Bienvenue au village de Moulins !


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 la salle de vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
aubedevf

avatar

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: la salle de vie   Lun 15 Fév - 23:16

Aube poussa la porte d'entrée de la maisonnette et arriva directement dans une pièce d'environ quatre mètres de large sur 6 mètres de long.

Cela faisait assez longtemps déjà que la maison n'avait plus été habitée. Une odeur de renfermé lui emplit les narines.

Aube jeta un regard circulaire sur la pièce. Une petite fenêtre apportait la lumière dans la pièce. Il y avait en tout et pour tout une table et deux chaises, ainsi qu'un buffet en bois de chêne, assez usé. Dans l'âtre, un chaudron suspendu à un crochet de fer. Sur la cheminée, un chandelier, mais pas de chandelles.

Aube se dirigea vers la fenêtre et l'ouvrit toute grande, afin d'aérer un peu la pièce.
Elle ouvrit les portes du buffet et vit qu'il était vide, à l'exception d'un petit tableau à l'huile qu'elle déposa sur la table.
Le tableau représentait un jeune homme portant la main sur son épée, au milieu d'une sombre forêt. Un rayon de soleil traversait le feuillage et illuminait le personnage. Il devait certainement s'agir d'un jeune noble. Il avait les cheveux bruns, le visage fin, un nez aquilin et une petite moustache surmontait une bouche dont le dessin révélait un caractère décidé.
Aube trouva le tableau très joli et se dit qu'elle demanderait à quelqu'un de le pendre au-dessus du buffet.

Il y avait beaucoup de poussière dans la pièce. Aube commença à tousser et ressortit aussitôt.





"Y en a qui ont le coeur si tendre, qu'y reposent les mésanges..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aubedevf

avatar

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: la salle de vie   Mar 23 Mar - 13:07

Maintenant qu'elle était de retour au village et qu'elle était devenue Moulinoise à part entière, Aube se décida à vraiment arranger sa petite maison, pour en faire un lieu de vie agréable et charmant.

Elle prit une lavette et surtout son courage à deux mains, et commença à dépoussiérer la table et le buffet. Elle passa aussi un coup sur la cheminée, sans oublier le joli tableau qu'elle accrocha au-dessus du buffet. Elle donna un bon coup de balai, puis sortit chercher de l'eau à la rivière. Un bon coup de nettoyage à l'eau ne ferait certainement pas de tort. En revenant de la rivière, elle aperçut Domino qui regardait fixement les branches d'un cerisier. Le chaton qu'elle avait reçu de Karl avait déjà bien grandi. Chaque matin, il déposait devant la porte de sa maison le produit de ses chasses nocturnes. Ce n'est pas qu'Aube appréciait de trouver des souris ou oiseaux morts devant sa porte, mais bon, cela prouvait l'attachement du chaton envers elle. Aube laissa le chaton à ses occupations et retourna vaquer aux siennes.

Arrivée à l'intérieur, elle se retroussa les manches et retira ses chausses. D'un grand geste, elle vida le seau d'eau dans la pièce. Il ne lui restait plus qu'à frotter maintenant. Ce qu'elle fit en chantant à tue-tête une de ses chansons préférées, qui parlait de marches du palais, de tant belle fille et de cordonnier.




"Au coin du bois j'ai trouvé ce matin,
Une autre vie qui me tendait les mains..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Dayne
Admin


Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: la salle de vie   Jeu 15 Avr - 13:22

Arthur avait travaillé toute la journée. Toute la nuit, aussi. Iliana était absente, partie avec sa mère chez les nonnes. Mère qui, dès son retour, avait sérieusement ébranlé Arthur en lui annonçant qu'elle comptait quitter Moulins et emmené Ili avec elle. Arthur l'avait supplié d'y réfléchir durant les quelques jours de sa retraite. Mais l'idée de perdre Iliana, même pour une poignée de mois, lui était insupportable. Il n'avait quasiment jamais vécu loin d'elle, excepté durant les quelques semaines de la fin de son périple qui s'était achevé dans les geôles de Joinville. Et c'était l'idée de la retrouver qui lui avait, entre autres, permis de survivre.

Alors, comme chaque fois que les évènements prenaient un tour douloureux, Arthur s'était isolé, coupé du monde et même d'Aube, dans la chaumière, et s'était échiné, des heures durant, à la seule occupation qui lui permettait un tant soit peu de se vider la tête. Il avait travaillé le bois, enfermé dans son atelier, et n'en était sorti qu'au petit matin. Puis il avait chargé sa charrette des meubles qu'il avait confectionné, et avait pris le chemin du village, en direction de l'Oeillet Blanc.

Arrivé devant la demeure d'Aube, il passa une main dans ses cheveux en bataille, les yeux gonflés de fatigue, et descendit de la charrette. Il alla toquer à la porte et sentit, se précipitant dans ses jambes et commençant à le griffer, le chat que Karl avait offert à Aube.


Tiens... Bonjour Bouldeneig... euh... Bobino... Babilleur... Bodega... Dodino... Dingodil... Arf... j'suis sûr que ton nom sonne comme ça...

Il s'agenouilla et attrapa le sauvageon qui s'apprêtait à filer. Il se défendit bien par quelques coups de griffe, mais Arthur posa sa main sur la tête du chat et la lui fourra entre les deux pattes avant. Cela avait le don de calmer instantanément les chats, qui se trouvaient soudain aveugles et privés de toute liberté de mouvement. L'animal continuait toutefois à se débattre.

Et bien... j'vois que tu es toujours aussi accueillant, toi... J'ai de meubles pour ta maîtresse, tu pourras t'y faire les griffes, si tu veux.

Alors qu'il parlait au chat, la porte s'ouvrit et Aube le découvrit, à genoux, le félin entre les mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aubedevf

avatar

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: la salle de vie   Ven 16 Avr - 12:45

Aube avait terminé de laver le sol du rez-de-chaussée. Ne lui restait donc plus que l'étage à récurer en profondeur et elle pourrait enfin installer les meubles qu'Arthur lui ferait très prochainement. Elle sifflotait maintenant un petit air qui lui donnait beaucoup d'entrain. Le travail avançait bien, mais il fut interrompu par un miaulement de chaton en colère.

Aube déposa sa brosse contre le mur puis ouvrit doucement la fenêtre. Son coeur fit un bond quand elle reconnut Arthur qui papottait avec son chaton.

Elle referma vite fait la fenêtre, se regarda du buste aux pieds. Toute une matinée de nettoyage ne l'avait pas vraiment rendue la plus attirante pour son Arthur. Pourquoi fallait-il qu'il se pointe maintenant, alors qu'elle était à moitié trempée, toute rouge, décoiffée et qu'elle commençait à transpirer un peu trop à son goût?

Un moment, elle pensa faire semblant de rien. D'ailleurs, s'il avait frappé à la porte, elle ne l'avait pas entendu; Donc elle pouvait tout aussi bien faire comme si de rien n'était et continuer son travail. D'un autre côté, c'était la première fois qu'il venait. Cela faisait si longtemps qu'elle attendait ce moment. Ce serait trop bête de le laisser repartir.

Tout en réfléchissant, Aube jeta un nouveau coup d'oeil par la fenêtre et se rendit compte qu'Arthur avait apporté une charette pleine de meubles.

Bon du coup, elle ne pouvait décidément pas le laisser partir comme ça. Mais quand même, elle allait lui montrer qu'il ne faut pas déranger une jeune fille en plein ménage et la forcer à se montrer sous un jour aussi défavorable.

Elle descendit quatre à quatre les escaliers, non sans avoir essayé de remettre un peu d'ordre dans ses cheveux et frotté sur ses habits pour retirer le plus gros de la poussière.

Courut ouvrir la porte et dut baisser les yeux pour trouver son Arthur en train de se faire allègrement griffer par le chaton.

Un sourire amoureux vite caché laissa la place à une moue de mécontentement. Elle prit le chaton des bras d'Arthur et lui débita sa tirade sans lui accorder un regard, se concentrant sur le pelage noir et blanc du chaton qu'elle se mit à caresser avec beaucoup d'application.


Ah! te voilà toi! C'est à c't'heure-ci qu't'arrives! Et sans prévenir en plus! Regarde-moi, j'suis même pas coiffée pour t'accueillir! T'aurais pu me dire que tu viendrais! Depuis l'temps que j'attends que tu viennes! Et en plus t'embêtes mon pôv' Dom...

Un regard lancé en direction du visage d'Arthur et les sons se figèrent dans la gorge de la blondinette. Elle lâcha le chaton qui passa à toute vitesse entre ses jambes pour trouver le chemin de la cuisine. Aube venait de voir les traits tirés et la mine défaite de l'homme qui hantait ses pensées jour et nuit.

Mais quelle gourde elle était! Et quelle égoïste elle faisait! N'importe qui aurait pu voir à des kilomètres à la ronde qu'Arthur avait des soucis et elle, elle ne pensait qu'à l'enguirlander. Car même si elle avait voulu lui faire une blague, au fond d'elle-même elle savait bien qu'elle lui en voulait un peu de ne pas être venu plus tôt lui rendre visite à l'oeillet blanc.

Une tendre caresse sur la joue, un regard qui s'excuse, une main qui se tend pour le faire entrer, une voix qui se fait beaucoup plus douce.


Oh! mon Arthur... Ca ne va pas? Tu as l'air si fatigué! Entre, je vais te préparer un petit remontant!



"Je t'aime et je crains
de m'égarer..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Dayne
Admin


Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: la salle de vie   Sam 17 Avr - 19:14

Pas le temps de se relever que le chaton lui était ôté des mains. Il leva la tête et rencontra le regard courroucé d'Aube. Tiens donc... que se passait-il pour qu'elle lui tire une mine pareille? Arthur se releva, grimaça comme son genou craquait, et écouta, impassible, le flot de paroles qu'Aube lâcha sur lui.

Ah! te voilà toi! C'est à c't'heure-ci qu't'arrives! Et sans prévenir en plus! Regarde-moi, j'suis même pas coiffée pour t'accueillir! T'aurais pu me dire que tu viendrais! Depuis l'temps que j'attends que tu viennes!

Olalala... des reproches... Pas envie de savoir si elle avait tort ou raison, et surtout pas la tête à se le demander. Et encore moins à recevoir un accueil comme celui là. Elle n'était pas coiffée? La belle affaire, lui non plus. Et puis à y bien regarder, ça lui donnait un petit côté sauvage. Evoquait une tête à peine sortie de l'oreiller et qui ne demandait qu'à y retourner. Voilà une occupation bien plus intéressante que de se faire passer un savon sans trop savoir pourquoi. Arthur retenait une violente envie de tourner les talons, de planter là meubles, chat et compagne ronchonne.

Et en plus t'embêtes mon pôv' Dom...

Dom? Dom quoi? Arf... A croire qu'on lui interdirait à jamais de retrouver le nom du chaton. Dominici? Domadaire? Domate? Domino?

Domino! C'était ça, Domino!

Tiens? A peine le fichu nom de ce chat retrouvé qu'il filait entre ses jambes. Aube l'avait lâché. Arthur suivit le félin du regard, puis son visage revint vers celui d'Aube. Il venait de s'apercevoir qu'elle s'était tu. Elle l'observait à présent, toute colère évanouie de ses traits, remplacée par quelque chose comme de l'inquiétude. La main d'Aube vint doucement caresser sa joue hirsute. L'autre main attrapa la sienne et le tira à l'intérieur de la maison. Décidément... même en se taisant, Aube était une tornade d'énergie. Alors qu'il était prêt, la seconde précédente, à retourner s'enfermer à la chaumière, voilà qu'elle l'entraînait d'autorité chez elle. Sans qu'il ne puisse s'y opposer. D'ailleurs, il n'avait pas vraiment envie de s'y opposer.

Oh! mon Arthur... Ca ne va pas? Tu as l'air si fatigué! Entre, je vais te préparer un petit remontant!

Question qui n'attend pas que la réponse arrive... Un des traits les plus caractéristiques de son Aube, à dire vrai. Une esquisse de sourire naquit sur les lèvres d'Arthur.

J'suis un peu fatigué... J'ai beaucoup travaillé, et... Et je m'en fais pour cette histoire avec Ili. Et je m'excuse de ne pas être venu plutôt. Et de ne pas m'être rappelé le nom de ton chat.

Pas utile de le rajouter, ça, Aube n'en savait rien. Elle allait le prendre pour un fou à sortir un truc comme ça, qui devait avoir l'air de sortir de nulle part à ses oreilles.

Bah... après tout, il était tellement épuisé... Il pourrait mettre ça sur le compte de la fatigue, le cas échéant.

Doucement, la main d'Arthur vint se perdre dans la chevelure ensoleillée d'Aube.


Et puis... tu n'es pas si mal coiffée. Et quoiqu'il en soit, ça ne te rend pas moins jolie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aubedevf

avatar

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: la salle de vie   Dim 25 Avr - 22:39

D'autorité, Aube fit entrer Arthur à l'intérieur. Lui présenta une chaise pendant que celui-ci s'expliquait.

'suis un peu fatigué... J'ai beaucoup travaillé, et... Et je m'en fais pour cette histoire avec Ili. Et je m'excuse de ne pas être venu plutôt. Et de ne pas m'être rappelé le nom de ton chat.

Oui c'était vrai, Aube savait qu'Arthur s'en faisait pour Ili. Il ne l'avait pour ainsi dire jamais quittée et là elle allait peut-être partir et Arthur ne savait même pas pour combien de temps. Et puis, il avait aussi fait plusieurs meubles pour elle. Il avait dû travailler énormément pour faire tout cela en plus de son travail à la mairie. Et elle qui se fâchait. Comme elle s'en voulait à présent.

Il lui caressa les cheveux, trouvant encore moyen de la complimenter malgré son mauvais accueil.


Excuse-moi mon Arthur, je voulais pas...

Elle se tut, se pencha vers lui, l'embrassa tendrement puis partit vite fait mettre un peu d'eau à chauffer pour lui préparer une bonne tisane. Pendant que l'eau chauffait elle retourna s'asseoir à ses côtés et lui proposa de juste rentrer les meubles pour pas les laisser dehors mais qu'on pourrait les installer plus tard s'il était vraiment trop fatigué. Elle voulait pas abuser non plus.



"J'irais encore brûler quelques accords"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la salle de vie   

Revenir en haut Aller en bas
 
la salle de vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Salle du Feu
» La salle du trône et le château
» Salle d'opération section civile
» La salle de l'argent
» salle de soins des femmes/ Chambre n° 1 : actuellement Senjo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue au village de Moulins ! :: Le village de Moulins :: Quartiers Petit_ange63 La Méritante, Apolonie la Directe :: L'Oeillet Blanc-
Sauter vers: