fait le déplacement jusque Moulins avec Coco pour ta Lili, mais elle ne peut y rester indéfiniment, elle postera avec un PS surement. Je ne sais qui passe une annonce pour les funérailles, si qqn s'en charge ou si Hul le fait, l'annonce sera passé quand le RP à l'Eglise débutera et bien sûr il y aura un mot sur le panneau de la mairie pour prévenir les moulinois.
Certains joueurs manquent de temps en ce moment JDLili ou leurs persos sont en voyage, ça ne veut pas dire qu'ils s'en foutent, mais ne t'inquiète pas, même si ça prend du temps ta Lililea aura des funérailles dignes de ce nom, on la laissera pas partir comme ça.)

Hulrika a écrit:
Après avoir sonné les cloches, et envoyé à la hâte quelques courriers difficiles à écrire pour annoncer que Lili n'était plus, Hul avait cherché partout dans le village du Sans Nom la présence d'un bedeau, ou d'un homme d'Eglise, autant dire une aiguille dans une meule de foin, quoique c'était plus proche de l'impossible.

Ceci-dit, pour une fois, le Très-Haut avait répondu à sa demande, elle trouva un homme habillé d'une robe de bure dans la sacristie de l'Eglise Oane, sensiblement occupé à goûter le vin de messe. Elle le prit par le bras bien vite, l'arrachant à ses occupations, pour l'emmener près de Lili, et lui donner l'extrême onction, lui expliquant ce qu'il en était et qu'elle avait besoin de lui sur le chemin.

Arrivée au dispensaire, un nœud dans sa gorge l'empêcha d'ouvrir la porte quelques instants, elle prit une forte inspiration et entra, le frère toujours fermement tenu à son bras. Lili n'était plus figée dans son fauteuil, elle chercha un peu et trouva Paleo, Coco, Eclipse, Arthur et Orckis en recueillement dans la salle de consultation, où trônait sur le lit qui en avait vu des malades, celle qu'on appellerait toujours la médicastre de Moulins, Lililea.

Elle se signa et ne dit un mot, laissant l'homme en robe de bure faire ce qu'il venait faire ici.

Frere_Toc a écrit:


Bien occupé à boire son vin, le bedeau faisait une légère grimace à chaque gorgée qu’il buvait. De la vraie piquette, cela allait sans dire! Il avait connu des vins de messes de bien meilleure qualité dans sa jeunesse. Mais hélas, il semblait qu’on ne se souciait plus beaucoup du vin qu’on offrait aux fidèles. Il espérait néanmoins que la cuvée de la semaine prochaine soit meilleure. Ce n’est pas vrai qu’il boira de la pisse comme celle-ci toute sa vie!
Tient, il devrait commander du vin bourguignon! C'était certes cher, mais ça en valait le coup. Il le nota sur un bout de parchemin non loin, de peur de l’oublier. Puis, il jeta le papier dans le feu. Non, avare de ces petits plaisirs gustatif, jamais il ne serait capable de donner un grand vin bourguignon aux fidèles. Enfin, juste pour lui? C’est ainsi que, l’esprit bien dispersé par les effets néfaste d’une surconsommation abusive d’alcool, le ventripotent clerc élabora un plan diabolique pour faire en sorte d’avoir du vin bourguignon pour lui, et de la piquette pour les fidèles. Ce ne serait pas une mince affaire, oh que non! Mais en redoublant d’efforts, il pourrait y arriver.

Une bouteille à la main (ou à la bouche, comme vous voulez), le bedeau tentait fermement de réussir à dénouer tous les problèmes de son plan bien complexe. C’est alors qu’une femme entra en trombe dans la sacristie où il se trouvait. Il fronça les sourcils, bien surpris. C’est qu’on n’entre pas ici comme dans un moulin. Un moulin, à Moulins! Voilà!
Enfin bref, il n’eut même pas le temps de songer à ce piètre jeu de mot que la dame en question le traînait de force. Mais que faisait-elle!? Allait-il devenir un otage? Il fallait dire que comme ravisseuse, elle était plutôt jolie.
Le clerc n’eut pas le temps d’ouvrir la bouche pour demander ce qu’il en était, que la dame lui expliqua la bien grave situation. Être clerc peut être bénéfique sur de nombreux plans, mais cette facette de son métier était bien difficile pour le Frère Toc. La mort d’un proche était toujours une épreuve pour les personnes qui la vive, et les religieux se trouvait bien malgré eux en plein cœur de cette tristesse.

Entrant dans le dispensaire, Frère Toc se signa discrètement avant de se diriger vers la défunte. Après un bref instant, il posa sa main sur le front de la femme, puis dit:


Que Dieu sa fille à ses côtés au Paradis Solaire, et qu'il pardonne tous ses péchés.

Il posa son regard sur chacune des personnes présentes, un à un.

Mes enfants, gardons un instant de silence pour prier pour l’âme de notre sœur.

Après l’instant de silence, il demanda, sans vraiment de destinataire précis :

Quand préféreriez-vous de célébrer les funérailles?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hulrika

avatar

Nombre de messages : 891
Localisation : Moulins
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Jeu 28 Mar - 1:25

--Paleo a écrit:
Paleo était assise près de sa bienfaitrice depuis un petit moment, Coco à ses côtés, Eclipse, Orckis et Arthur un peu en retrait derrière elles.
Tandis que le silence était de plus en plus pesant dans le bureau de Lili, la porte du dispensaire s'ouvrit à nouveau et Hulrika les rejoint, accompagné de ce qui ressemblait à un homme d'église.
Apparemment l'homme avait du gouter plus que de raison au vin de messe de notre Dame, mais mieux valait cet hurluberlu que personne du tout.
Paleo et Coco reculèrent leurs sièges pour permettre au bedeau de se rapprocher de Lili, dont il toucha le front avant de prononcer quelques paroles
:


Que Dieu sa fille à ses côtés au Paradis Solaire, et qu'il pardonne tous ses péchés.

Puis il se tourna vers les quelques amis venus saluer une dernière fois la médicastre :

Mes enfants, gardons un instant de silence pour prier pour l’âme de notre sœur.

Puis après un moment qui sembla durer une éternité à Paleo, il demanda :

Quand préféreriez-vous de célébrer les funérailles?


Paleo regarda les autres moulinois car elle devait repartir rapidement pour Murat mais ne voulait pas prendre la décision seule...

Hulrika a écrit:
Elle ne cessait d'observer Lili étendue là, se remémorant les mois qu'elle avait vécus ici, cette main tendue, cet accueil, les soins qu'elle lui avait prodigués, sa douceur, sa gentillesse, sa prévenance, sa discrétion aussi. Elle lui devait la vie... et bien plus.

Silencieuse, elle ne disait mot, Hul n'était pas du genre à trop montrer ses émotions, pas plus qu'ses sentiments, mais tous ceux qui la connaissaient savaient qu'elle était être humain et qu'à ce titre, elle ressentait, elle s'attachait et elle aimait.
La gorge serrée, les yeux fixés sur la dépouille, elle semblait comme figée, était-ce l'absence d'émotions ou au contraire, sa manière à elle d'être et de se protéger?
Elle prenait sur elle. Pas craquer. Pas d'vant les gens.

Elle écouta l'frère donner quelques prières, baissa la tête et pria à son tour en silence. Puis, elle haussa le regard sur les gens présents.
Non, elle n'avait été l'amie la plus proche de Lili, non ce n'était son rôle.
Mais face au démuni qu'impose la perte d'un proche, elle se râcla douc'ment la gorge et répondit au frère.

Mon frère, je crois que vous pouvez dès à présent préparer la cérémonie.
Un regard sur Paleo, elle savait qu'il n'était facile pour elle de se trouver à Moulins, des souvenirs difficiles, une vie ailleurs, mais elle était là, pour Lili, et Hul appréciait qu'elle fut là.
Paleo, peux-tu t'occuper de lui apporter les derniers soins, et lui choisir sa plus belle robe?
D'mon côté, j'ai toujours quelques cercueils à mon échoppe, je vais personnaliser celui qui accueillera le corps de Lili.
Boule qui se serre dans sa gorge, oui c'est concret là. On en est là...
Demain, oui demain... nous pourrons procéder aux funérailles.
Regard vague sur le corps alors qu'elle prononce ces derniers mots.
Il est temps...
Baisse ses yeux et signe ses lèvres, avant de s'incliner respectueusement d'vant Lili et d'sortir dans le couloir.
L'émotion la submergeait. Elle se sentait mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hulrika

avatar

Nombre de messages : 891
Localisation : Moulins
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Dim 21 Avr - 14:24

Annonce postée dans les panneaux d'affichage de Moulins et de la Gargote :

Hulrika a écrit:
Cela faisait quelques temps que le corps sans vie de Lililea reposait au dispensaire. La veillée funèbre avait pris fin, il fallait dès à présent procéder aux funérailles et lui rendre un dernier hommage.
Hul espérait que beaucoup viendraient à la célébration, tellement ceux dont elle avait sauvé la vie ou apporté de sa gentillesse, au fil des années, étaient nombreux, elle apposa donc son message aux yeux de tous, le cœur un peu gros, à cette fin.




(Cliquer sur l'affiche pour le RP des funérailles, merci d'afficher cette annonce dans vos villages.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hulrika

avatar

Nombre de messages : 891
Localisation : Moulins
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Dim 21 Avr - 14:27

[RP] Eglise Oane de Moulins :

Frere_Toc a écrit:


Il avait bénit la décédée, mais ce n'était pas tout! Il fallait maintenant célébrer les funérailles de Lililea62, puis l'enterrer. Ah, que c'était compliqué les morts. Le corps meurt, mais il faut s'occuper de l'âme et ça, ce n'est pas facile même pour un clerc comme le Frère Toc! C'est ainsi que toujours vêtu de sa robe de bure, le bedeau alla sonner les cloches de l'Église de Moulins pour avertir la population de la prochaine cérémonie. Il se dirigea sur le parvis pour accueillir les fidèles qui viendraient. Il espéraient que ceux-ci seraient en grand nombre, c'était tout de même les funérailles d'une personne importante pour Moulins, et il était toujours important de rendre un dernier hommage.
Je rappelle que Frere_Toc est joué par JDYut, Archevêque de la province de Lyon, dont Moulins fait partie. Donc, même si utilisation d'un PS, les funérailles seront officielles et donc validées RP, avec un certificat de décès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hulrika

avatar

Nombre de messages : 891
Localisation : Moulins
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Lun 22 Avr - 0:37

Titibougnat a écrit:
Mais que fichait l'EA ?
Faut croire qu'à force de ce battre contre le bon roi Eusaias l'église finissait par en oublier ses fondamentaux.
Voilà t'y pas qu'elle enterrait les gens enfermés au couvent maintenant !
Assis sur la plus haute branche un tibougnat chantait


Voilà bien qu'à Moulins
On pactise avec le Malin

Mais toi frère tuck
Enterreras-tu
Cette berrichone
Qui est chez les nonnes ?

Avant que d'enterrer
Me parait mieux de vérifier.

Notre Lili de Moulins est morte, ceci-dit, le changement de nom de Lililea à Lililae prête à confusion. Pour un changement de RP radical et donc pour que la mort de Lililea soit comprise RP, il aurait fallu un nom plus différent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hulrika

avatar

Nombre de messages : 891
Localisation : Moulins
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Sam 27 Avr - 17:18

Suite RP Eglise :
Duncan_mac_campbell a écrit:
Prier, pour que ça aille mieux, pour que sa soeur n'ait pas de soucis sur les routes, pour que Daibhidh s'en sorte, pour que le Bourbonnais-Auvergne ne souffre pas de ce qui semble peser au-dessus de sa tête comme une épée de Damoclès. L'église de Moulins sur la place du village se dressait fièrement face à une fontaine dans laquelle l'eau bruisselait en un doux clapotis.

Il entra, son manteau de voyage sur les épaules des mêmes couleurs que son tartan habituel qu'il avait laissé chez lui, à Montpensier, hors de question qu'il se promène avec un signe aussi distinctif. Surtout s'ils devaient combattre.

Son pas silencieux n'aurait jamais fait deviner à personne sa présence puisqu'il se mouvait avec la dextérité d'une ombre, impressionnant pour un homme de sa condition physique et sa corpulence.

Il récita son crédo et des paroles muettes pour la sauvegarde des siens.


Encore un joueur qui poste en se foutant de ce qui se passe avant. Ceci-dit, comme le RP traine...

Melisandre a écrit:
"Viens avec moi méli, aller ste plaît tu va pas me laisser y aller toute seul ?! " Et comme à chaque fois ou presque elle se faisait avoir par la bûcheronne.
"Bon d'accord alors rendez-vous dans une 1H au son des cloches devant l'église "
Lililea62, Meli ne la connaissait que très peu mais savait qu'elle avait beaucoup œuvré pour les personnes malades ou qui avait besoin d'aide au dispensaire de la ville. Elle voulait donc lui rendre un dernier hommage mais avant un petit tour au village ne lui ferait pas du mal.
C'est que depuis qu'elle était revenue à Moulins elle se devait de retrouver sa boulasse éternel qu'elle avait perdu en mer.
Le temps d'aller faire un petit tours dans les tavernes de la ville, elle avait pas du tout entendu les cloches sonnaient c'est donc au pas de course que melisandre arriva devant le parvis de l'église ou Hul attendait déjà.


- Tut tut tut me dis rien je sais....Bon alors on y va ? regarde autour d'elles Heu il y a que nous ?! C'est une blague j'espère ?!

Hulrika a écrit:
La veillée funèbre avait été éprouvante pour Hul. Elle n'aurait pensé être si touchée par la disparition de la médicastre, elle ne s'y attendait pas surtout, et entrer dans cette Eglise lui demandait un gros effort, elle devait encore prendre sur elle, ne pas se laisser aller. Elle avait peur de ce que la cérémonie lui ferait vivre et ressentir, peur de devoir affronter ses émotions qu'elle refoulait bien souvent.

Le jour J était arrivé. Ce jour, on enterrait une moulinoise, ce jour, on dirait un dernier adieu à la médicastre, cette même médicastre qui lui avait sauvé la vie et accueilli au dispensaire des mois durant. De nombreux souvenirs assaillaient Hul, elle respirait fortement comme pour se donner du courage, en attendant sur le parvis celle à qui elle avait demandé de l'accompagner pour affronter cela. Nerveuse, Hul se mordillait le pouce en faisant les 400 pas. Les cloches sonnaient.

Afin de faire honneur à la défunte, elle avait vêtu l'ensemble que sa marraine lui avait offert pour la finale de la Coupe de Soule Royale, ces mêmes braies de cuir souple noir, et cette chemise en soie couleur bleu turquoise, un peu trop près du corps à son goût, mais qui ne portaient ni traces d'usure ni taches. Elle n'avait pu se résoudre à se délester de sa hache, mais elle avait choisi sa plus belle qu'elle avait lustrée et nettoyée offerte par Jihel et celle-ci était attachée à sa taille par des lanières. Aussi, son parrain comme sa marraine seraient avec elle d'une certaine façon.

Elle avait travaillé sur le cercueil dans lequel reposait Lili à présent, l'ornant de quelques motifs qui la représentait, elle l'avait voulu simple mais préparé avec soin et amour, à l'image de Lili.
Aujourd'hui, elle savait que ce cercueil n'était plus vide, Lili y reposait et bientôt il serait mis en terre, avec son occupante.

Hul entendit quelqu'un arriver en courant, posa son regard sur l'arrivante, Meli, et enfouit en elle toutes ses pensées du moment pour se parer d'un sourire léger mais qui se voulait le moins émotif possible.

Merci d'être venue.
Elle prit machinalement son bras, haussant les épaules à la dernière remarque, inspira et poussa la porte de l'Eglise Oane remontant l'allée à ses côtés.

Un silence oppressant les accueillaient. A peine entrée, on ne pouvait que difficilement ne pas voir le cercueil qui trônait au bout de l'allée, le frère Toc à ses côtés. Hul inclina la tête à son encontre en silence, et crispa ses doigts sur le bras de Meli s'arrêtant net à mi-parcours.

Je ne peux pas Meli.
Hul devint fébrile, elle pensait à sa gamine, celle pour qui elle n'avait pu offrir funérailles décentes, celle qui reposait toujours dans une fosse commune d'Agen, celle dont les os devaient être mélangés avec ceux d'illustres inconnus. Une envie d'vomir qui la gagne, ses jambes ne peuvent bouger.
J'me suis permise de déplacer l'frère_Toc mdr Envie qu'ma Hul soit seule sur le parvis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hulrika

avatar

Nombre de messages : 891
Localisation : Moulins
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Sam 27 Avr - 21:39

Orckis a écrit:
Discrètement, Orckis pénétra dans l'église de Moulins. C'est pas souvent qu'elle y avait mis les pieds en ce lieu. A vrai dire, elle ne savait même plus quelle en était la dernière occasion et cela n'avait pas grande importance. Aujourd'hui,c'est pour Lililea qu'elle entre dans le grand édifice. Lililea, son amie... La moulinoise n'est toujours pas remise de sa disparition. C'est pourtant elle qui l'a trouvée "endormie" à tout jamais dans son bureau du dispensaire. Elle soupire et frissonne. D'un geste machinal, elle resserre son châle sur ses épaules. Lili...

Le regard de la moulinoise se pose sur le cercueil. Une larme coule sur sa joue et son coeur se serre. Oh Lili... La douce Lili repose maintenant dans cette boite. La discrète médicastre n'est plus. Elle s'en est allée comme elle a vécut sans un bruit, pour ne pas déranger.

Orckis passe la main sur le bois poli du cercueil. Les souvenirs de toutes ses années passées refont surface. Elle ferme les yeux et revoit la Doc penchée au-dessus de la jambe d'Arthur, si elle ne l'avait si bien soigné, il en aurait probablement perdu l'usage. Les jours suivant, c'est Lili aussi qui avait permit à Orckis de mettre au monde son Ili jolie. C'est en ces temps mouvementés que la moulinoise avait découvert la douceur et la gentillesse de la chaleureuse Lililea. Leur amitié était née. La médicastre l'avait ensuite formée pour l'aider au dispensaire et Orckis avait aimé travailler auprès d'elle. Puis il y avait eu Zanthis... Zanthis qui lui aussi avait travaillé avec Lili. Zanthis... disparut il y a fort longtemps, retrouvé mort en bas des remparts de Luxeuil. Zanthis, le second compagnon de la moulinoise. Là encore, à son retour à Moulins après ce triste événement, Lili avait été présente.


"Oh Lili !! comme tu me manque..." dit-elle dans un profond soupir. "Qui sera là maintenant pour soigner nos plaies au corps et à l'âme ?"

Avisant tout à coup Hulrika et Méli, Orckis se reprend et se redresse.

"Heu... bonjour les filles..." s'exclame-t-elle avec un demi sourire crispé. "Heu... merci d'avoir organisé... pour Lili... enfin, je veux dire... c'est bien, il le fallait..."

Après avoir bisé les deux jeunes femmes, la moulinoise alla s'asseoir sur un banc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hulrika

avatar

Nombre de messages : 891
Localisation : Moulins
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Dim 28 Avr - 3:04

Arthurdayne a écrit:
Ils étaient passés par la porte principale de la ville. Un petit groupe silencieux, dans une rue où tout semblait en berne. Visages tournés vers le sol, démarches mal assurées, fenêtres closes. Le paysage d'une ville en deuil.

Arthur, comme tout homme arrivé dans la force de l'âge, commençait à perdre le compte des enterrements qui avaient jalonné son existence. Et celui-ci, comme une poignée d'autres par le passé, semblait, comme une tâche d'huile, répandre sa tristesse à travers les rues et les venelles, jusqu'à gagner chaque coeur qui battait encore dans cette ville.

Il était des personnalités qui marquaient une communauté. Par leur force, par leur charisme, par leur investissement. Lorsque l'on pensait à Lili, c'était sa gentillesse, sa discrétion, sa disponibilité qui venaient aussitôt à l'esprit. Son amie, une de ses plus vieilles amies en ces terres, avait quitté la vie à petits pas, sans bruit, pour ne déranger personne, comme elle avait mené son existence.

Lili avait toujours été au service des autres, sans jamais exiger quoi que ce fût en retour. Elle donnait, simplement, avec bonheur, et jamais ne réclamait un quelconque dû. Elle aimait Moulins et les Moulinois de la manière la plus pure qui pouvait être, sans fioritures, sans exigences, sans mauvais esprit.

Il était étonnant de voir comme une personne aussi discrète pouvait laisser derrière elle un tel vide. Alors qu'ils arpentaient les rues de Moulins, en direction de l'église, les cloches résonnant déjà par-dessus les toits en deuil, chaque visage qu'ils croisaient, chaque regard qui rencontraient les leurs, portaient les marques de ce manque terrible, de ce vide soudain. Moulins avait perdu un petit morceau de son âme, comme un oiseau dont on s'est tant habitué au chant qu'on ne l'entend presque plus, qu'on ne l'entend jamais autant que quand il a disparu. Lililea était à Moulins comme de ces musiques qui n'existent jamais tant que le manque qu'elles laissent lorsqu'elles s'éteignent.

Ils étaient plusieurs à suivre leur marche, et ceux qui, par choix, par égard, par discrétion, ne souhaitaient pas monter jusqu'à l'église, leur adressaient des regards d'encouragement. Ils étaient quatre, quatre silhouettes dessinées de tristesse. Arthur ouvrait la route, parce qu'il préférait mener la marche, parce qu'il ne se sentait pas la force, pour l'heure, d'appréhender du regard la douleur des jeunes gens qui le suivaient.

Il les savait derrière lui, et cela était suffisant. Il savait qu'Ili, au centre, entourait de ses bras les épaules de deux garçons. Alwin d'un côté, bien sûr, qui, bien que n'étant pas étroitement lié à Lili, avait cette qualité héritée de sa mère de vivre en empathie la douleur des autres. Et Wellan de l'autre. Le fils de Lili, qui avait quelques mois d'écart avec Alwin, mais déjà le dépassait d'une tête, plus élancé que son aîné. Wellan que Lili avait confié à un monastère voisin afin qu'il ait une bonne éducation, selon les préceptes qu'elle-même suivait.

Arthur avait donc fait la route la veille afin que le fils puisse accompagner sa mère dans cet ultime voyage. Accompagné de sa fille et de ses deux filleuls, et suivi par une poignée de villageois souhaitant rendre un dernier hommage à Lili, il arriva donc en vue de l'église Oane. Cet édifice récent, construit non loin des vestiges de l'ancienne église Saint-Xavier, qui avait été détruite par un incendie lors de la dernière attaque d'importance que le village avait subi.

Pas plus que dans la précédente, Arthur n'entrerait dans cette église. Sur le parvis, il se tourna vers les enfants, posant d'abord une main sur l'épaule d'Alwin.


Ili va vous emmener, maintenant, moi je reste là. Je compte sur toi pour soutenir Wellan. Tu es un homme, maintenant, un homme courageux, et c'est dans une douleur telle qu'aujourd'hui qu'on reconnait le vrai courage.

Alwin hocha la tête, le regard déterminé. Arthur posa ensuite une bise sur le front d'Ili.

Ta mère est sûrement déjà là. Inutile de te dire qu'elle aura besoin de toi, pour la soutenir dans cette épreuve. Les garçons aussi, même s'ils ne le montreront peut-être pas. Veille sur eux. Je sais que tu es assez forte pour assumer tout ça, et ce soir, quand les garçons seront couchés, et que nous ne serons plus que tous les deux, alors on pourra laisser le chagrin prendre ses droits.

Il lui adressa une esquisse de sourire, puis se tourna vers Wellan. Le jeune garçon avait la douceur des traits de sa mère, et aussi quelque chose de son père, dans le regard. De ce père qui avait fui, qu'il n'avait jamais connu. Pour l'heure, il semblait plutôt perdu, ne disait pas un mot. Arthur passa une main dans les cheveux du garçon.


On y est, mon grand. Je ne te cache pas que ça va être très dur. Tu seras entouré, tout Moulins partage un peu de ta douleur, mais en même temps, tu seras terriblement seul. Je ne sais pas si ta maman nous voit, mais je suis sûr d'une chose. Elle est fière de toi, et elle le sera toujours, quoi qu'il arrive.

Il serra brièvement l'épaule de Wellan, comme pour lui communiquer un peu d'une force illusoire, et laissa partir les trois jeunes gens, qui disparurent dans la relative pénombre de l'église. Il se retrouva seul sur le parvis, avec ses convictions bien futiles en cet instant, mais on ne se raccroche jamais qu'à des futilités en de tels moments.

Il s'assit seul sur la pierre du parvis, adossé au mur de l'église, à la gauche des grandes portes. Sa place habituelle. On se raccroche aussi aux habitudes. Il s'assit seul, avec ses convictions, ses futilités, ses habitudes et ses souvenirs.

Très vite, alors qu'il s'était aventuré les premières fois dans les tavernes de la ville, longtemps pourtant après son arrivée, des personnes s'étaient détachées, s'étaient imposées comme étant les piliers de Moulins. Lili en faisait partie. D'une amitié comme une autre, leur relation avait évolué vers quelque chose de plus fort, de plus profond.

Lili était une femme à qui il devait la vie. Il n'exagérait pas ces mots. Il ne lui devait même pas une seule vie, mais plusieurs. Elle avait commencé par sauver sa jambe, cette vieille blessure, héritée d'un coup d'épée, qui avait ralenti son retour à Moulins, qui s'était infectée, à ce point qu'il était arrivé tremblant de fièvre, la plaie puant déjà la mort. Une mort qu'il avait défié pour pouvoir rentrer à temps pour la naissance de sa fille.

Son astre, son soleil, la seule réussite dont il n'avait jamais douté. Son Ili jolie. Et c'était Lili qui avait accompagné sa venue au monde, son premier cri, son premier souffle. Elle qui déjà l'avait sauvée alors même qu'elle n'avait pas quitté le giron confortable de sa mère, lorsque Orckis avait fait cette mauvaise chute au verger.

Puis il y avait eu tant d'autres vies que lui devait Arthur. Comme s'il était un chat, collectionnant les vies par la grâce des mains guérisseuses de son amie. Cet autre coup d'épée reçu à l'épaule lors de l'attaque de Moulins. Ses phalanges brisées de rage, de furie, d'impuissance face à la mort qui continuait son jeu de fauche en se refusant à le prendre lui. Ses phalanges qu'il avait pulvérisées sur le tronc d'un arbre centenaire, et que Lili avait soignées avec application, avec entêtement, alors même que lui n'était plus qu'une épave à la dérive, qu'un navire ne rêvant plus que de sombrer dans les profondeurs, de se perdre dans les abysses.

Alors même que tous ses proches, autour de lui, ne savaient plus quoi faire pour le maintenir à la surface, pour l'empêcher de se noyer, de se perdre dans un océan de douleurs, parce qu'il avait perdu son Horizon, Lili n'avait pas cherché à le faire parler, à lui faire mettre des mots sur sa peine indicible. Elle n'avait pas cherché non plus à apaiser sa souffrance inapaisable par des mots convenus sur le deuil ou la perte d'un être cher.

Non, Lili avait simplement, avec une obstination tranquille, nettoyé, pansé, enduit de cataplasmes, chaque jour, ses doigts meurtris. Et c'était par ce contact léger, littéralement du bout des doigts, qu'elle l'avait à sa manière maintenu à flot. Elle qui tant de fois, lors de cette période noire, avait pris soin d'Iliana comme de sa propre fille. Ne l'avait pas jugé pour ses fautes. Et toujours, dans le même temps, avait soutenu Orckis.

Lili encore qui, lorsqu'il était enfin rentré à Moulins, après des mois d'errances à travers le royaume, avait soigné sa pommette tuméfiée, limitant à une simple balafre sous l'oeil une blessure qui aurait pu le défigurer.

Combien d'autres cicatrices, combien d'autres blessures pansées, correctement guéries par la magie des mains de son amie? Combien de proches, comme lui, sauvés par elle?

Pour une vie passée sur cette terre, Lili en avait offert tant d'autres. Là où la mort était une faucheuse, Lili était une semeuse qui, avec application, avait fait fleurir Moulins durant tant d'années.

Et les fleurs de Moulins, qu'elle avait contribué à rendre aussi belles et pleines de santé, convergeaient aujourd'hui vers l'église pour lui rendre un dernier hommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hulrika

avatar

Nombre de messages : 891
Localisation : Moulins
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Mar 30 Avr - 0:02

Melisandre a écrit:
Elle avait remonté l'allée au bras de son amie dans le silence quand, d'un coup elle sentit que quelque chose n'allait pas.
Ses yeux se tourna vers Hul, regard qui s'interroge que ce passer t'il? Melisandre l'avait rarement vu dans un pareil état et pour cause, la bûcheronne n'étais pas du style à être aussi émotive mais, l'annonce du décès de lililea lui avait fait un choc et aujourd'hui encore ce choc était bien présent. La brunette ne savait trop ce qui se passer dans la tête de Hulrika alors la main de méli viens se glisser dans le dos de hul, un geste qui se voulait tendre, comme une mère qui consolait son enfant. Lui donner du courage d'avancer, d'aller jusqu'au bout, d'aller rendre un dernier hommage à celle qui lui avait éviter de justesse la mort, celle aussi qu'il l'avait héberger un bon moment.


- Allez Hul, ressaisie toi !

Petite tape sur l'épaule, elle pousse légèrement la hul à avancer jusqu'au cercueil, baissant les yeux sur celui-ci, elle se recueil dans le silence un bon moment avant de levé la tête et de s’apercevoir qu'elle avaient été rejointe par d'autre Moulinois, notamment Orckis.
L'émotion devenait forte en cette église. Dans un chuchotement elle répondit :


- Bonjour orckis, faut remercier Hul c'est elle qui c'est organisé de tout...

Oui il lui en avait fallut du courage pour s'occuper de tout ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hulrika

avatar

Nombre de messages : 891
Localisation : Moulins
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Jeu 2 Mai - 20:24

Hulrika a écrit:
Une main qui se glisse en son dos, Hul apprécie le geste et se mord la lèvre durement, petite souffrance qui lui fait prendre conscience de son corps, son esprit sortant de sa torpeur, se répétant comme bien souvent à elle-même. Sois forte Hul! Ne craque pas! Fais-le pour Lililea! Fais-le pour le village! Pense à ses amis, à son fils, qui eux, doivent ressentir encore plus de peine. Ils ont besoin de toi! Redresse-toi! Vas-y!
Grande inspiration, la chaleur dans son dos l'aide, elle a bien fait de demander à Meli d'être là, un soutien qui lui inssufle courage nécessaire.
Petit tape sur l'épaule, le pied devient moins lourd, il se détache du sol, le genou se lève, la lourdeur s'estompe et elle avance l'oeil sur le cercueil, chassant par là même les réminiscences du passé.
C'est parti! Pour toi Lili...

Le silence règne, Hul ne reste que peu de temps près du cercueil, le temps de se signer, d'adresser une prière silencieuse pour Lililea et d'regarder Orckis qu'elle sentait touchée au plus haut point par la disparition de la médicastre.

B'jour Orckis...
Regard fuyant, que c'est dur d'affronter la tristesse et la peine des autres.
Toutes mes condoléances.
Bise rendue du bout des lèvres, elle ne sait quoi dire. Acquiesce sans mot dire.

L'Eglise s'emplit. Elle lit la peine, elle lit le recueillement sur les visages sur lequel son regard se pose, elle ne sait que trop bien que ce jour, ce n'est pas que Lili qu'on enterre, non, c'est aussi une présence, une habitude que tous avaient, une de nos plus anciennes habitantes, une habitante qui portait en elle la mémoire du village et c'est aussi de nouvelles questions que jusqu'alors personne n'avait eu besoin de se poser. Que va devenir le dispensaire? Qui irons-nous voir quand nous serons malades ou blessés? Qui prendra soin de nous? Qui?

La buch'ronne préfère prendre place sur un banc, pas trop devant ne faisant partie des plus proches de Lili, mais pas trop derrière non plus, car Lililea était et restera lié à son histoire à elle et à Moulins, et qu'elle l'appréciait en tant qu'personne et pour tout le bien qu'elle avait fait autour d'elle, gratuitement, avec discrétion, sans juger, donnant des soins mais surtout de l'amour.
Jamais trop intrusive quand elle soignait, laissant le malade ou le blessé lui donner ce qu'il pouvait lui donner, se confier en cas d'besoin, ou ne rien dire par méfiance ou peur. C'était ça Lili. Soigner, écouter, apporter à toute personne qui allait lui demander aide, connus ou inconnus, bons ou mauvais, méritants ou non, reconnaissants comme ingrats.

Hul baissa la tête, croisa ses doigts et pria, consciente plus que jamais de ce que tout Moulins perdait, ses yeux embués, elle tentait de garder l'contrôle de ses émotions, de ne rien laisser paraitre avec la hâte que la cérémonie commence et qu'on en finisse afin que Lililea trouve la quiétude et le repos éternel sans que jamais Moulins n'oublie combien elle avait œuvré pour chacun d'entre eux sans même que la plupart s'en rende compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hulrika

avatar

Nombre de messages : 891
Localisation : Moulins
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Ven 3 Mai - 22:16

Iliana a écrit:
Papa, les garçons et elle avaient fait tout le chemin en silence. Ili surveillait du coin de l'oeil Wellan, attentive à ses expressions, mais le fils de Lili gardait le même visage fermé. Il n'avait pas dit grand chose depuis que papa était revenu avec lui, et Ili n'osait pas vraiment lui poser de questions, l'amener à parler de son chagrin. Il fallait aussi respecter son silence.

Devant l'église, papa resta sur le parvis, comme d'habitude. Quand elle était petite fille, ça l'avait un peu intriguée, ce refus obstiné de rentrer dans les églises. Elle avait interrogé maman, Maë, et d'autres Moulinois, mais les réponses qu'on lui avait donné à l'époque ne lui avaient pas paru très claires. Et maintenant qu'elle était adulte, presque adulte, dirait papa, elle comprenait que c'était un choix, et que les raisons appartenaient à son père.

Elle les ignorait toujours, même si elle pouvait en deviner certaines, mais elle connaissait suffisamment son vieux père pour savoir qu'un jour, il lui expliquerait. Il fallait juste que le moment se présente.

Il parla d'abord à Alwin, puis il s'approcha d'elle, et posa une bise sur son front. Un geste rituel, une marque d'affection qu'elle avait toujours connu, une manière de lui donner un peu de sa force dans les moments difficiles.


Ta mère est sûrement déjà là. Inutile de te dire qu'elle aura besoin de toi, pour la soutenir dans cette épreuve. Les garçons aussi, même s'ils ne le montreront peut-être pas. Veille sur eux. Je sais que tu es assez forte pour assumer tout ça, et ce soir, quand les garçons seront couchés, et que nous ne serons plus que tous les deux, alors on pourra laisser le chagrin prendre ses droits.

Les mots de papa la touchèrent. D'abord pour la confiance qu'il lui exprimait. Et aussi par le chagrin qu'elle lisait dans ses yeux. Elle déposa une tendre bise sur sa joue râpeuse.

Promis, je veillerai sur eux et sur maman.

Papa parla ensuite à Wellan, et Ili emmena les deux garçons à l'intérieur de l'église. Maman était en effet déjà arrivée, et il y avait aussi Hul et Méli. Doucement, Ili guida les garçons vers le cercueil où reposait Lili.

Jusqu'à maintenant, elle avait réussi à maintenir la tristesse à distance. Mais à mesure qu'elle remontait l'allée centrale, qu'elle s'approchait de la dépouille de Lili, elle sentit les sanglots lui bloquer la gorge. Elle se rendit compte qu'en prenant soin des garçons, en s'inquiétant de la tristesse de ses parents, elle avait juste mis des barrières à son propre chagrin.

Elle avait toujours connu Lili. Papa disait souvent que c'était elle qui lui avait donné naissance, alors quelque part, Lili était la première personne qu'Ili avait vu en venant au monde, même si elle ne s'en souvenait pas. C'était un peu comme si Lili était une deuxième maman, qui avait toujours pris soin d'elle.

Comme elle s'arrêtait devant le cercueil, tenant par la main Wellan et Alwin, elle sentit une larme couler le long de sa joue, bientôt suivie par une deuxième. C'était Lili, la si gentille, si prévenante, si attentionnée Lili. Elle l'avait accueillie à bras ouverts quand papa et maman s'étaient séparés, et quand papa était parti en voyage après la mort d'Apolonie, et que maman était en mission pour la COBA. Elle avait vécu quelques temps chez Lili, et c'était des souvenirs qu'elle chérissait, parce que c'était une époque douloureuse, et que Lili lui avait amené un sentiment de sécurité et d'affection dans des moments qu'elle ne comprenait pas tout à fait, à l'époque.

Lili l'avait protégée quand tout s'effondrait autour de sa vie d'enfant. Et Ili prenait conscience qu'elle ne l'avait jamais vraiment remercié pour tout ça. Alors oui, il était sans doute trop tard, mais c'était la seule chose qui lui parut juste à faire à ce moment.

Elle posa une main tremblante sur le cercueil et murmura, entre ses larmes:

Merci Lili. Merci pour tout ce que tu as fait pour moi.

Et elle ferma les yeux, laissant les images de rires et de sourires de Lili venir à son esprit, afin de toujours garder d'elle ces souvenirs là.

Puis elle passa son bras autour des épaules d'Alwin.


Viens, allons nous asseoir, et laissons Wellan seul avec sa maman quelques instants.

Ils allèrent s'installer à côté de maman. Iliana posa une bise sur la joue de sa mère, et serra sa main très fort, ne sachant pas quoi dire de plus. Il lui sembla que c'était le meilleur moyen de partager leur tristesse pour mieux la supporter. Mère et fille unies dans le même chagrin.

Et Ili laissa couler ses larmes, pour pleurer sa deuxième maman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hulrika

avatar

Nombre de messages : 891
Localisation : Moulins
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   Sam 11 Mai - 12:08

--Frere_Toc a écrit:
Alors que l'église semblait se remplir de plus en plus, le Frère Toc posait son regard sur chacun des nouveaux arrivants en leur adressant un regard compatissant. Il fallait le dire, ce n'était pas très gai comme ambiance et c'était bien compréhensible. Voyant que plus personne ne semblait entrer dans l'édifice religieux, il se décida à se diriger vers l'Autel alors que les fidèles prenaient place. Se raclant la gorge, il débuta:

Chers frères et soeurs, si nous sommes réunis en ce jour dans la Maison de Dieu, c'est à la suite d'un bien triste événement. En effet, Lililea62, médicastre dévouée de Moulins a rendu l'âme récemment, c'est la raison pour laquelle nous célébrons aujourd'hui pour elle le dernier sacrement, celui des funérailles.

Un petit instant de pause avant de reprendre:

Si vous le voulez bien, nous allons observer un instant de silence à la mémoire de notre bien aimée soeur Lililea62. Recueillons-nous, prions pour que Dieu l'accepte à ses côtés au Paradis.

Il pencha la tête une bonne minute avant de la relever.

Nous allons à présent réciter ensemble la confession. C'est bien en confessant nos péchés que nous pouvons les laver et espérer aller au Paradis Solaire à notre mort. Aujourd'hui, c'est le cas de Lililea, mais nous passerons tous par là un jour ou l'autre.

''Je confesse à Dieu Tout Puissant, à tous les Saints,
Et à vous aussi mes Amis, parce que j’ai beaucoup péché,
En pensée, en parole, en action. Je supplie tous les Saints,
Et vous, mes Amis, de prier le Créateur pour moi.
Que le Très Haut nous accorde le pardon, l’absolution et
La rémission de tous nos péchés.
Amen.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili   

Revenir en haut Aller en bas
 
[HRP] salle de lecture pour la joueuse de Lili
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» de la lecture pour tous !
» [rp]Salle d'attente pour les patients
» Prêt de 35 millions pour l’éducation de 100 000 enfants
» Salle de lecture [Tsuki Mag ! ]
» La Salle de Lecture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue au village de Moulins ! :: Le village de Moulins :: Quartiers Veryan Le Calme, Totoriflette le Juste :: La maison des Lilieceae-
Sauter vers: