Bienvenue au village de Moulins !


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le grand saule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orckis

avatar

Nombre de messages : 189
Age : 47
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Le grand saule   Dim 12 Oct - 22:31

Orckis était assise sous le grand saule, elle regardait sans la voir l'eau de la rivière qui s'écoulait à ces pieds. Non loin d'elle, Iliana jouait dans l'herbe avec Ashara. Mais elle ne l'entendait pas, ses pensées l'accaparaient, elle était préoccupée.

Depuis quelques jours, elle et Arthur semblaient s'être éloignés. Il se voyaient et se parlaient peu. Ils s'étaient souvent chamaillés car Orckis souhaitait qu'ils voyagent un peu, ce à quoi Arthur trouvait toujours une bonne raison de refuser.

Elle essuya une larme qui perlait aux coins de ses yeux.

"- Que se passe-t-il ? elle secoua la tête. Mon Arthur, que nous arrive-t-il ? pensa-t-elle à voix haute, elle soupira.

Un bruissement d'ailes lui fit lever la tête, elle prit en ses mains l'oiseau qui venait de se poser à côté d'elle. Elle retira le parchemin qui était accroché à l'une de ses pattes, l'ouvrit et le lut.

Citation :
Ma chère filleule,

J'espère que tu va bien, ainsi que ta petite famille.
Je t'envoie, ce pigeon, pour t'informer notre venue à Moulins, je serai accompagner de quelques amis.

Nous arriverons certainement jeudi prochain. Je vais pouvoir enfin connaître Arthur et votre fille.

Je te dis à bientôt,
Je t'embrasse
Ta marraine,
Latri

Un sourire vint illuminer son visage, Latribale, sa marraine se décidait enfin à venir les voir. Elle relut la lettre pour s'assurer qu'elle n'avait pas rêvé. Elle la replia et la rangea dans son corsage.

"- Ma chère marraine, pensa-t-elle en regardant de nouveau en direction de l'eau, ta venue va me faire le plus grand bien... toi seule va pouvoir m'aider..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orckis

avatar

Nombre de messages : 189
Age : 47
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Re: Le grand saule   Lun 3 Nov - 22:35

Orckis était revenue à la chaumière afin de faire ses bagages. Le coeur lourd, elle avait fait son balluchon, elle y avait mit quelques vêtements entre lesquels elle avait glissé ce qui pour elle avait une valeur inestimable :
- la statuette qu'Arthur lui avait offerte à leur premier rendez-vous, celle qu'il avait sculptée à son effigie,
- le portrait qu'Arthefax avait fait de leur petite princesse.

Après avoir rassemblé ses affaires, elle était allée faire le tour des pièces de cette maison où elle avait vécut des heures merveilleuses avec son tendre amour. Elle s'imprégna de leur atmosphère comme pour les marquer à tout jamais dans sa mémoire. Elle resta un long moment dans la chambre d'Iliana et avant d'en sortir, elle passa la main sur son lit tout en essuyant les larmes qui coulaient sur ses joues.

En traversant la chambre qui avait été la leur, Orckis fondit de nouveau en larmes, tant de souvenirs heureux lui remontaient en mémoires; leurs folles nuits d'amours, leurs éclats de rires, leurs moments de complicité, les moments de détente dans le grand baquet. Les yeux pleins de larmes elle fit le tour de la pièce, posant la main sur tel ou tel objet ou livre qu'Arthur affectionnait. Elle prit la chemise qu'il avait négligemment posé sur la chaise et enfouit son visage dedans pour respirer le doux parfum de bois qui en émanait. Le corps secoué de pleurs, Orckis s'nfuit en courrant de cet endroit où tout lui rappelait les 2 êtres qu'elle était sur le point d'abandonner.

Elle alla se réfugier à l'abri sous le grand saule, la douce chanson de la rivière et du vent dans les arbres apaisa pour un moment ses larmes. Elle s'y endormit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Dayne
Admin


Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: Le grand saule   Mar 4 Nov - 9:01

Arthur rentrait du marché, Iliana gambadant à ses côtés. Il venait de vendre quelques seaux non cerclés, et avait posté une offre d'emploi à la mairie pour récolter son maïs. Ils furent accueillis, au bout du chemin, par Oswell et Gerold. Le gros chat noir s'amusa, comme chaque fois, à venir titiller Iliana, puis à bondir juste avant qu'elle ne l'attrape. Gerold, lui, observait la scène d'un oeil toujours inflexible, mais qui masquait mal un certain amusement. Arthur lui aussi regardait avec un sourire sa fille manquer chaque fois Oswell.

Un jour, mon gros, elle sera plus rapide que toi. Et je ne donne pas cher de ta peau quand ça arrivera!

Oswell fila alors à travers les herbes, en direction de la chaumière. Iliana fit une moue désespérée, et vint s'accrocher à la jambe de son père. Arthur la prit dans ses bras et déposa un baiser sur son nez. Alors qu'ils arrivaient devant la porte de la chaumière, un miaulement les fit se retourner. Ashara était assise dans la cour, et les regardait intensément, ses prunelles violettes fixées sur Arthur. Ce dernier resta silencieux. Ashara ne détachait pas son regard de lui. Elle miaula une seconde fois. Il se passait quelque chose.

Renonçant à la chaleur de la chaumière pour le moment, Arthur recala Iliana dans ses bras et s'approcha d'Ashara. Celle-ci fila à son tour dans les herbes, en direction de la rivière. Alors qu'il arrivait à hauteur de la rive, Arthur aperçut une silhouette adossée contre le grand saule. Une silhouette qu'il aurait reconnue entre mille. Iliana l'avait vue elle aussi, et se dandinait pour échapper aux bras de son père. Arthur la déposa, et elle courut à perdre haleine pour aller se nicher dans le giron de sa mère.

Orckis, surprise par l'arrivée inopinée de leur petite fée, frotta ses yeux rougis. Elle s'était visiblement endormie, mais Arthur devinait qu'elle avait pleuré. Il connaissait trop bien ces grands yeux verts, ces océans d'émeraude qui engloutissaient l'horizon, pour savoir quand ils étaient blessés. Sa douce serra dans ses bras leur petite fille. Arthur vint s'assoir à leur côté. Orckis sembla hésiter à le regarder. Il prit son menton entre ses doigts, plongea ses yeux dans les siens, et vint cueillir sur ses lèvres un doux baiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orckis

avatar

Nombre de messages : 189
Age : 47
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Re: Le grand saule   Lun 10 Nov - 21:11

Son balluchon sur l'épaule, Orckis jeta un dernier regard vers la chaumière et le coeur plein de tristesse, elle quitta les lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orckis

avatar

Nombre de messages : 189
Age : 47
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Re: Le grand saule   Sam 14 Fév - 0:49

Orckis avait déambulé dans le village tout l'après-midi, après être passée en taverne, elle s'était promenée le long de la rivière. Elle ne pensait à rien, ou plutôt, elle avait fait le vide dans sa tête en sortant de " la Bastide ", et elle errait, sans but précis, écoutant le chant des oiseaux, humant les doux parfums de la nature....

Aussi fut-elle étonnée de se retrouver à cet endroit qu'elle connaissait si bien. Cela faisait si longtemps qu'elle n'y avait remis les pieds, qu'elle fut surprise de voir Ashara arriver au devant d'elle en miaulant. Orckis se baissa pour accueillir l'animal et le flatter, elle sourit en entendant les ronronnement de plaisir de celui-ci.

Elle assit le long de l'arbre sous lequel elle affectionnait tout particulièrement se poser autrefois et son coeur se serra lorsqu'elle laissa son regard vagabonder en direction de la chaumière où Arthur et elle avait vécut. Oswell se trouvait sur le pas de la porte, probablement à attendre qu'elle s'ouvre sur une gamelle bien remplie.

Rien n'avait changé, la chaumière, l'atelier d'Arthur, Lewyn et Barristan qui se bagarraient sous l'appentis.... et pourtant rien n'était plus pareil. Sentant un frisson la parcourir, elle regarda la course du soleil, il était bas, il se faisait tard. Orckis repoussa Ashara qui s'était lovée dans ses bras et se leva.


"- Allez ma belle, je dois partir, Arthur et Iliana ne vont pas tarder à rentrer."

Dernier regard vers la chaumière, nouveau frisson, elle rajuste son châle sur ses frêles épaules. Le frisson n'est pas dû au froid, elle le sait, c'est son coeur qui frissonne. Elle ferme les yeux.
Se retournant, elle fait un pas et....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Dayne
Admin


Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: Le grand saule   Sam 14 Fév - 20:06

Arthur revenait de la mairie, les bras chargés de quelques parchemins sur lesquels il devait encore travailler. Iliana gambadait joyeusement à ses côtés, d'autant plus qu'ils avaient pris des chemins de traverse pour rentrer à la chaumière. Longer la rivière permettait à Arthur, après une journée passée entre la mairie, le marché et les remparts de la ville, de trouver un apaisement et une sérénité qui lui manquaient bien trop le reste du temps.

Iliana partit comme une flèche, sans prévenir, et Arthur n'eut même pas le temps de se demander ce qui lui arrivait qu'elle avait disparu à l'endroit où la rivière faisait un coude, juste avant d'arriver à la chaumière. Quelle mouche avait donc bien pu la piquer? Vaguement inquiet, Arthur pressa le pas pour la rattraper et, tournant à son tour derrière les petits arbres qui masquaient le reste du chemin, découvrit la cause de son départ fulgurant.

Orckis était en train d'épousseter sa robe, venant manifestement de se relever, et s'apprêtait à partir. Elle jeta un coup d'oeil vers la chaumière, rajusta son châle et se retourna pour prendre le chemin d'où Iliana débouchait. Elle n'eut pas le temps de voir leur fille arriver que celle ci plongea dans ses robes et s'agrippa à sa jambe.

Ashara était assise juste à côté, et regardait la scène avec une sérénité toute féline. Orckis parut très étonnée de voir leur fille apparaître de nulle part et se jeter sur elle. Ses grands yeux verts où se mêlaient la surprise, la joie et un soupçon de tristesse passèrent d'Iliana à Arthur. Ce dernier, surpris lui aussi de voir Orckis ici, se gratta la tête, ne sachant trop quoi dire, comme il lui arrivait bien trop souvent ces derniers temps.


Qu'est-ce que tu... enfin, tu... Tu te promènes? C'est nul, Arthur... Mordillement de lèvre. Trouve quelque chose de mieux... Tu veux entrer... boire une tisane?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orckis

avatar

Nombre de messages : 189
Age : 47
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Re: Le grand saule   Sam 14 Fév - 21:58

Se retournant, elle fit un pas et.... n'eut pas le temps de voir Iliana déboucher du chemin que celle ci plongeait dans ses robes et s'agrippait à sa jambe.

"-Ililana, mon enfant..." murmura-t-elle heureuse de voir sa fille.

Mais elle se sentit fort embarrassée lorsqu'elle réalisa que si la petite était là, Arthur ne devait pas être très loin. Son coeur se mit à battre la chamade et une soudaine envie de se cacher dans un trou la prit. Elle sourit cependant lorsqu'elle le vit arriver au détour du chemin. Surpris de la voir ici, il se gratta la tête; il semblait tout aussi embarrassé qu'elle. Il s'approcha, le coeur d'Orckis battait de plus en plus fort.

"- Bon sang ! mes jambes flageolent, mon coeur s'emballe, pensa-t-elle. Cet homme a le don de me mettre dans tous mes états."


"- Qu'est-ce que tu... enfin, tu... Tu te promènes?"

"- Je... oui... je me promenais et... et sans avoir pourquoi... je... bafouilla-t-elle, rougissant légèrement, je me suis.. retrouvée... ici..."

"-Calme-toi Orckis, calme-toi !!" pensa-t-elle. Elle le vit alors se mordiller les lèvres, lui aussi était nerveux à n'en pas douter.


"- Tu veux entrer... boire une tisane?"

Que devait-elle répondre, elle ne la savait.

"- Surtout ne pas bafouiller. se dit-elle lui faisant un petit sourire qui se voulait assuré. Pour se donner une aisance qu'elle était loin d'avoir, elle s'adressa à Iliana avant de répondre. Qu'en penses-tu ma puce ? Veux-tu que je reste boire une tisane ?"

Ce à quoi la petite acquiesça et folle de joie partit en courant vers la chaumière. Orckis sourit, le bonheur de sa fille lui faisait chaud au coeur. Elle plongea ses grands yeux verts dans le doux regard d'Arthur, avant de lui répondre dans un souffle.

"- Ce sera avec un grand plaisir !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Dayne
Admin


Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: Le grand saule   Lun 16 Fév - 11:05

Elle semblait aussi émue que lui. Elle s'adressa à Iliana qui, ravie à l'idée que sa mère reste un peu, courut à la chaumière en chantant à tue tête. Puis Orckis posa sur lui ses grands yeux verts, tristes comme un océan sans écume, et murmura:

Ce sera avec un grand plaisir.

Arthur esquissa un sourire, et ils se dirigèrent vers la chaumière. Iliana avait déjà entrepris de mettre de l'eau à chauffer sur le petit feu de bois qui réchauffait l'air ambiant. Ce qui s'avérait bien ambitieux, car en plus de la taille du chaudron, elle devait éviter Oswell qui, persuadé qu'elle avait à manger pour lui, se frottait contre ses jambes, la faisant vaciller à chaque pas qu'elle faisait.

Oswell, diable de... Tu n'as donc jamais rien d'autre en tête?

Arthur grogna en direction du gros chat noir, qui fila se réfugier derrière les jambes d'Orckis, puis alla aider sa fille à mettre l'eau à chauffer. Il jeta une poignée de feuilles à infuser, et se tourna vers Orckis, qui le regardait toujours. Il n'avait pas pu vivre sans la fontaine de bonheur de ce regard là, c'était impossible. Affronter les jours sans pouvoir puiser du réconfort en respirant le doux parfum de ses cheveux, sans avoir la chance infinie de se réchauffer contre sa peau si douce, sans...

Non Arthur. Arrête... Rien de bon ne pourrait sortir de tout ça... peut-être...

Je... Assieds-toi, je t'en prie. J'ai quelques biscuits que nous avons fait avec Ili.

Il désigna la table au milieu de laquelle trônait un plat contenant quelques biscuits aux formes hasardeuses. Il se débrouillait plutôt bien en cuisine, mais l'esthétique de ses compositions culinaires laissait souvent à désirer.

Ils s'installèrent tous deux face à face, et Iliana vint grimper sur les genoux de sa mère. Arthur se perdit quelques instants dans le détail de sa chevelure, avant de reprendre ses esprits.


Euh... tu... comment vas-tu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orckis

avatar

Nombre de messages : 189
Age : 47
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Re: Le grand saule   Mar 17 Fév - 9:41

Pendant qu'Arthur préparait la tisane avec Iliana, Orckis l'observa, le coeur battant plus fort chaque fois que son regard croisait celui de cet homme qu'elle aimait encore plus qu'avant.

Lorsque tout fut prêt, il l'invita à s'asseoir face à elle et Iliana vint s'installer sur ses genoux.


Euh... tu... comment vas-tu? lui dit-il après l'avoir observée quelques secondes.

Que répondre à cette question ? Devait-elle se taire et répondre par des banalités ou lui avouer que sans lui sa vie était d'une tristesse affligeante, que chaque jour elle ne vivait que pour ses courts instant où elle le croisait, que ses nuits étaient peuplées de rêves où ils se retrouvaient, que...
Il se trouvait là, devant elle, à quelques centimètres... si proche... Elle avançât la main jusqu'à effleurer la sienne et frissonna à son contact, son coeur battant à tout rompre.


"- Je... oui... ça va, merci !" répondit-elle.

Elle trempa ses lèvres dans la tisane chaude, se disant qu'elle n'était qu'une idiote. Iliana quand à elle semblait les observer, se demandant pourquoi ses parents étaient si bizarre tout à coup.
Alors Orckis releva la tête et plongea ses grands yeux verts dans le doux regard d'Arthur. Ce doux regard qu'elle connaissait si bien, celui dans lequel elle pouvait lire toutes les émotions. Une soudaine envie de se blottir dans ses bras la traversa, mais en avait-elle le droit ?


"- Art... Arthur ! Je... tu... crois-tu... bafouillât-elle en rougissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Dayne
Admin


Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: Le grand saule   Mar 17 Fév - 11:15

Sa main effleura la sienne et fit naître, du fond de son être, un mélange d'émotions diverses, qui le firent frissonner de la tête aux pieds. Orckis retira soudainement sa main pour boire une gorgée de tisane, et le froid envahit à nouveau le corps et l'âme d'Arthur. Lorsque Orckis déposa sa tasse et releva la tête, leurs regards se croisèrent et ne purent se détacher l'un de l'autre.

Art... Arthur ! Je... tu... crois-tu... bafouillât-elle en rougissant.

Je crois quoi? Je ne crois rien... je suis sûr de t'aimer, plus encore qu'au premier jour, je suis certain que ma vie sans toi n'a pas plus de sens que celle d'un poisson sur l'étal d'un marché, je sais que chaque pas sans toi à mes côtés est une déchirure que rien ne peut réparer. Rien sauf...

A nouveau ce souffle glacé qui lui venait du fond des tripes. Cette peur de la perdre à nouveau, qui l'empêchait de rien faire. L'avoir ici, à Moulins, même lointaine, était mieux que la savoir à l'autre bout du pays. Et faire un pas en avant, c'était risquer de la voir s'enfuir à nouveau, sans qu'il n'ait de prise sur les évènements, sans rien comprendre à ce qui lui arrivait. Et se retrouver seul. Encore.

Orckis, je...

Arthur se leva brusquement de sa chaise, incapable de réfréner toutes les émotions contraires qui l'assaillaient.

Ses grands yeux verts, dont l'océan n'était qu'un pâle reflet, la teinte rosée de ses joues, la ligne de son nez, comment vivre sans pouvoir, chaque matin, aimer chacun de ses détails, sans s'endormir, chaque soir, en sentant son visage calé contre son épaule, sans se réchauffer au doux contact de son corps contre le sien... Quelle peur, si forte soit-elle, de la perdre à nouveau, pourrait lutter contre la seule idée qu'un espoir puisse encore exister?

Reviens... reviens vivre à la chaumière... Il déglutit, se contraignit à croiser son regard. Tu... tu veux?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orckis

avatar

Nombre de messages : 189
Age : 47
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Re: Le grand saule   Mar 17 Fév - 16:17

Ils se dévoraient du regard mais aucuns des deux n'osait se livrer à l'autre, chacuns bafouillants des bouts de mots sans aucuns sens. Et soudainement, Arthur se leva de sa chaise et s'approcha d'Orckis.

Reviens... reviens vivre à la chaumière... lui dit-il aussi soudainement qu'il s'était levé. Il se tut un instant avant de lui demander, la regardant avec anxiété: Tu... tu veux?

Les yeux d'Orckis s'embuèrent de larmes, elle posa Iliana sur le sol et se leva. Tremblante, elle se jeta dans les bras d'Arthur et l'embrassa avec passion.

"- Mon Ar...thur !! Mon bel amour... je... tu... oui...oui... ouiii... je le veux !!" réussit-elle à articuler entre deux larmes de bonheur.

Elle se blottit dans la chaleur de ses grands bras et se délecta de ses doux moments de complicité retrouvée. Iliana les observait avec inquiétude, elle semblait se demander pourquoi sa maman pleurait. Orckis quitta à regret les bras de son bien aimé et se baissa pour serrer sa fille contre son coeur et tout lui expliquer.


"- Ma puce, je... je vais revenir vivre avec vous et... mes larmes... sont des larmes de joies. Se tournant vers Arthur, elle ajouta: depuis mon retour à Moulins, je ne vis que pour ce moment... vous retrouver... tout les deux. J'ai tant espérer... mais sans jamais oser... Je t'aime... Je VOUS aime !!!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Dayne
Admin


Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: Le grand saule   Dim 22 Mar - 12:45

Le matin se levait tranquillement sur Arthur, assis au pied du grand saule, face à la rivière. Il y avait passé la nuit, à longer ces berges, à chercher des réponses, à fuir des questions, à se projeter, à se détruire à petit feu, à vouloir noyer l'incendie de son âme dans les vapeurs de l'alcool. Tout s'était bousculé, à une telle vitesse...

Il y avait quelques mois à peine, il tentait de vaincre sa solitude. Orckis était partie, il souffrait en silence, cherchant à comprendre où étaient ses fautes, se torturant l'esprit de "si j'avais". A ce moment là, Apo n'était qu'Apo, l'arrogante, l'intolérante, celle qui se donnait des allures de guerrière, celle à qui Arthur ne pouvait s'empêcher de donner du "dame" parce qu'il savait que ça l'horripilait. Parce qu'il refusait de lui donner le plaisir de le voir s'écraser. Parce qu'il ne l'aimait pas, tout simplement. Malgré l'étrange fascination qui, déjà, l'amenait à se demander pourquoi, alors qu'il était évident pour lui qu'elle n'était pas ce qu'elle paraissait, Apo voulait à tout prix jeter au monde sa force et sa supériorité sur les autres.

Et puis, de longues discussions, franches, parfois dures, souvent passionnantes, s'étaient écoulées en taverne. Apo avait ouvert, par endroit, sa carapace, lorsqu'elle avait compris qu'il voyait plus clair en elle que ce qu'elle voulait bien admettre. Et il s'était surpris à l'apprécier. Et bientôt, les joutes verbales avaient fait naître une amitié étrange.

Oui, étrange. Jours étranges... Puis ce baiser. Inattendu. Et surtout... tout ce qui l'avait traversé au moment où Apo, ce soir là, avait posé ses lèvres sur les siennes. Cette valse d'émotions, trop puissante pour un seul corps, avait totalement embrouillé ses esprits. Pendant des jours, des nuits, il avait erré, perdu, tiraillé, écorché par toutes les peurs qui lui perforaient l'âme. Et cette question, toujours... Que faire? Apo? Orckis?

Faire un choix... Un choix impossible. Tout le monde lui avait dit: tu dois choisir... Ce qui supposait qu'il y avait un bon choix? Non... Des heures et des heures de tortures, alcoolisées ou non, n'y avait rien fait. Il n'y avait pas de bon choix. Juste son coeur mis en pièce.

Alors il avait tenté d'imaginer. S'imaginer sans elle. Sans elle.

Et il avait choisi. Il se trompait peut-être. Mais diable... il avait choisi...

Orckis devait rentrer de retraite. D'ici peu. Arthur jeta un coup d'oeil à la course du soleil. Oui, très bientôt, il allait devoir faire la pire chose au monde. Lui dire... lui dire qu'il ignorait pourquoi, au juste, mais que... Que dire, en fait... Rien n'apaiserait ce qu'il allait lui dire.

Il sentit une main sur son épaule, sursauta. Elle était là. Ses yeux émeraude posé sur lui trahissait déjà une inquiétude sourde. Comme si elle savait. Il fallait bien avouer que la mine d'Arthur avait de quoi inquiéter n'importe qui. Les yeux cernés, rougis par l'alcool et la fatigue. Les cheveux en bataille, perdus dans les étoiles. Le teint pâle, les yeux creusés.

Avant qu'elle ait pu dire un mot, Arthur se leva, et se força à la regarder en face.


Orckis, je... il s'est passé... tant de choses... Il passa une main dans ses cheveux. Une boule énorme lui obstruait la gorge. Je dois partir... J'ai besoin de... Apo et moi... nous sommes allés... loin... C'est... ma faute, entièrement ma faute. Iliana est avec la nourrice. Je... je te laisse la chaumière. Je vais m'installer pour quelques temps au dessus de la taverne municipale... Le temps de... de faire le point, de...

Arthur chercha du regard quelque chose, une émotion, dans les yeux émeraude d'Orckis. De son bel ange...

Je suis... désolé... Pardonne moi... mais, je... je sens que... qu'il faut que je le vive...

Des mots qui ne veulent rien dire, ça, Arthur. Ou tellement de choses...

Il baissa la tête, prit son baluchon, prêt à partir. Prêt à endurer la colère, la haine d'Orckis. Prêt à payer le prix de la terrible révélation qu'il venait de faire. A payer le prix de la déchirure qui l'habitait, et à laquelle il venait de donner forme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orckis

avatar

Nombre de messages : 189
Age : 47
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Re: Le grand saule   Dim 22 Mar - 15:48

Il était tôt ce matin là lorsqu'Orckis quitta le couvent où elle était allée faire retraite après la terrible attaque des brigands sur le village. Il lui avait fallut se retrouver seule pour panser ses blessures physiques, mais aussi les blessures de son âmes. Les combats avaient été rudes, les images horribles de corps ensanglantés l'avaient poursuivie de nombreuses nuits durant. Enfin, ses visions cauchemardesques s'étaient estompées et ses nombreuses blessures s'étaient cicatrisées. Les soeurs du couvent l'avait autorisée à quitter le couvent ce matin même et elle avait pris aussitôt le chemin de la chaumière tant elle était pressée de retrouver son tendre amour et leur jolie princesse.

Le soleil pointait ses premiers rayons, et Orckis marchait d'un pas alerte, joyeuse à l'idée d'aller réveiller Arthur qui devait encore dormir du sommeil du juste. Elle pensait au moment où elle allait se glisser dans le lit et se blottir dans ses bras, au large sourire qui ornerait alors le doux visage de celui qu'elle aimait d'un amour chaque jour plus intense, à la chaleur de leurs lèvres qui s'uniraient pour un fougueux baiser.

Le coeur léger, le sourire aux lèvres, Orckis cheminait d'un pas dansant, chantonnant joyeusement une mélodie entraînante. Elle longeait la rivière, encore quelques mètres et elle apercevrait la chaumière au détour du chemin. Ashara viendrait probablement l'accueillir, se frottant dans ses jambes en ronronnant doucement. La simple idée de retrouver le calme et la quiétude et la chaleur de leur foyer l'emplissait d'une paix intérieur, elle était sereine, heureuse et sereine.

Tournant à l'endroit où la rivière faisait un coude, derrière les petits arbres qui masquaient le reste du chemin juste avant d'arriver à la chaumière, elle s'arrêta. A moins d'une dizaine de mètres, le grand saule étalait sa ramure aux bourgeons à peine éclos. Assis sous le vieil arbre, face à la rivière, Arthur, une bouteille à la main, semblait plongé dans ses pensées, le regard perdu dans les mouvements de l'eau.


Une bouteille à la main ?

Orckis sentit son coeur se serrer, le sourire qui ornait son beau visage quelques secondes auparavant s'effaçât, quelque chose clochait. Il n'était pas dans les habitudes de son tendre amour de boire de si bon matin. Inquiète, elle s'approchât de lui sans dire un mot et posa la main sur son épaule. A son contact, il sursauta et tourna vers elle un visage fatigué au teint pâle, les yeux rougis et cernés.

Que se passe-t-il ? pensa-t-elle avec une inquiétude croissante, observant ce visage qu'elle reconnaissait à peine. Avant qu'elle ait pu dire un mot, Arthur se leva, et semblant se forcer à la regarder en face.


Orckis, je... commença-t-il, il s'est passé... tant de choses... Je dois partir... Partir ? Qui ? Où ? Pourquoi ? s'étonna Orckis. J'ai besoin de... Apo et moi... Apo ? quoi Apo ? nous sommes allés... loin... Quoi ? Mais... que disait-il ? C'est... ma faute, entièrement ma faute. Iliana est avec la nourrice. Je... je te laisse la chaumière. Elle n'y comprenait rien. Je vais m'installer pour quelques temps au dessus de la taverne municipale... Le temps de... de faire le point, de...

Les grands yeux verts d'Orckis s'embuèrent de larmes alors qu'il ajouta d'un ton monocorde:

Je suis... désolé... Pardonne moi... mais, je... je sens que... qu'il faut que je le vive...

Elle senti une douleur fulgurante s'emparer de son coeur alors que le flot des mots qu'il venait de prononcer la transperçait tel une flêche. Elle le fixa, sans vraiment comprendre ce qui se passait, cherchant dans ses yeux une réponse aux questions qui l'assaillaient.

Art... Arthur ? murmura-t-elle avec difficulté. Qu'y a-t-il ?... Que... que t'est-il arrivé ?... Je...

Les larmes ruisselaient sur son visage, elle se sentait tout à coup perdue, la tête lui tournait.

Mon... mon amour ?... mon Ar...thur !. réussit-telle à dire avant que sa voix ne se brise de douleur.

Elle posa ses mains fines sur le visage de son bien-aimé et le regarda avec des yeux dans lesquels se mélait incompréhension et soufrance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Dayne
Admin


Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: Le grand saule   Dim 22 Mar - 19:23

Dans les yeux d'émeraude qui le détaillaient se mêlaient l'incompréhension, la panique et l'affolement. La boule qui bloquait la gorge d'Arthur, loin de le laisser en paix, accentua sa pression. Son coeur se serra affreusement, comme si un démon s'amusait à le tordre, à l'essorer pour le vider de toute vie. Une nouvelle fois, cette angoisse, terrible, fulgurante, le traversa. Avait-il tort?

Mais pourquoi, dans ce cas, ses pensées, ses rêves, ses nuits, n'étaient-ils peuplés que d'un regard azur, sans horizon, sans barrière? Peut-être était-il faible et lâche. Sans doute, même. Il aurait voulu ne pas la blesser, il aurait voulu... il aurait voulu que n'existe plus les conséquences... il aurait voulu n'être qu'un égoïste, sans remords, sans scrupule, ce qu'il avait du être la minute où il avait choisi. Les yeux d'Orckis étaient inondés de larmes, à présent, et elle avait posé ses mains sur son visage.

Il ne pouvait se résoudre à rester ici. Pas après ce qui s'était passé. Il ne pouvait plus regarder Orckis en face, il venait de s'en rendre compte. Il ne pouvait plus se réfugier entre ses bras, à l'idée même de le faire, un puissant torrent de culpabilité, de dégoût de lui même l'assaillait. Il n'avait pas voulu la blesser. Il ne pouvait pas affirmer qu'il ne l'aimait plus. Moins encore à l'avoir ici, devant elle. Mais se savoir ici, aux côtés de cet ange aux yeux d'émeraude, s'imaginer lui, à l'esprit écorché, rester avec elle lui était insupportable. Pas à cause de sa présence à elle. A cause de sa faiblesse à lui, à cause de ce tiraillement sans fin qui l'oppressait. S'il restait ici, il ne ferait que la blesser davantage. Et il ne le voulait pas. Et quoiqu'il en dise, la pensée inverse, se savoir aux côtés d'Apo, n'évoquait pas les mêmes souffrances.

Orckis... je... excuse moi... tu... tu ne me le pardonneras peut-être jamais et... je ne suis pas pardonnable... J'ai failli, j'ai hésité, j'ai lutté... je ne peux plus rester à tes côtés. Pas alors que la tempête bat dans mon crâne. Je ne veux pas te faire souffrir plus que je ne le fais là... je... j'éprouve... trop de choses pour Apolonie... c'est ma faute, ma faute... Je pars. C'est... le mieux que... je suis désolé.

Les mains d'Orckis glissèrent lentement le long de son visage, chutant comme si elles s'étaient vidées de toute vie. Arthur attendit qu'elle le frappe, l'invective, hurle qu'il n'était qu'un lâche, un traître, un être immonde et sans scrupule.

Tête baissée, il attendait la sentence, son baluchon sur l'épaules. Une fois qu'elle serait tombée, il partirait. Il ne voulait pas davantage meurtrir le coeur d'Orckis. Il avait déjà causé des dégâts irrémédiables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orckis

avatar

Nombre de messages : 189
Age : 47
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Re: Le grand saule   Lun 23 Mar - 22:06

Incrédule, Orckis l'observa au travers de ses larmes. Il y a quelques mois il lui affirmait qu'il l'aimait plus que tout, que la vie sans elle était une torture; et aujourd'hui il en aimait une autre. Les mots, les images se bousculaient, bourdonnaient dans sa tête. Elle ne l'écouta même pas lorsqu'il poursuivit :

Orckis... je... excuse moi... tu... tu ne me le pardonneras peut-être jamais et... je ne suis pas pardonnable... J'ai failli, j'ai hésité, j'ai lutté... je ne peux plus rester à tes côtés. Pas alors que la tempête bat dans mon crâne. Je ne veux pas te faire souffrir plus que je ne le fais là... je... j'éprouve... trop de choses pour Apolonie... c'est ma faute, ma faute... Je pars. C'est... le mieux que... je suis désolé.

Les mains d'Orckis glissèrent lentement le long du visage de cet homme qu'elle ne reconnaissait plus. Il lui avait été déloyal et elle ne pouvait l'accepter. Son sang se glaça, séchant rapidement ses larmes, le visage blême, elle le fixa avec froideur et mépris. Elle se l'imagina, se pavanant avec l'autre à son bras, lui offrant ses lèvres pour de tendres baisers. Sans plus y réfléchir, dans le brouillard de ses pensées, elle sentit son bras s'élever et finir sa course en une gifle sèche sur la joue de celui qui l'avait trahie.

Sans attendre la réaction d'Arthur, elle tourna les talons et quitta les lieux sans un mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Dayne
Admin


Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: Le grand saule   Mar 24 Mar - 14:48

Arthur entendit le claquement avant de ressentir la douleur. Irradiante, elle naquit sur sa joue, puis, comme un écho foudroyant, lui broya le coeur. Et pourtant il s'y attendait. Il n'avait mérité que ça. Il savait que le choix qu'il avait fait aurait des conséquences terribles. Que celui qu'il n'avait pas fait aurait été bien pire encore. Qui aurait-il été, s'il avait choisi de rester aux côtés d'Orckis, alors qu'Apolonie hantait chacune de ses pensées?

Cette haine qu'il avait vu briller dans les yeux d'Orckis, qui avait terni l'émeraude de son regard, il en était la cause, et pour cela, il méritait toutes les gifles du monde. Il assumait en cet instant les conséquences du choix qu'il avait fait, et même si la douleur d'Orckis et le dégoût qu'elle ressentait pour lui désormais lui perforait l'âme, il se devait d'accepter sa colère.

Il avait choisi. Finalement, après des jours et des nuits à se torturer l'esprit, il avait choisi. Le prix à payer était la douleur de devoir blesser Orckis, la douleur de surprendre cet éclair de haine dans son regard. Mais Apolonie ne quittait plus ses rêves, et quelque soit la difficulté des conséquences qu'il devrait assumer pour l'avoir choisie, il le ferait.

Il restait que regarder Orckis s'éloigner vers la chaumière, imaginer la douleur qu'il lui avait causée, lui laissait à l'âme un sentiment de culpabilité sans nom, et ce malgré la certitude qu'il avait d'avoir fait ce qui était le mieux pour elle. Ou plutôt le moins douloureux. Parce que c'était Apo qu'il brûlait d'envie de rejoindre, et que rester avec Orckis dans ces conditions là eut été se montrer lâche et odieux.

Du moins, plus qu'il ne l'était déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le grand saule   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le grand saule
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Méréwyïn Alaryïn [Grand prêtre d'Arcamenel] {réservé Ambre}
» Tralïn- guerrier nomade grand tueur d'orque
» Un sous-commissariat à Grand'Ravine
» Nouveau lac formé par le séisme en Haïti menace d'inonder Grand-Goâve
» comment un nain se retrouva lié à une elfe, à son grand dam

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue au village de Moulins ! :: Le village de Moulins :: La Campagne Environnante :: La Chaumière d'Arthur-
Sauter vers: