Bienvenue au village de Moulins !


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [RP] Visite ducale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arthur Dayne
Admin


Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: [RP] Visite ducale   Jeu 1 Oct - 19:52

Arthur Dayne

Nouvelle visite ducale. Officiellement, il y avait de quoi se réjouir. C'était toujours une bonne chose que le duc et ses conseillers viennent à la rencontre des habitants de leur duché et se déplacent de villes en villes. Et puis, cela apportait un peu d'animation à Moulins et leur donnait l'occasion d'organiser quelques festivités. Officieusement... les sentiments et opinions personnels se devaient de le rester en telles circonstances. C'était ce qu'Arthur s'était inlassablement répété ces derniers jours en organisant la réception.

Lilou avait eu une idée originale. Un déjeuner champêtre, pour profiter de cette fin d'été et de la campagne moulinoise. Auquel ils avaient décidé d'adjoindre un tournoi de tir à l'arc. Ils avaient choisi une petite colline à quelques pas de la ville, de laquelle on voyait se dessiner les remparts et les toits des chaumières de Moulins. On pouvait sans peine relier à pieds une des portes secondaires en quelques minutes seulement. Ils seraient sous l'oeil alerté des gardes qui veillaient aux remparts. Aucun problème concernant la sécurité, donc.

Du point de vue de l'organisation du festin en lui même, la nourriture avait été commandée. Deux grandes tables avaient été dressées pour la recevoir, et Arthur avait commandé à plusieurs tisserands de grandes tentures qu'ils étaleraient sur l'herbe le lendemain. Pas très protocolaire, ni vraiment adapté à la noblesse, sans nul doute, mais l'idée était originale et changerait le duc et ses conseillers des habituelles réceptions, bals et autres banquets. Et après tout, la tradition d'hospitalité de Moulins était aussi faite de simplicité et de spontanéité.

Après avoir vérifié sur un morceau de parchemin que rien n'avait été oublié, Arthur se dirigea vers la piste de tir, à quelques pas de là, où quelques villageois installaient déjà les cibles. Peu de concurrent s'était inscrit, mais le maire espérait que d'autres viendraient s'y joindre à la dernière minute. Peut être certains des conseillers ducaux se laisseraient même laisser tenter par quelques tirs de flèche...

Le maire jeta un regard circulaire sur le lieu où se tiendrait la fête. Bon... tout avait l'air de bien se passer pour le moment. Ah... oui, il lui fallait encore demander à Lilou si les musiciens de la dernière fois seraient libres pour jouer une petite musique d'ambiance durant la journée. Il leva les yeux vers le ciel. Et à espérer que le soleil serait encore au rendez vous le lendemain.




Cristras

Cris arriva au dîner champêtre, elle venait de passer par le champ de tir car la tribunette avait enquiquiner la moitié de Moulin pour qu'ils y participent, et voulait voir si cela avait marché.

Un sourire au lèvre, elle regarda les tables disposées, les tentures étendues sur le sol et s imagina déjà au milieu de ces amis en train de boire et manger, le repas que surement serait délicieux.

La jeune fille se passa une main dans les cheveux et vit horrifiée qu'elle ressemblait plus à une soricière qu'a la tribun qu'elle était. Elle décida donc d'aller à la rivière se donner un bain et dompter ses cheveux qui n'en fesaient qu'à leur tête.

Cris rebroussa chemin pour aller se faire un peu plus présentable.




Lanfeust

Le cortège n'était pas que ducal pour cette fois-ci, il était même plutôt religieux sachant qu'on accompagné les reliques à travers le duché. Son porte parole lui avait informé qu'une réception avait été organisée pour leur arrivée, voilà une sympathique idée qui permettrait de se détendre.

C'était un mandat des plus stressant, il n'avait jamais autant bougé, il fallait être partout en même temps et il aurait payé cher pour pouvoir se dédoubler. Le cortège arriva à Moulins, cela lui rappela son premier voyage du temps où Amandine était maire. Cela avait été un superbe voyage d'ailleurs, beaucoup de rencontres intéressantes, des villages qu'il n'avait jamais vu, des tavernes aussi...beaucoup...

Le cortège traversa la ville pour ensuite se scindait, pendant que Ivrel apportait les reliques à l'Eglise de Moulins, lui se dirigea vers la mairie. Stoppé, il descendit du carrosse ducal.




Arthur Dayne

Le cortège ducal était arrivé. Arthur l'avait vu se présenter aux portes du haut des remparts, tôt ce matin. Une nouvelle nuit de garde, sans qu'il sache vraiment trop pourquoi il passait tout ce temps là haut. Pour ne pas réfléchir, probablement. Pour s'épuiser sur des problèmes qui n'en étaient pas vraiment afin de mieux esquiver les vrais. Les choix à faire, les vérités à découvrir, les deux lui fichant une trouille sans nom.

Baste, pas le temps pour tout ça. Le duc et son escorte n'allaient pas tarder à se présenter, très certainement devant la mairie. Arthur descendit donc des remparts, enfila quelques ruelles, passa par son bureau histoire de vérifier qu'aucun parchemin urgent n'était arrivé, tenta vaguement de dompter ses cheveux en bataille, parce qu'Ili lui avait dit que devant un duc, il fallait être beau, et sortit sur les marches devant la mairie. Rien en vue.

Arthur s'installa alors comme il avait coutume de le faire, assis contre le mur, et entreprit de tailler un morceau de bois. Au bout de quelques longues minutes, un carrosse apparut au bout de la rue, ralentit devant la mairie, stoppa et plusieurs personnes en descendirent. Arthur reconnut le duc pour l'avoir entraperçu en chambre des maires, et à d'autres occasions que sa mémoire ne préféra pas évoquer pour l'heure.

Il se leva, rangea couteau et morceau de bois, et se dirigea vers Lanfeust.

Votre Grâce, bienvenue à Moulins. Nous avons préparé en votre honneur un déjeuner champêtre qui se tient hors des murs de la ville, sur une petite colline à moins d'une lieue de là. Si vous voulez bien me suivre, je vous y guiderais avec grand plaisir, vous et votre suite pourrez prendre toutes vos aises une fois sur place.

Après la réponse du Duc, Arthur alla chercher Althaïr, et grimpa sur le dos du cheval qui l'attendait, sagement attaché dans l'une des ruelles attenantes à la mairie. Vérifiant d'un coup d'oeil que le cortège était prêt à suivre, il lança Althaïr au trot. Ils sortirent de Moulins par la porte principale, et après à peine quelques minutes, ils arrivèrent en vue de la colline où se tiendrait la réception. Il espérait que déjà, plusieurs Moulinois seraient sur place pour accueillir le cortège ducal.



Lilou

La brunette avait d'abord rechigné. Quelle idée de se lever pour marcher une lieue afin d'assister à un repas champêtre?! Lilou n'était pas fainéante pour un sous en temps normal. Mais son ventre de femme enceinte de neuf mois lui criait le contraire. Rester au lit... Ne pas avoir à bouger... Voilà ce qui trottait dans sa tête. Mais après tout, c'était visite Ducale aujourd'hui, et cela n'arrive pas tous les jours.

Malgré cela... Ce n'est pas cette idée qui l'aida à sortir de sous son drap. Mais une toute autre... Si je marche autant que ça, p't'être que le bébé se décidera à se montrer! Enfin! Parait que c'est pas recommandé de faire trop d'effort quand on est enceinte! Alors à neuf mois, pour sur qu'il va glisser tout seul!

Un sourire amusé se dessina sur les lèvres de la boulangère. S'il ne veut pas sortir tout seul, j'vais l'y obliger un peu! Cinq minutes plus tard, la brunette était habillée, serré dans sa large robe... 9 mois qu'il était là dedans. Pas un jour de plus! Elle prit son courage à deux mains et se fit présentable. Il ne fallait pas oublier que le Duc serait là.

Lorsqu'elle sortit des Perles, le soleil était encore bas dans le ciel. Elle avait le temps de se rendre sur le lieu de rendez vous avant que le cortège Ducal n'y soit, du moins c'est ce qu'elle espérait. Longtemps après son départ, bien longtemps même... Elle arriva enfin, essoufflée. Elle était concentrée sur le moindre signe d'un début d'accouchement... Mais rien, elle soupira.
Décidément, il est bien à l'intérieur, celui-là...

Elle eut à peine le temps de saluer les quelques Moulinois présents que des bruits de sabots se firent entendre. Lorsqu'elle se retourna, elle reconnu de suite son Maire, en tête du cortège. Elle attendit que tous soient descendus, et, une main sur le ventre, finissant de récupérer, elle se dirigea vers eux pour les saluer...




Cham

Cham avait devancé le cortège ducale pour se rendre a Moulin ou son ami Magakrav l'attendait .

Elle avait rencontré et fait connaissance avec certains des villageois , et avait trouvé ce lieux fort agréable ou les gens sont accueillants et bien sympathiques.
Cham avait échangé quelques mots avec le maire Arthurdayne qui lui avait fait part des festivités que lui et son équipe de conseiller avaient organisé pour la venue du cortège.

Après une bonne nuit de récupération, Cham s'occupa de nourrir et d'habiller Aelys qui ne semblais pas du moins bouleversé par tous ces changements que faisait ce voyage.

Cham se sentait l'âme joyeuse en cette belle journée qui s'annonçait , elle aimait beaucoup s'amuser et puis elle allait retrouver ces amis du cortège.

Tout en chantonnant , elle prit Aelys dans ses bras et les voilà toutes deux partis au festivités qui se tenait hors du village sur une petite colline , ce qui enchanta Cham car la ou elle se sentait le mieux c'etait au milieux de cette nature qui était si forte de pouvoir , de magie , en offrant tous ce qui la compose.

Tout en marchant tranquillement dans cette campagne , elle laisse son regard se remplir de toute beauté que le paysage montrait .
Elle s'arrête un moment près un vieux chêne dont l'immensité lui donnait l'apparence de dominer tous ce qui l'entoure.
Cham se rappel alors du jour ou avec son ami Johann , elle l'avait entraîné à monter dans un arbre pour lui montrer combien c'était beaucoup plus merveilleux vu d'en haut et de lui faire sentir se sentiment de libertée qui pouvait se dégager de nous en ces moments ou nous faisions fusion avec la nature . Du haut de cet arbre , ils avaient aperçus un cerf majestueux qui s'affairait a la préparation pour la saison des amours à venir.
Cham laissa échapper un sourire a cette pensée puis reprit le chemin pour la réception .

A son arrivée , elle trouvait déjà quelques villageois qu'elle s'appliqua de saluer tout en berçant tendrement sa fille .

Bonjour , je me présente Cham la porte parole de notre cher Duc et la ma fille Aelys.

Cham sourit en regardant autour d'elle et admirait combien les préparatifs avait étaient effectué avec goût.

Ce repas champêtre est une très bonne idées.
Serions nous les premiers ?




Grid

Qui dit futur mère dans le coin, dit futur père pas trop loin... 'Fin, avec un peu en retard, pour changer. En même temps, sa belle ne l'avait pas réveillé, et pour une raison qui lui restait là encore obscure, elle avait préféré faire tout le chemin qui séparait les Perles du lieu de la réception à pieds. Décidément... La femme enceinte a ses raisons que la raison même ignore. Mais après près de neuf mois à cohabiter avec l'une d'entre elles, plus rien ne l'étonnait vraiment, dorénavant.

Quoiqu'il en soit, il se présenta tout beau tout propre à la réception en l'honneur du passage ducal. A vrai dire, rien de tout cela ne l'avait motivé à venir. Seul l'envie de partager un moment avec quelques moulinois l'avait fait sortir de chez lui... Ainsi que l'envie marquer son soutien à son cher ami bourgmestre... Et la nécessité d'accompagner son aimée.

Enfin bref. Soutenir son aimée dans l'épreuve que symbolisait cette journée demeurait son occupation principale. Aux petits soins avec elle, il espérait qu'elle passerait néanmoins un bon moment, et ce malgré la taille de son ventre. Et puis... Du tir à l'arc... Pourquoi pas ? Impossible de prédire s'il y aura des blessés ou non, par contre.




Legowen


Une nuit sur les remparts, comme souvent. Elle s’était écoulée calmement puis les premières lueurs de l’aube avaient caressé les nuages mêlant une harmonie de roses aux teintes plus sombres du ciel nocturne .
Les étoiles, peu à peu, avaient pâli, s’éteignant une à une , le bêlement lointain d’un agneau s’était répercuté comme un écho dans la campagne Les premiers piaillements des oiseaux s’était élevés dans le petit matin et puis , de l’autre côté des remparts , vers la ville , des pleurs d’un nourrisson .Sans doute affamé , il réclamait le sein et s'apaisa peu après .

Leg sourit , pensa à Lilou, le terme était proche, était même imminent . Elle adressa une prière muette , pourvu que tout se passe bien et porta son regard sur le chemin
le cortège ducal ne tarderait plus , fallait qu’elle se prépare ,même si , au fond d’elle , elle avait plutôt envie d’une course dans les bois à cent lieux d’ici . Mais elle était maréchale de Moulins , Demoiselle , représentante de sa ville , et en tant que telle se devait d’être là

Arrivée à NÖthrim, elle avait entrepris de préparer Illuin et de l’harnacher . L’étalon avait un peu renâclé ce qui lui avait valu cette réflexion


oh écoute, chacun fait un effort , et puis , y aura peut-être cette jolie jument blanche


sourire en coin devant la docilité soudaine d’Illuin

laissant l’étalon , elle était ensuite montée dans sa chambre , à elle maintenant . Mettre une robe ? haussement d’épaules , pas commode pour un déjeuner champêtre et un tir à l’arc et pas envie non plus Maréchale elle pouvait se permettre de mettre aussi sa grande tenue , ce qu’elle fit , épingla son insigne et ceignit son épée . Celle forgée par Grid, celle que sa marraine lui avait légué et dont elle ne se séparait que rarement .
Un saut dans la remise pour prendre l’arc et le carquois , cadeau de son frère , elle caressa le bois d’if doucement , fixa le tout sur Illuin et se dirigea , au pas , vers le champ prévu pour les festivités

Cortège ducal arrivé ainsi que quelques uns de ses amis , ouf,pas la première et ravie de voir déjà là une partie de la grande famille de Moulins
Elle descendit de cheval , laissa son arc puis s’approcha, main négligemment posée sur la garde de son épée , pour saluer tout ce beau monde qu’elle connaissait…. bien, pour avoir travaillé au conseil il y a quelques mois




Lanfeust

A peine eut il le temps de descendre que le maire arriva pour lui souhaiter la bienvenue. Lanfeust le toisa du regard, il ne le connaissait pas vraiment cet homme finalement, il avait pu le voir quand enfin bref...

Bonjour Messire Arthurdayne, c'est un plaisir pour moi que d'être accueillit à Moulins, je sais cette ville réputée pour son accueil chaleureux.

Il l'écouta lui parler de ce qui était organisé pour la venue du cortège, un déjeuner champêtre...

Et bien Messire Maire, voilà quelque chose d'original, nous vous suivons.

Le duc remonta dans le carrosse et le cortège se mit à suivre Arthurdayne vers la colline nommait plus tôt. Il regardait les maisons défilaient sous ses yeux, ses pensées un peu ailleurs, le duché, l'annulation...




Arthur Dayne

Arrivé sur la colline, Arthur sauta au bas d'Althaïr et alla attacher les rênes à un arbre, pas très loin de là. Tandis que le cortège ducal s'arrêtait lui aussi et que ses occupants en descendaient, le maire jeta un rapide coup d'oeil circulaire. Tout était en place, les tentures étendues au sol, la nourriture sur les deux grandes tables, les cibles du tournoi de tir à l'arc sur lesquelles s'entraînaient déjà quelques concurrents.

Demi sourire au coin des lèvres, Arthur salua les Moulinois déjà présents, dont Lilou, Grid, Legowen, ainsi que Cham et sa fille, bien calée dans ses bras, avant de retourner auprès du duc.


Votre Grâce, je vous propose, à vous et votre escorte, d'aller vous servir en boisson et nourriture. Un tournoi de tir à l'arc est également organisé, comme vous pouvez le voir. Si l'un de vos conseillers, ou bien vous même, qui sait, se sent l'âme de tenter quelques tirs, n'hésitez pas. Et normalement, nous devrions avoir de la musique pour accompagner le repas.

Sur ces mots, Arthur vérifia que tout le monde prenait ses aises. Il aperçut Cris, qui semblait revenir de la rivière, et d'autres Moulinois qui arrivaient, les uns après les autres.




Arthur de Troy

Un blondinet de sept ans piquait dangereusement du nez dans un carrosse en branle.
Il avait été embarqué dans la folle épopée de quelques conseillers ducaux et religieux mais ne savait guère ce que lui faisait là, si ce n’est que son ducaillon de père n’avait pas voulu le laisser aux mains d’une nourrice, ni même à sa marraine.
Depuis qu’ils avaient quitté Clermont, l’enfant subissait donc les contraintes sans protestation aucune, se contentant simplement d’admirer vaguement les paysages qui s’offraient à lui lorsque le cortège se trouvait sur la route, luttant chaque instant pour ne pas se plaindre de l’inconfort du véhicule dans lequel il passait ses journées, et s’occupant autrement en tentant d’apprendre à compter.

Ce jour-là donc, il savait vaguement que tous se retrouveraient à Moulins. Le mioche avait entendu beaucoup de bien de cette ville et espérait sincèrement y découvrir d’avantage d’animation que dans les bourgs précédemment traversés.
Mais la longueur du voyage et les interminables journées qui coupaient le trajet fatiguaient ce court sur pattes qui s’était donc endormit dans le carrosse ducal. C’est alors que, lorsque ce dernier se stoppa net, la tête blonde se redressa dans un sursaut, se demandant bien ce qu’on lui voulait, sortant aussi brusquement d’un rêve qui avait plutôt des allures de cauchemar.


Que ? Quoi ? Pardon ? Qu’est-ce qu’on me veut ?

Ah non, fausse alerte.
La portière était ouverte, son père semblait prendre l’air. Il parlait aussi, mais à qui ? C’était bien difficile à déterminer puisque le garçon n’avait pas entendu les présentations, trop dans le cirage pour se rendre compte de quoi que ce soit de mémorable, si ce n’est que ses oreilles sifflèrent en comprenant qu’un déjeuner champêtre était organisé en l’honneur des conseillers ducaux. A ces paroles l’estomac d’Arthur se mit d’ailleurs à grogner d’une façon tout à fait malvenue et indiscrète. Le fixant alors d’un regard noir, son propriétaire lui lança un "
ben je t’en prie !" qui se perdit bien rapidement dans un vacarme monstre émit par le déplacement de la carriole qui reprenait sa route.

S’accoudant à la portière, le gamin soupira. Il avait cru entendre qu’on parlait d’un repas et s‘y voyait déjà, mais c’était une mine particulièrement boudeuse qu’il afficha lorsqu’il s’aperçut que ce n’était toujours pas en cet endroit que le cortège ferait une halte pour se restaurer.
Et pourtant … quelques lieues de parcourues et c’est enfin là, sur une colline, que le carrosse d’arrêta définitivement. Les passagers avaient tous l’autorisation de s’extirper de cet instrument de torture et la progéniture clermontoise n’était pas mécontente de pouvoir prendre l’air.

Quelques personnes se trouvaient déjà là … si le mioche comprenait bien, il fallait donc faire bonne figure et oublier les courbatures au profil des inclinaisons de caboche et des salutations rébarbatives.
Les poings portés sur ses paupières, ils les frotta énergiquement pour les décoller et paraitre moins endormi lorsqu’il devrait saluer toutes ces personnes.




Cristras

Cris revint sur le terrain du déjeuner et vit que beaucoup de monde y était déjà, aussi décida-t-elle de passer le plus inaperçue possible.

Le cortège ducal y était déjà, Arthur parlait à un homme que la tribunnette supposa était le duc, elle les évita prudemment et changea de direction comme si rien n'était un sourire au lèvres.

La jeune fille se maintint donc à une distance raisonnable, se mélangeant entre les moulinois tout en observant du coin de l'oeil ce que faisait tout ce joli monde.




Cruzzi

Une nuit ordinaire, sur les remparts de Moulins, se terminait en même temps que le soleil se levait à l’horizon. C’était ainsi pendant une semaine par mois pour le Maréchal qui était loin de s’en plaindre, la nuit favorisant la réflexion. Les maréchaux éphémères quittaient le groupe au fur et à mesure, Cruzzi lui resta un peu plus longtemps qu’a son habitude. Son ami le bourgmestre l’avait prévenu de l’arrivée du cortège ducale et il voulait s’assurer d’un des points les plus hauts de Moulins que l’arrivée se ferait sans encombre. Il resta donc là, assis sur la muraille, observant la nature qui commençait à s’éveiller grâce aux premiers rayons de soleil baignant les collines cerclant Moulins.
Il ne dut pas attendre très longtemps pour apercevoir le cortège à l’horizon. Il le suivi du regard jusqu’à son entrée dans Moulins jusqu’à la place de la Mairie. Il se doutait qu’Arthur serait là pour les accueillir, il prit donc la direction du Domus où Amandine devait surement l’attendre pour se diriger vers la colline où devait se dérouler l’activité champêtre.

Arrivé chez lui, il retrouva sa future épouse, qu’il avait du laissé pour surveiller la ville de leurs cœur, ainsi que ses deux anges qui étaient heureux du retour de leur père. Il prit quelques minutes pour les câliner, des moments privilégiés au cours de la journée dont il avait besoin sans nul doute. Un brin de toilette, le temps de prendre son arc et ses flèches posés à l’entrée, et ils prirent la route direction la colline.

Sur place, quelques amis Moulinois déjà le Maire bien sur, son adjointe qui en plus était une collégue de Cruzzi, son cher Duc Grid et Lilou sa compagne et aperçu aussi Cris. Il y avait ensuite les personnes qui composaient le cortège ducale en commençant par le duc lui-même qu’il alla saluer. Il vit ensuite Cham, c’était la première fois qu’il la voyait et pourtant Amandine lui en avait parlé de nombreuses fois. La porte parole ne lui était donc pas inconnue.
Il se dirigea ensuite vers Arthur :

Alors… ?? L’entrainement ça à donner quoi ?? Il sourit au bourgmestre qu’il savait meilleur que lui a l’exercice du tir à l’arc.



Anselme

Frère Anselme, le secrétaire de l'Evêque Ivrel, se rendit au repas afin de rapeller à tous que les cloches de l'église allaient sonner et qu'il serait souhaitable, avant de remplir leur ventre, de purifier leur âme en recevant le pain de l'amitié aristotélicienne.



Maë

Non mais c'est pas possiiiiible!

Un cri du cœur sorti directement de la bouche de la gamine lorsqu'elle découvrit la chambre parentale vide. Impossible de louper sa mamounette en c'moment, elle était énorme. Plus qu'énorme! Parait qu'elle a un bébé dans l'ventre, un p'tit frère ou une p'tite soeur. Maë se moque bien d'ailleurs de ce que se sera, elle sait surtout qu'elle va avoir bientôt un apprenti. Quelqu'un à qui elle pourra enseigner tous ses tours. Bien qu'elle le fasse déjà avec Ili, au moins là... Elle verra les résultats en direct, et cela la réjouissait. Enfin ce matin, ce n'est pas du bonheur qui se lisait sur son visage, mais bien de la colère.

Sont encore partis sans moi en me laissant avec cette nourrice. Ils ont toujours pas compris que j'lui faussait compagnie quand j'voulais et que depuis quelques temps, on dirait qu'elle s'en moque totalement... Pas grave, je sais où ils sont. Parait qu'y'a encore un Duc dans l'coin. Pourtant on en a vu un y'a pas longtemps...


La petite, haute de ses 6 ans et demi, haussa les épaules. Elle savait que la nourrice l'attendait dans la Salle principale des Perles. Elle savait aussi qu'il ne lui restait plus qu'à sortir par derrière. Elle entama une discrète descente des marches... Quand elle réalisa qu'elle n'était pas même habillée. Esquissant une moue, elle remonta au pas de course dans sa chambre, enfila la robe que sa mère avait posé sur le bas de son lit, releva ses cheveux et les noua comme on lui avait apprit. Il parait que cela fait "plus mieux"... Elle, tout ce qu'elle a retenu, c'est que c'est vraiment plus pratique pour courir que d'avoir des bouclettes brunes dans le visage. Elle regarda sa robe... Trop propre. Elle aurait preferé ses braies habituelles, toutes usées et pleines de trous. Au moins, mamounette ne se fâchait pas quand elle revenait encore plus sale. Elle haussa à nouveau les épaules.


Bof, z'avaient qu'à pas partir sans moi!

Ni une ni deux, Maë se retrouva dans la cour intérieure des Perles. Connaissant le chemin et ayant la discrétion nécessaire, elle se retrouva en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, dehors, un large sourire sur les lèvres.

En route!

Une longue course plus tard, la gamine arriva près du lieu de rencontre. Elle avait entendu Arthur en parler avec sa mère en taverne quelques jours auparavant, et ce n'était pas tombé dans l'oreille d'une sourde. La première personne qu'elle reconnu fut sa mamounette. Impossible de la louper qu'on vous a dit. Elle apperçu ensuite plusieurs tête connues, et un qui se tenait bien droit, bien habillé, et pas du coin.

L'Duc!


Qui parlait... Avec Arthur! Maë souria largement et trotinna dans ce sens. Hors de question qu'elle aille directement voir Lilou, elle savait très bien quel regard sa mère allait lui lancer. Oh, puis là-bas elle apperçu l'Gridounet. Encore pire, lui, il se déciderait sûrement à l'avaler tout cru sans même lui laisser le temps d'ouvrir la bouche. Non décidément, le mieux restait Arthur. Et l'Duc aussi. Elle se planta donc devant les deux adultes, glissa ses deux bras dans son dos, leva une frimousse faussement angélique, et lança :


Bonjouuuuuur!


Elle observa la réaction des deux grands, et dans son champs de vision passa durant quelques minutes un gamin. Pas plus grand qu'elle elle en aurait mit sa main à couper. Intriguée, elle n'écoutait plus vraiment les réponses qu'on lui donnait. Son regard était rivé sur la carriole...

Dites, c'est qui lui?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Dayne
Admin


Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: [RP] Visite ducale   Jeu 1 Oct - 22:30

Arthur Dayne

Alors que le Duc lui répondait, et que les autres membres du cortège se dispersaient, abordés ça et là par les villageois de plus en plus nombreux, une petite présence se signala dans un des coins du champs visuel d'Arthur. Une apparition aussi soudaine ne laissait guère le choix quant à son origine, surtout à Moulins.

Bonjouuuuuur!

Esquisse d'un demi sourire. Voilà un bonjour qu'il commençait à bien connaître et qui cachait à peine, si les déductions d'Arthur étaient les bonnes, la recherche de la moindre occasion à saisir pour faire des siennes, sous tendue par une présence ici dont probablement personne, pas même la nourrice qui la gardait d'habitude, ne devait être au courant.

Bonjour Maë, dit-il en s'agenouillant pour poser une bise sur le front de la gamine. Te voilà bien coiffée, dis moi... Le maire se releva et esquissa un sourire au duc. Votre Grâce, voici la fille de Lilou, qui fut maire de Moulins ces deux précédents mois. Elle s'appelle Maë et... petit regard vers la gamine dont le regard était déjà attiré par un quelconque stimuli extérieur qui devait être à ses yeux des plus extraordinaires... et qui se fiche pas mal de ce que je suis en train de dire...

Dites, c'est qui lui?

Arthur tourna le regard dans la direction indiqué. Un garçonnet, noble à n'en pas douter, qui venait de descendre du carrosse. Le maire l'observa quelques secondes, puis revint à Lanfeust. Les traits du visage ne trompait guère, et le gamin descendait du carrosse ducal, qui plus est.

Je gage sans trop prendre risque qu'il s'agit du fils de notre Duc, Maë...

Alors que la gamine filait, sans qu'il soit même sûr qu'elle ait entendu ce qu'il venait de lui dire, Cruzzi s'approcha.

Alors… ?? L’entrainement ça à donner quoi ??

Nouveau demi sourire.

B'jour Cruzzi! Hmm... ça donne que je suis crevé, mais que malgré mes yeux rongés d'un sommeil qui me fuit, j'vise encore pas trop mal...



Arthur de Troy

Pan de chemise déplissé avec la paume des mains, léger vent qui se levait pour permettre à la jeune progéniture du duc de redresser sa tignasse dorée, Arthur était fin prêt à jouer les parfaits nobliaux de la capitale auvergnate et ainsi faire honneur à son nom.
Un regard porté sur le maire de Moulins, il allait le saluer quand un son pénétra la couche d’un quasi-silence qui aurait pu se faire lourd l’instant d’avant. Une gamine ? La propriétaire de cette voix était … une gamine ?! Et là on passe les détails de la joie que ressentait le blondinet en cet instant, imaginant déjà être sauvé d’un interminable repas qui aurait pu se profiler sans espérer avoir l’occasion de se défouler avec des enfants de son âge.


Dites, c’est qui lui ?

Pas gonflée elle !
Bon tout ce qu’Arthur fut en mesure de faire en cet instant c’était de baisser quelque peu la tête en s'empourprant légèrement, trouvant soudainement intéressant de fixer ses pieds.
"Lui", qui aurait bien voulu lui dire d'aller se faire voir, avait donc effectivement un prénom mais il est vrai que les présentations n’avaient pas été encore faites.


Je gage sans trop prendre risque qu'il s'agit du fils de notre Duc, Maë...

Puis enfin, une fois passée la frustration, le jeune garçon s’approcha de la dénommée Maë et inclina la caboche pour la saluer, affichant un sourire en coin.

En effet, c’est bien moi, et je m’appelle Arthur !

Curieusement, et observant de nouveau le maire de la ville d’accueil, il s’aperçut que son prénom, s’il avait une connotation chevaleresque, n’avait en revanche rien de bien original. Mais il avait l’habitude de passer pour le naïf de service alors qu’importe de se ridiculiser une fois de plus, même s’il avait en face de lui une potentielle amie. L’idée était d’ailleurs plutôt amusante. Le voilà qui s’imaginait entouré de gens, tout comme son père devait l‘être, et marchant d’un pas décidé, la nuque bien tendue en direction du ciel, le regard fier et déterminé, suivi par tout un tas de lèches-bottes, montrant sa puissance au monde.

Bien rapidement tout de même, le blondinet fut sorti de ses rêveries, la faute au secrétaire de l’évêque qui venait rappeler à tous qu’une messe était célébrée dans l’église de Moulins, le pourquoi du comment du retentissement des cloches étant ainsi révélé.
Et puis finalement, ce n’était pas plus mal puisque cela évitait au jeune fils de Lanfeust de rester trop longtemps béant et de ne plus rien suivre de la conversation qui venait tout juste d’être entamée.
Mais personne ne semblait pressé de rejoindre l’église si ce n’est le garçonnet lui-même, qui n’avait pas eu la chance d’entendre prêcher la parole divine lorsqu’il avait été envoyé sans ménagement du côté du Maine. Enfin qu’importe, un autre homme rejoignit le petit groupe et parla d’entraînement. N’y comprenant strictement rien, mais espérant tout de même que l’intervenant parlait bien d’armes, il n’écouta que d’une seule oreille, se souvenant alors que le maire avait invité les membres du cortège à s’essayer au tir à l’arc, activité qui pouvait très certainement plaire à la progéniture ducale, et qui devenait à ses yeux presque plus spectaculaire qu‘une messe.




Lanfeust


Le carrosse durant sa route avait réveillé un de ses occupants, son fils, bien discret depuis le début du voyage à travers le BA, s'était réveillé mais avait une mine à faire peur. Il semblait s'ennuyer et Lanfeust était un peu desespéré de le voir ainsi, c'était un camarade qu'il lui fallait mais encore devait il lui en trouver un, chose peu facile.

Et bien mon fils, il semblerait qu'on nous est organisait un déjeuner champêtre, je ne sais pas s'il y aura d'autres enfants, nous verrons bien.

Le carrosse s'arrêta en haut de la colline et il descendit à nouveau, de nombreuses personnes étaient présentes. Il sétira rapidement quand le maire revint le voir.

Un tournoi de tir à l'arc ? Quelle bonne idée.

Messire Cruzzi s'approcha en premier pour le saluer.

Bonjour Messire Cruzzi, comment allez vous ? Toujours sur les murailles de moulins ?

Oui il se souvenait qu'il l'avait rencontré sur les dites murailles, celui ci lui ayant expliqué le pourquoi de sa cicatrice. Il allait réengagé la conversation avec le maire quand une petite frimousse se planta devant eux.

Bonjouuuuuur!

Bonjour jeune demoiselle.

Lanfeust écouta le maire lui faire les présentations de la petite fille et alors tous les regards tombèrent sur Arthur son fils qui semblait intrigué la jeune fille. Se tournant vers son fils qui descendait du carrosse. Le maire avait bien deviné que c'était son fils et celui-ci passa du bland au rouge en quelques secondes en voyant la jeune fille, que c'était mignon, de quoi le taquiner plus tard.

Arthur, je te présente le Maire de Moulins Arthurdayne. Il y a du tir à l'arc d'organiser, si tu veux y participer, tu as mon accord.

Il fallait que son fils se dépense un peu...



Amandine

Et encore une visite ducale ! Mai tellement plus plaisant quand on est pas à la place du Maire. On peut profiter du buffet, des jeux des invités… Cette fois Arthur s’y colle avec un dîner champêtre ! Une sacrée bonne idée.. espérons quelle plaise aussi au conseillers. Surtout le duc qui avait au contraire du maire actuel un fichue bonne mémoire !
Patiemment, elle attendit son maréchal pendant qu’elle apprêtait les jumeaux de leur plus belle tenue. Difficile d’expliquer au enfant de cet age qu’il allait rencontrer le duc, elle tenta néanmoins et il ne retinrent que
« uuuc ».
Oui on attend pa-pa pour aller voir le duc !
« Ada da ‘uucc » elle déposa tendrement un baiser sur chacun de leur front alors que la porte s’entrouvrait sur l’arrivée de Cruzzi. Quelques embrassades plus tard, la mère lança.
Nous sommes prêts ! on peut y aller ! Mains l'une dans l'autre ils partirent vers le lieu du festin.

En haut d’une colline. L’endroit choisis par le maire était tout bonnement parfait ! Les convives dîneront sous une splendide vue de Moulins et assisteront à un concours d’archers.
Déjà du monde était présent. Lilou plus enceinte que jamais, le futur papounet aussi, cham et Aelys… pfiou tout plein de monde à saluer !
« Coucou ! » et Bisouilles par ci par là… et hop le tour était jouer !
Le couple était donc un peu en retard cette fois, mais ne manqua pas de politesse vers le Duc et sa cour. Bien que l’envie de lancer « Yo lanf ! » lui passa en tête l’espace d’une seconde.


Bonjour ! Votre grâce… Bienvenue à nouveau à Moulins! Et puis elle reconnu le garçonnet qui l’accompagnait, son fiston Arthur… En ce moment certains découvrait la moulinoise mère et vrai que elle aussi elle avait du mal à imaginer Lanfeust père…

Bonjour jeune homme… tu as bien grandi depuis la dernière fois…
Sourire vers le garçon qui ne se sûrement pas d'elle interompu pas celui, espiègle, de Maë qui se plante devant eux… ça lui faisait froid dans le dos… Depuis cette histoire d’entraînement, avec son parrain, où la gamine était partie en hurlant ce n’était pas… une histoire d’amour entre elles. Préférant détourner la conversation et s’adresse à Lanfeust pendant que Cruzzi parlait tir à l’arc avec Arthur.

Alors Lanfeust, c’est plus en tant qu’ecclésiaste qu’en tant que duc que t… vous venez ici… n’est ce pas ?
Sa fille dans les bras compris un mot de la phrase et s’empressa de le faire savoir en s’asticotant et criant :
« ‘uccc ‘ucc ! » Grand sourire à la limite du rire devant lui. La fifille à sa maman reconnaît les têtes couronnées entre mille, à croire !
La fillette calmée, Amandine la posa au sol la tenant d’une main, elle était attirée par tout ce qui se trouvait au sol pour ce déjeuner. Ces longues tentures, posées à même le sol, qui n’attendaient que les convives s’y installent…




Lanfeust

Ah voilà que Amandine rappliquée, l'ancienne maire de Moulins qui l'avait accueillit à son précédent voyage, cela n'aurait pas été drôle si elle n'était pas venue. Celle-ci l'avait accueillit en maire, maintenant c'était en mère ! Les choses avançaient vite.

Bonjour Amandine, c'est un plaisir de vour revoir à Moulins. Mais je vois que vous avez des jumeaux, félicitations.

Amandine interrogea Arthur et pendant ce temps là Lanfeust fixait les jumeaux, avoir d'autres enfants seraient vraiment bien pour lui mais encore fallait il qu'il soit libérer et retrouve l'amour chose peu simple quand on est noble. Elle s'adressa à nouvea à lui au sujet de son véritable rôle dans ce voyage.

Et bien en effet je voyage en tant que diacre sacristain également mais on m'a demandé d'y participer comme Duc donc c'est pour mes deux fonctions que je fais ce voyage.



Maë

Finalement la gamine n'aura pas risqué une réprimande pour rien! Qui l'eut cru, même les Ducs ont des enfants! C'est p't'être pour ça qu'on en voit souvent, des Ducs... Secouant légèrement la tête pour chasser ses pensées inutiles, Maë se planta devant le blondinet, sourire aux lèvres.

En effet, c’est bien moi, et je m’appelle Arthur !

Oh?! Un Arthur! Maë suivit le regard de son interlocuteur et tomba elle aussi sur le Maire, souriant en coin. Avec un peu d'chance il est aussi gentil que l'papa D'Ili, mais en plus jeune. Ce s'rait trop parfait pour être vrai, faut qu'j'me méfie d'lui...


Moi j'm'appelle Maë!


Sa maman lui avait pourtant rappeler qu'en face d'un noble il fallait s'incliner légèrement, puis sourire... Seulement, Maë n'en n'avait aucune envie. Après tout, c'est un enfant tout comme elle, et puis... l'Loustick quand il voit un nouveau, il se tient bien droit et il lui serre la main! J'ai qu'à faire pareil! La gamine se redressa donc, et souriante, tendit innocemment sa main envers le fils du Duc.

Ce qui lui passa ensuite dans l'oreille était on ne peut plus intéressant! Un tournoi de tir à l'arc?! Même qu'Arthur à le droit d'y participer! Non d'un pot d'miel... Bah oui, c'est qu'Arthur le papa d'Ili il en avait acheté plein à sa maman, et que y'en avait de partout aux Perles... Du coup Maë avait adoptée une nouvelle expression.


Un tournoi? Du tir à l'arc? Oh, j'viens avec toi!!
Enfin, il va falloir que tu m'aides... T'vois la belle Dame là-bas avec un ventre énorme?C'est ma maman... Bah... Si jamais elle me voit, il faut absolument que tu lui dises de me laisser venir avec toi hein! T'es le fils du Duc, elle pourra pas dire non!!

Maë ajouta un magnifique sourire, fixant le jeune garçon devant elle.




Legowen

La jeune femme s’approcha du petit groupe entourant le Duc , appréciant le décor de cette fête champêtre . En plus le soleil était de la partie ce qui ne gâtait rien , ils avaient de la chance
Elle remarqua un jeune garçon dont la ressemblance frappante avec le Duc disait la lignée , et qui semblait avoir déjà fait connaissance avec la fille de Lilou . Elle sourit et reporta son regard sur Lanfeust et sur ses amis présents , distribution de bisous en vue , mais avant ..


Bonjour Lanf…. freine et bloque la dernière partie du nom pour poursuivre par votre Grâce , ainsi vous ne pouvez plus vous passer de l’hospitalité chaleureuse de notre ville ?

Petit sourire en coin , elle sait bien que le Duc ne passera pas uniquement à Moulins
Elle a entendu ses derniers mots et ne peut s’empêcher de rajouter


deux fonctions ? et d’après vous quelle serait la plus importante ? celle qui consisterait à diriger un Duché dans une préoccupation constante du bien être de ses habitants , assurant ainsi le maintien de la vie ou celle qui se préoccupe de leur bien être spirituel ?




Lanfeust

Lanfeust regardait la petite qui semblait bien excitée concernant le tir à l'arc. Cela le fit sourire, surtout quand la petite pretexta que le fait d'être avec un fils de duc obligera sa mère à dire oui. Une autre personne approcha de lui, il la connaissait bien maintenant, collègue à la chancellerie, ancien connétable, Dame Legowen.

Il ne put là non plus s'empêcher de sourire quand elle commença à l'appeller Lanf, cela n'était guère grave, lui et le protocole c'était pas toujours suivit.


Bonjour Legowen, quel plaisir également de vour voir ici. En effet Moulins est très accueillante commme ville, c'est plaisant de s'y trouver.

Celle-ci avait tilté sur ce qu'il venait de dire concernant ses focntions, était-ce une question piège ? En tout cas il savait déjà ce qu'il avait à dire là dessus.

En ce qui me concerne et je m'en cache pas, un Duc doit être croyant car il gouverne un duché dont la religion Aristotélicienne en est l'officielle. Donc ces deux fonctions ne forment qu'une et je considère sur le même pied d'égalité le niveau de vie des habitants et sa santé spirituelle.



Cruzzi

B'jour Cruzzi! Hmm... ça donne que je suis crevé, mais que malgré mes yeux rongés d'un sommeil qui me fuit, j'vise encore pas trop mal...

Il sourit au maire avant d’ajouter :

Cela m’aurait étonné que tu ne retrouve pas la précision qui a été tienne durant le GFC dernier, quel archer !!! Tu étais impressionnant sans rire !! Il sourit.
En plus tu à plus d’une corde a ton arc… tu réussis même a toucher des demoiselles et les convaincre de rester a Moulins pour tes beaux yeux !!! Il sourit, étant au courant du séjour prolongé d’une certaine moulinoise fondu de voyage.

Il se dirigea ensuite vers le Duc pour le saluer. C’était la troisième fois qu’il croisait son chemin, une fois en taverne lors de son voyage dans le BA en mars de cette année, puis une deuxième fois lors de sa visite ducale, il lui avait fait visiter les remparts, et il avait l’air de s’en souvenir :

Bonjour Messire Cruzzi, comment allez vous ? Toujours sur les murailles de moulins ?


Le maréchal sourit. Et lui répondit :

Bonjour Votre Grâce et bienvenue à Moulins. Je vais bien merci, j’espère que vous prendrez plaisir à cette petite après midi ludique. Et bien oui j’arpente toujours les murailles de Moulins pas tout les jours non plus mais j’y suis assez souvent. Et puis je ne suis pas tout seul il y a Leg qui est venu de Thiers et pis Phoenyx qui fait de l’excellent travail a la douane comme à la Maréchaussée. D’ailleurs j’espère que l’on pourra voir la précision légendaire de la maréchaussée au concours de tir a l’arc !!

Il sourit une nouvelle fois, et pris un verre et se servit à boire ne manquant pas de proposer aux personnes présentes autour de lui si elles désiraient se désaltérer.



Arthur Dayne

Esquisse de sourire et léger rougissement. Diable que les nouvelles allaient vite.

C'est trop d'honneur, Cruzzi... Pour l'arc, nous verrons bien ce que ça donne... Et pour les demoiselles... Heum... ben... il faut bien se désaveugler à un moment ou à un autre...

Main qui passe dans ses cheveux en bataille, comme chaque fois qu'il était gêné ou mal à l'aise. Heureusement, le duc le sauva en engageant la conversation avec Cruzzi, bientôt rejoints par Amandine et Legowen.

Arthur en profita pour s'éclipser et aller vérifier que tout était en ordre pour le tournoi de tir à l'arc. Les cibles étaient en place, arcs et flèches à disposition pour qui n'avait pas apporté son propre matériel. A sa connaissance, le nombre de participants était assez restreint. Il avait décidé de tenter lui même sa chance. Legowen, Cruzzi et Cris l'avaient informé de leur volonté d'y participer. Il avait vu Selena et Cerise s'entraîner, sans trop savoir si elles viendraient. Maë et le fils de Lanfeust, un petit Arthur, avaient l'air bien décidé à faire comme eux. Le fils du duc avait probablement appris à tirer à l'arc, cela faisait le plus souvent partie de l'éducation des jeunes nobles... en revanche, il craignait l'adresse de Maë, et se décida à garder un oeil sur elle. Les autres candidats seraient des invités surprises, ce qui ajouterait, du moins il l'espérait, du piment à la compétition. Le maire s'éclaircit la gorge, avant de lancer:


Le tournoi est ouvert! Les candidats peuvent dès maintenant tenter leur chance, les autres peuvent à loisir être spectateur ou aller ouvrir le déjeuner champêtre, voire les deux s'ils s'en sentent l'âme. Bonne chance à tous les concurrents!




Lanfeust

Bonjour Votre Grâce et bienvenue à Moulins. Je vais bien merci, j’espère que vous prendrez plaisir à cette petite après midi ludique. Et bien oui j’arpente toujours les murailles de Moulins pas tout les jours non plus mais j’y suis assez souvent. Et puis je ne suis pas tout seul il y a Leg qui est venu de Thiers et pis Phoenyx qui fait de l’excellent travail a la douane comme à la Maréchaussée. D’ailleurs j’espère que l’on pourra voir la précision légendaire de la maréchaussée au concours de tir a l’arc !!

Je prend toujours plaisir à rencontrer le peuple vous savez, ça vous rappelle que vous venez du peuple, que c'est lui qui vous amène là où vous êtes en grande partie. C'est pour moi un devoir. Cela fait un moment que je n'ai pas vu Messire Phoenyx tiens, où se cache-t-il...

Lanfeust prit un verre en même temps que Cruzzi, c'était une aprés midi bien agréable et cela le changer du stress du conseil et des pressions diplomatiques. Le Duc sortit de ses pensées lorsque le maire Arthurdayne hella tout le monde pour lancer le tournoi, Lanfeust fit signe à Arthur de se dépêcher d'aller y participer. Il craignait un peu que Arthur se blesse mais c'était un futur homme, un Troy, il devait apprendre par lui même.

Et bien rapprochons nous donc du concours que je puisse admirer l'adresse des moulinois.



Cristras

Citation :
Le tournoi est ouvert! Les candidats peuvent dès maintenant tenter leur chance, les autres peuvent à loisir être spectateur ou aller ouvrir le déjeuner champêtre, voire les deux s'ils s'en sentent l'âme. Bonne chance à tous les concurrents!

Cris entendit le maire ouvrir le tournoi, elle se dirigea donc, sans trop se faire remarquer vers les cibles.

Prenant son courage a deux mains, elle se mit dans la file des concurrents, derrière un garçon qui avait fière allure, et fit une prière à Aristote pour ne pas faire le ridicule le plus total.

Attendant son tour de tirer, la tribunette se mit à écouter le bavardage des deux enfants qui la précedaient et ne put eviter sourire aux remarques que la fille de Lilou fesait.




Legowen

Regard un peu appuyé du Duc quand elle lui avait demandé laquelle de ses deux fonctions primait , croyait-il qu’elle essayait de le prendre en défaut ? pas comme cela Leg, juste une question peut-être un peu malicieuse car elle se doutait bien de sa réponse
elle sourit

l’âme et le corps sont incontestablement liés , c’est aussi mon avis et il est vrai que notre BA ne saurait être dirigé par un Duc non croyant et non baptisé , je ne crois pas que cela se soit d’ailleurs présenté en notre Duché ? en tout cas, j'avoue ne pas être assez veille pour l'avoir vu , quoique .........

Léger rire et entend Arthur donner le signal de l’ouverture du Tournoi . Elle remarque alors le petit signe que Lanfeust adresse à son fils , son regard un peu inquiet , sourit

Vous avez un bien beau garçon, et n’ayez crainte , je suis sure qu’il saura fort bien se débrouiller . mais et vous , Lanfeust, nous accompagnerez - vous sur le champ de tir ?




Arthur de Troy


Enchanté messire bourgmestre !

S’empressa de suspendre dans les airs le jeune blondinet qui se voyait présenté à l’Arthur grandeur nature.
Dans le même temps, le mouflet remercia son père lorsque ce dernier l’autorisa à participer à l’épreuve de tir à l’arc avant qu’on est le temps de lui supplier d’accepter. S’il pouvait se permettre de décocher quelques flèches, il n’allait pas s’en priver, même s’il n’avait pas l’art et la manière des archers, et qu’il n’était d’ailleurs pas certain de bien avoir compris le fonctionnement d’une telle pratique.
Mais enfin, qu’importe, cette légère appréhension s’effaça bien vite lorsqu’une femme, accompagnée de deux bébés baveux, mais pas encore pleurnichards - une chance - vint s’adresser au clermontois.

Bonjour jeune homme… tu as bien grandi depuis la dernière fois…


Le gamin planta un regard interrogateur sur son père. Depuis la dernière fois ? La mémoire du jeune Arthur était-elle déjà défaillante pour ainsi ne pas se souvenir de cette femme ? Préférant ne pas trop faire remarquer son combat intérieur pour tenter de se rappeler de l’identité de son interlocutrice, il se contenta d’un "bonjour à vous dame" accompagné d’un doux sourire.

C’est alors que dans ce choix multiple de conversations, la progéniture ducale s’intéressa de nouveau à la gamine qui lui faisait face. Elle confirmait qu’elle se nommait Maë et malgré son âge, le petiot trouva ce prénom fort beau. De là à dire qu’il finirait trouvère il y avait un grand pas, surtout pour un derrière breveté "fils de noble", mais il est vrai que ce prénom sonnait presque comme une mélopée dans ses oreilles.
Et son sourire s’élargit enfin.


Enchanté Maë !

L’écoutant parler, il obliqua dans la direction qu’elle pointait, voyant cette femme aussi belle que gonflée, présentée comme étant la mère de la fillette. Cette dernière n’était donc pas certaine d’avoir l’autorisation de tirer à l’arc, mais en digne protecteur, Arthur serait l’homme (ben oui quoi ?!) de la situation !
Il accepta donc d’un hochement de tête avant tout de même d’ajouter:


Pas de souci, je lui dirai tout ça !

Le tournoi est ouvert!

Ah ! Je crois qu’on nous appelle …


Il rejoignit donc le maire, qui avait tantôt fait de disparaitre furtivement pour finalement s’occuper des derniers préparatifs, et se tourna afin d’avoir la gamine dans son champ de vision.

… ben tu viens ?

Oui maintenant qu’il connaissait son nom, il n’allait pas gêner pour la commander non mais ! En plus lui, il n’avait pas de maman, c’était vachement moins la honte que d’avoir une maman de baudruche. Alors il pouvait se permettre quelques fantaisies.
Mais cette idée ne fit aucunement rire, ni même sourire le blondinet qui finalement aurait préféré que sa mère soit là … et puis non finalement ! mais sa marraine en revanche, il aurait apprécié la voir là. Elle aurait pu applaudir au moindre exploit du filleul, se vantant d’avoir été choisie pour s’occuper du champion junior de tir à l’arc du royaume de France, promotion 1457 !




Nohell

noHell après la messe donnée pour les reliques de St Trusfaldini, avait convaincu Patrocle de se rendre avec les jumeaux au souper sur l'herbe donnée en l'honneur du Duc Lanfeust par les moulinnois. Ils arrivèrent donc sur le près tous les quatre, déjà les jumeaux sautaient de la carriole pour se poursuivre en riant.

La jeune femme tout en tendant sa main à son compagnon afin qu'il l'aide à descendre jeta un regard circulaire sur le lieu et son visage s'éclaira d'un grand sourire en apercevant les cibles de tir à l'arc.


OH ! Du tir à l'arc ! Je veux participer, cela me rappellera ce premier voyage que nous avons fait ensemble pour le GFC. Mais avant je vais aller saluer Lanfeust, depuis une semaine que je suis dans son sillage je n'en ai pas eu l'occasion.


Elle se dirigea donc d'un pas vif vers le Duc et lui fit même une petite révérence. Messire je vous salue, jeme permet de me rappeler à votre bon souvenir, dame noHell de Bourbon nous nous y sommes rencontrés il y a de cela quelques mois. J'espère que la procession vous sied, pour ma part, bien que je n'affectionne pas particulièrement les lieux de cultes je suis ravie ! D'autant plus que je vois là des cibles de tir, tirerez-vous une volée ? Moi j'y vais de ce pas !

Aussitôt dit aussitôt fait. Elle si pondérée en presque toute circonstance se trouvait transformée dès qu'elle se présentait au pas de tir. Comme elle l'avait la première fois qu'elle avait tenu un arc, elle décocha ses 6 flèches quasi sans respirer.



Wow 3324 ! Pas si mal !! Je n'aurais pu espérer mieux vu mon piètre niveau ! Tant mieux un tir suffit !



Elle se retourna pour voir si le Duc l'avait suivie, mais ce sont les yeux de Patrocle que les siens rencontrèrent. Elle lui adressa un sourire radieux ainsi qu'un geste de la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Dayne
Admin


Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: [RP] Visite ducale   Jeu 1 Oct - 22:40

Cristras

Cris observa comment la dame apelée Nohell tendait l'arc. Et regarda aussi son résultat. "mmm, pas mal" pensa la tribunette. Quand dame Nohell eu finit, Cris s'approcha et fit gauchement une reverence devant le Duc, et sans rien dire se mit en position pour tirer.

La jeune fille sentait son visage rouge comme une tomate, les mains lui tremblait. Elle respira profondement et Plof, première flèche partie. Sans regarder autour d'elle, la jeune fille vida son etuie de flêche.




La tribunette sourit, posa son arc et donna un pas en arrière, satisfaite de son résultat.



Lanfeust

Pendant que tout le monde se dirigeait vers les cibles de tir à l'arc, Lanfeust continua la conversation avec Legowen, l'ancienne connétable et d'après ce qu'il avait appris l'une des plus ancienne maréchale et ambassadrice encore en fonction, c'était bien méritant. La réponse de Legowen le satisfaisait mais tous les politiciens n'étaient pas du même avis.

Je ne pense pas non plus que celà soit déjà arrivé au Bourbonnais Auvergne, mais ça aurait pu car il me semble qu'il y a eut des candidats non baptisés. En tout cas, cet avis que nous partageons, tout le monde ne le partage pas et c'est bien regrettable, si le Duc ne donne pas l'exemple qui le pourrait.

Son fils entraînait la petite Maë avec lui, lui faisait-il un tour de charme ? Il en serait bien capable tiens, ben c'est un Troy en même temps, le papa était bien connu pour avoir un consulat composé que de femmes ambassadrices...Cela avait changé d'ailleurs entre temps. Il en sourit rien que d'y repenser.

Legowen le sortit de ses pensées pour lui parler justement d'Arthur et du tournoi.


De toute manière faut laisser les jeunes s'amuser un peu, on est tous passer par là. Quant à moi je pense que je vais observer et encourager.

Il avait une sacrée douleur au poignet et cela n'aiderait pas de faire du tir à l'arc, se le malaxant discrètement il repensa à toutes ses lettres d'allégeances écrites, toutes ces annonces, les lettres diplomatiques, pas étonnant qu'après on est un poignet en compote. Le Duc se fit apostropher par une dame dont le visage lui était vaguement familier, Dame Nohell de Bourbon, ce nom ne lui était pas inconnu en effet.

Enchanté de vous revoir à nouveau Dame Nohell, le voyage me plaît en effet ainsi que la procession. Quand à tirer, comme je le disais à Dame Legowen, je vais observer et encourager.

Il regarda alors la dame tirer, elle fit apparemment un score bon vu qu'elle était enthousiaste. Pendant ce temps une dame fit une révérence avant de tirer également, Lanfeust lui répondu d'un signe de tête cherchant ensuite des yeux son fils.



Arthur Dayne

Tour à tour, différents archers tentèrent leur chance. Arthur salua la performance de Cris par quelques applaudissements. Elle qui, au début de la semaine parvenait à peine à encocher une flèche avait fait un score plus qu'honorable. Une dame inconnue d'Arthur, qui devait probablement faire partie du cortège ducal, tenta elle aussi sa chance, avec un score assez élevé là encore. En attendant que les autres concurrents, Cruzzi, Legowen et peut être les deux bambins qui semblaient choisir leur arc avec beaucoup de sérieux, Arthur prit le sien, six flèches et se présenta devant l'une des cibles.

Ses doigts étaient toujours un peu raides, même s'ils avaient regagné une bonne partie de leur agilité antérieure. Il avait pris le temps de s'entraîner un peu pendant la semaine, et d'agréables sensations lui étaient revenus. Et puis Cruzzi lui avait fait part de son propre entraînement et de ses performances, et Arthur n'en avait été que plus motivé, même si le temps lui avait cruellement manqué pour se préparer vraiment sérieusement.

Trêve de concentration, Arthur tira ses six flèches, ne prenant pas plus de temps qu'il n'en fallait entre chacun de ses tirs.




Et bien... pas si mal tout compte fait...



Arthur de Troy


Sans même que cet état soit décrété, il semblait qu’on laissait l’honneur aux dames pour ouvrir ce tournoi amical de tir à l’arc. Les deux premières participantes firent d’ailleurs pâlir le jeunot qui n’était plus si certain de vouloir faire son lancer à la vue de tous. Et les lancers du maire ne faisaient qu'amplifier ce sentiment ...
Oh et puis zut, après tout, il était là pour s’amuser !
Un arc et des flèches se trouvaient à portée de main, il empoigna donc le premier objet, choisit une flèche au hasard, et alla se positionner face à la cible la plus éloignée. Non pas qu’il y voyait très clair, mais peut-être qu’il arriverait à mieux viser.

Corde de l’arc bien tendu, le pouce venant presque caresser la joue du blondinet, ce dernier n’en n’oubliant pas pour autant que malgré le repas qui l’attendait il fallait qu’il reste concentré, et fixa donc le point qui lui faisait face à quelques toises de là.
La pointe de la flèche bien dans la ligne de mir et hop ! Alla directement se planter quelque part sur la cible.
Deuxième flèche … puis troisième … jusqu’à la sixième, la dernière donc. Toutes se logèrent contre la cible et le jeune Arthur rejoignit cette dernière pour s’enquérir du résultat qu’il venait de faire.




Une fois là, sa bouille était légèrement boudeuse. Oh il est vrai que ce n’était pas si mal pour un début, et il était également vrai que la faim commençait à lui tirailler l’estomac, mais il aurait tout de même pu s’appliquer d’avantage. Toujours est-il qu’il préféra se retirer de la zone de crache-test des flèches made in Moulins et ainsi laisser les autres concurrents tenter leur chance.

Il resta là quelques instants en tant qu’observateur. Mais décidément non, il ne pouvait s’enlever de l’esprit qu’il avait faim. Ni une ni deux, il voyait que certains tapaient déjà dans le buffet et même si lui n’aurait jamais la prétention d’être enceinte, il n’allait pas se priver pour se remplir la panse et imita donc ce beau monde en se servant de-ci de-là quelques mets qui en extasiaient ses papilles avant même de les avoir mis en bouche.
Arthur ne s’intéressa donc plus à ce qu’il se passait sur le champ de tirs, mais plutôt à ce qui se trouvait présenté là, juste devant lui, et pourrait servir à combler son appétit de goinfre. C’était une véritable plaie d’avoir ce gamin là chez soi, c’est qu’il vous en explosait le budget nourriture !




Legowen

Lanfeust ayant décliné son invitation à se rendre sur le champ de tir, il préférait observer, la jeune femme reprit

Alors , si vous le permettez, je vais un peu accompagner cette jeunesse , ce n’est pas que je sois si expérimentée mais j’ai bien envie de participer à ce tournoi de tir et j'espère que vous m'encouragerez

sourire de la Maréchale , qui se rend près d’ Illuin pour récupérer arc et carquois , caresse le bois d’if , petite prière

bon, ne me trahis pas hein

prend place près des autres candidats , coup d’œil à sa cible qui lui parait bien loin , arc dans la main gauche tandis que la droite tend la corde , flèche encochée
et se souvenir des conseils que son frère lui avait donné il y a quelques années déjà . Elle les a remis en pratique lorsqu’elle s’est entrainée , hier . Ses muscles s’en ressentent d’ailleurs un peu , arrivera t-elle à faire aussi bien ?
retient sa respiration, vise sa cible , repense à la réflexion d’Arthur l’autre soir en taverne , bon pas le moment de se déconcentrer et d’éclater de rire , lâcher la flèche


STOONNNGGGGGG

Peut mieux faire , pff normal, elle s’est déconcentrée , se repositionne , pas trop viser, le faire d’instinct et décocher les flèches les unes après les autres
Et bien , pour quelqu’un qui n’avait pas tiré depuis longtemps, ce ,n’est pas mal, pas mal du tout même , mieux que pendant l’entrainement . Leg sourit, pas mécontente de sa performance







Lanfeust

Lanfeust suivit les différents tirs, dont le Maire Arthurdayne, son fils Arthur et sa collègue diplomate Legowen. Les deux adultes firent un tir tout à fait bon et son fils par contre revint avec une mine boudeuse, c'était pas souvent qu'il tirait à l'arc donc il ne fallait qu'il se mine pour cela. Le Duc s'approcha mais son fils se dirigea rapidement vers...le buffet. Il devait avoir faim et Lanfeust le laissa manger tranquillement.

S'approchant de Legowen, il s'adressa alors à nouveau à elle.


Et bien Legowen, il me semble que vous vous débrouillez bien, bravo, comme votre maire d'ailleurs.

L'après midi avançaient pour arriver sur le soir, Lanfeust était au buffet avec d'autres moulinois et son fils Arthur qui semblait s'être bien rassasié, c'était pas une économie en nouriturre le fiston en passant. Il chuchota alors à son oreille.

Fiston, il va être temps de partir.


Le Duc chercha ensuite le maire qu'il trouva non loin de là.

Messire le Maire, je tiens à vous remercier très sincèrement pour votre accueil et d'ailleurs j'aimerais rester plus longtemps mais la procession a d'autres villes à visiter...Je vous souhaite une bonne continuation.



Kryss de Norval




Quelques jours avaient passé depuis l’épisode du marché. L’auberge crasse dans laquelle elle avait trouvé une chambre avait l’avantage indéniable d’être tenue par un individu plus que douteux, qui ne posait pas de questions, ayant lui-même trop de trafics louches à cacher. Depuis, Kryss avait passé ses journées à se fondre dans la masse, choisissant les lieux et les moments où la foule était assez nombreuse pour qu’elle puisse s’y mêler, mais assez petite afin de limiter les risques de mauvaises rencontres. Elle n’avait croisé ni les deux femmes soldats, ni le beau ténébreux. Pour autant, elle s’était avisée, alors qu’elle posait questions et poursuivait son enquête sur le blondinet, que certains villageois la jaugeaient d’un œil tour à tour mauvais ou craintif. Il ne faisait nul doute que l’information était passée sur la jeune fille étrange qui posait des questions sur un mort. Kryss avait donc pris quelques précautions supplémentaires. Ses nattes de guerrières avaient été liées entre elles, et la plupart du temps, elle portait une cape qui masquait non seulement sa chevelure, mais également l’arc qui ne la quittait jamais. Certes, elle ne passait toujours pas pour une villageoise ordinaire, mais au moins, ses traits les plus distinctifs ne sautaient plus aux yeux. Sur le blondinet, elle en avait peu appris. A peine avait-elle noté quelques noms parmi ses fréquentations proches, qu’il lui faudrait aller interroger. Son ancienne chaumière retrouvée et fouillée de nuit n’avait rien recelé de rare. Elle était également retournée dans cette ruelle où sa lame avait croisé celle du soldat avant que ses camarades ne soient venus lui prêter main forte. Pas de trace de son poignard, évidemment. Plus ses recherches s’avéraient vaines, plus Kryss craignait ce qu’elle n’osait s’avouer depuis des jours. Le blondinet n’avait pas ramassé le poignard, que d’autres mains avaient du découvrir. Dès lors, comment remonter la piste… comment retrouver ses mains anonymes dans cette bourgade qui, d’un coup, ne semblait plus si petite. Cette dernière journée, Kryss l’avait passée à errer dans les rues de Moulins, à la recherche d’un moyen qui lui aurait permis de savoir. Savoir où était ce poignard qui avait tant d’importance à ces yeux. Le seul objet pour lequel elle éprouvait un semblant d’attachement. Une ribambelle de mioches dévala la ruelle dans laquelle elle se trouvait. Ils hurlaient et riaient, et Kryss ne leur prêta pas grande attention avant qu’une salve de mot lui fassent dresser l’oreille.

"L’duc est là ! L’duc est là ! A c’qui parait qu’y a un concours d’archers ! Faut qu’on voit ça, pas vrai les gars ?"

Un concours d’archers ? La tentation était trop forte. Et le danger qui l’auréolait l’attira d’autant plus. Le duc… il y aurait donc tout le village, peu ou prou. Des gens pour la reconnaître, oui. Mais un concours d’archers… Un petit sourire carnassier entérina sa décision. D’un mouvement gracile, elle fit volte face et, quelques renseignements pris sur le lieu du concours, elle quitta les murs de la ville et arriva sur la petite colline. Beau monde il y avait là, certes. De la noblesse, des notables, les grandes gens et d’autres plus modestes. Toute une petite hiérarchie bien installée, d’où émanait une médiocrité qui fit sourire Kryss. Troupeau d’aveugles que voilà… Inconscient de la prison qu’ils bâtissent de leurs propres mains, même les plus puissants… Balayant la foule d’un regard désinvolte, la jeune féline aperçut le beau ténébreux, là bas. Tout près de lui, à son bras presque, une jeune femme. Enfin… une jeune femme, si l’on pouvait dire, déformée qu’elle était par cette chose que tant d’idiotes considèrent comme une bénédiction. Il a semé, le joli minois ? Dommage, tout ce gâchis. Un instant, elle scruta le visage de la malheureuse. Elle aurait été belle, si elle n’avait pas été rendue difforme par ce ventre proéminent et aberrant d’énormité. Vérifiant que sa capuche cachait bien ses cheveux et une partie de son visage, Kryss se détourna et alla se présenter devant les cibles. Il n’y avait pas trop de monde devant l’une d’elles, qu’elle choisit sans hésiter. Elle comptait bien faire sensation, et devrait donc s’esquiver très vite après avoir planté ses six flèches. D’un geste à la grâce féline, elle saisit la première, l’encocha, banda son arc et laissa filer la flèche. L’air volontairement désinvolte, elle répéta l’opération cinq fois. Le résultat ne la surprit pas, elle se connaissait suffisamment pour savoir qu’elle les surpasserait tous sans peine. Elle était tout simplement le meilleur archer de ces terres.




Alors qu’un silence à la fois surpris et tendu s’était imposé sur la plaine et qu’elle sentait nombre de regards posés sur elle, elle balaya la foule médusée du regard, leur adressa une belle révérence, arc toujours à la main.

"Notez dans vos mémoires, braves gens, que Syrane a remporté haut la main ce tournoi d’archerie!"

Avant que quiconque ne songe à l’interpeler, elle fila en direction des remparts. Là, elle se glissa sans peine par une des portes secondaires de la ville et s’évanouit dans le labyrinthe des ruelles.



Arthur de Troy


[Parce que toute chose a une fin et que c’est bien dommage.]


Arthur s‘empiffrait, c’était le cas de le dire ! Il en avait tout de même laissé pour le reste des convives, mais dans l’ensemble, on pouvait vulgairement affirmer qu’il avait la peau du ventre bien tendue, si bien qu’il lui fallu déboutonner légèrement et discrètement ses braies pour ne pas qu’il se sente trop à l’étroit. Et oui, c’est bien des boutons qu’il avait à ses braies. Il était fils de duc, au pire de vicomte, alors bon, il ne se pavanait pas muni de braies de pécores tsss !

Mais alors qu’il allait s’attaquer à ce qui ressemblait … à rien, oui d’ailleurs qu’était-ce donc que cette chose ? De la nourriture au moins ? … enfin bref, alors qu’il avait le courage d’entamer les dernières bouchées, il commença à hoqueter sous la surprise, la faute à son père qui vint lui murmurer quelques mots dans le creux de l’oreille.

Fiston, il va être temps de partir.

Si le blondinet avait été précédemment boudeur, là, il ne faisait aucun doute qu’il était profondément déçu. Si vite ? Alors qu’il n’avait pas eu le temps de pleinement profiter de cette journée. Baissant la tête, se mordillant la lèvre inférieure pour s’éviter de torturer le sol en y tapant du pied, il comprenait tout de même qu’il ne lui était de toute façon pas permis de profiter d’avantage de l’accueil des moulinois et qu’ils avaient encore quelques villes à visiter avant que la procession ne soit bouclée.

Tournant les talons, il se résignait à suivre son père, ce dernier n’allant très certainement pas lui laisser le choix de toute façon et préférant éviter à toute l’assistance la vue d‘un mioche capricieux et criard. Il était obligé de repartir avec le cortège car oui ! toute bonne chose avait malheureusement une fin.
La tête baissée, ne s’intéressant plus qu’à l’herbe de cette colline, il se permit tout de même de se redresser pour regarder tristement la fillette dont il venait tout juste de faire la connaissance.


Toi ! Je t’épouserai un jour !

Qu’il envoya soudainement valser dans les hautes sphères tout en riant franchement. Il n’avait pu tenir plus longtemps compagnie à Maë, et ce n’était pourtant pas faute d’avoir essayé de s’en faire une amie même si, il faut bien le faire remarquer, ils n’avaient pas vraiment conversé. Et puis de toute façon, les mots qu’ils pouvaient s’échanger entre eux n’étaient aucunement les affaires des grandes personnes.
Toujours est-il que voilà, il avait souhaité laisser son empreinte d’apprenti Don Juan - ayant un Father hyper méga cool dans ce domaine - et que c’était maintenant chose faite.
Il ne restait jamais bien longtemps tristounet Arthur. Un blond quoi ! Mouahahah.


Merci pour cette agréable journée ! Moulins ... je t'aime !

Et hop ! ni une ni deux le gamin était de nouveau embarqué dans cette carriole qu'il aurait tôt fait d'avoir en horreur lorsqu'il serait de retour à Clermont.
Pour lui, rien ne valait sa douillette couche de toute façon ! ... enfin, la couche, le lit hein ! pas les pampers.
Mais donc le cortège se remettait en route, direction "l'inconnu" concernant la progéniture de Lanfeust. Et oui ce mioche alors, parfaitement intraitable !



*La production tient à préciser qu’aucune tête blonde, ni aucun ver de terre, ni même aucun grain de taboulé (hum !) n’a été maltraité durant le tournage de cette scène finale*



Cruzzi

Alors que les concurrents se succédaient sur le pas de tir, Cruzzi était plus occupé à manger quelques mets mis à disposition par le maire pour ceux qui avaient pu se rendre ici, à cette joyeuse petite après midi.
Mais quand il vit le bourgmestre et ami s'avancer pour tirer ses flèches, il abandonna petits pains fourrés et autres gourmandises pour observer le maitre des flèches jouer de son art !

Sa tête suivait les flèches qui se plantaient une à une au centre de la cible si vite que l'on aurait même pas pu commenter son premier tir qu'il était déjà repartit prés du Duc ayant lancé ses 6 flèches. Il applaudis la performance du Maire, performance qui fut tout de suite surpassée par une femme apparemment, d'après ce que le maréchal pouvait en déduire de sa démarche et de la voix dont elle usa pour se venter sans vergogne auprès de tout ceux qui étaient présent. Apparemment elle désirait montrer sa précision et sa force à tous, contrairement à ceux qui étaient réunis en ce lieu pour pouvoir s'amuser en tirant quelques flèches. Cruzzi haussa un sourcil, manifestant son incompréhension vis-à-vis de la femme a capuche.

Il pris ensuite sa place pour pouvoir à son tour tirer ses flèches. Il envoya la première suivit rapidement des autres.



Il réussit à atteindre la cible plusieurs fois dans les petits cercles au centre. Il sourit content de sa performance qui restait tout de même inférieure à celle du maire et de la vantarde. Mais il s'en fichait il avait participer et il s'était amuser voilà le plus important. Il s'entrainerait davantage, il se le promis et regagna sa place prés de sa future épouse.


Le Duc semblait rappeler à son fils qu'il se faisait tard et que la journée touchait à sa fin. Il alla donc les saluer leurs souhaitant bonne route et bonne continuation.



Arthur Dayne

La journée prenait fin et ne s'était pas trop mal déroulée. L'intervention de cette mystérieuse Syrane qui avait remporté haut la main le tournoi de tir à l'arc avait laissé une sensation étrange planer dans l'air, mais rien qui pouvait troubler sérieusement la fête. Le soleil descendait tranquillement à l'horizon, et il était temps de donner les résultats officiels du tournoi, avant que le duc et sa suite ne prennent congé.

Tout le monde désormais était installé sur les grandes tentures étalées au sol, et la nourriture avait plu, comme en témoignaient les tables aux trois quart vides. Arthur se leva et prit la parole, parchemin à la main sur lequel il avait inscrit les différents scores.

Tout d'abord, merci à tous d'être venus pour cette petite réception en l'honneur de notre duc. La journée prend fin, et il est temps de vous donner les résultats du tournoi de tir à l'arc avant de devoir nous séparer.

En tête, et assez largement avec un score de 4705, Syrane, qui n'est malheureusement pas là pour être applaudie.


Etrange, tout de même, cette invitée surprise qui, visiblement, était la jeune femme dont Ninon et Coco lui avaient parlé.

Viennent ensuite, Arthur... c'est moi ça... avec 4583 points et Cruzzi avec 4532 points pour compléter le trio de tête. Puis Legowen avec 4455 points, Cristras avec 3582 points, dame Nohell avec 3324 points et enfin le jeune Arthur de Troy, avec 2915. Bravo à tous les archers, et à leur performance dont aucun n'a à rougir.

Bonne fin de journée à tous!

Sur ce, il alla rejoindre les Moulinois et le cortège ducal, et le déjeuner champêtre se termina dans une ambiance détendue sans qu'aucun autre incident ne vienne le troubler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Visite ducale   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Visite ducale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Visite ducale
» Visite au musée archéologique du Val d''Oise.
» visite chez le gynéco
» salle de visite médicale n°3 infirmière Noeliana
» Que pensez-vous de la visite du President Iranien à Columbia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue au village de Moulins ! :: Le village de Moulins :: La Campagne Environnante :: Dans la campagne-
Sauter vers: