Bienvenue au village de Moulins !


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'écritoire du Prophète

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le prophète.

avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: L'écritoire du Prophète   Mar 17 Juin - 12:55



Il transcrivait des versets du livre des vertu certes, mais il écrivait aussi. Des contes et légendes qu'il avait entendu en traversant le royaume. Il lui arrivait même de se relever en plein milieu de la nuit pour continuer un récit. Peu de gens lui connaissait cette passion, mais à vrai dire qui le connaissait vraiment ?

Un jour il se dit :

- A quoi sert d'écrire si je n'ai personne pour me lire ?

Alors il ouvrit sa demeure et y laissa son écritoire bien en vue. Sur une parchemin qu'il accrocha au mur il écrivit :
Citation :

- Tournez la clef dans la serrure vers la gauche et tirez sur les deux anneaux pour avoir accès au livre.



La légende qu'il était en train d'écrire s'appelait :

Citation :
Kalyss et Azelmac

Les sabots des chevaux ne faisaient aucun bruit, dans ce chemin moussu et le brouillard semblait étouffer tous les sons, tant il était épais. La forêt était dense, presque effrayante et le sentier qui la longeait était étroit, bordé de ronces et de taillis envahissants qui laissaient parfois peu de place pour passer.

Le jeune garçon remonta son col, l’humidité lui donnait froid. A vrai dire il ne sut pas si c’était vraiment la fraicheur du matin ou la peur qui le faisait frissonner, mais il se sentait mal à l’aise, inquiet même. Son père chevauchait devant lui, il ne voyait que la croupe du cheval qui le précédait et encore, parfois il ne l’apercevait plus et pressait son étalon en l’éperonnant doucement. Soudain un clapotis ce fit entendre. Il ralentit l’allure juste à temps pour ne pas heurter la monture de son père.

- Voilà nous sommes arrivés aux marais dit-il à son fils, nous allons traverser à pied, tiens bien la bride de ton destrier, il pourrait prendre peur le terrain est parfois meuble !

Il mit pied à terre à son tour. Une vague angoisse le submergea, tout était si silencieux et glauque qu’il en fut terrifié. Mais déjà l’homme se mettait en route et il lui emboita le pas, commençant à marcher sur un magma mêlé d’herbes et de mousses détrempés par de l’eau croupie. Parfois son pied s’enfonçait et le liquide nauséabond et froid envahissait ses bottes jusqu’aux genoux. Son cheval faisait alors un écart en hennissant et une main secourable venait le tirer de ce faux pas.

- Fais attention suis bien mes pas, sinon tu risques de t’embourber ou te faire piéger par des tourbières !
lui recommanda son père inquiet.

L’adolescent déglutit péniblement et suivit les traces de son prédécesseur au millimètre près, de peur de se faire engloutir. Le chemin fut long et périlleux mais au bout de ce qui lui sembla une éternité le marais déboucha sur une allée forestière. Il poussa un soupir de satisfaction, malgré la peur qui le tenaillait toujours.

Il n’avait pas compris pourquoi son père l’avait emmené dans ce long voyage. Un matin au château il lui avait fait part qu’ils partaient le lendemain, et qu’il fasse préparer ses bagages. Et ils étaient partis, voilà déjà un mois de cela. Ils avaient traversé maintes contrées, certaines sauvages et inhospitalières, d’autres accueillantes et d’une beauté extraordinaire. Puis ils étaient arrivés en Anjou, du moins lui semblait-il. Dans un village ils avaient été accueillis par un vieil ami de la famille, dans son manoir. L’endroit était confortable et après de si longues nuits passées dans des auberges surpeuplées et bruyantes, une chambre douillette fut la bienvenue. Puis au petit matin ils étaient repartis, avaient quitté la route et suivi le chemin forestier qui menait jusqu’à ce marécage...

(HRP : Les écrits rapportés ici sont ma propriété et donc issus de mon imagination. LJD du Prophète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le prophète.

avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: L'écritoire du Prophète   Mar 17 Juin - 13:06

Il approcha de son écritoire, visiblement personne n'était venu lire son récit. Ou alors ils s'étaient fait très discrets !

- Bah tant pis, je vais fermer ma porte à double tour alors, ça sert à rien de laisser la porte ouverte si je n'ai pas de lecteurs.


Moulins n'était pas une ville culturelle, il l'avait déjà remarqué. Il enverrait ses écrits ailleurs alors ! Car soit les contes et légendes n'intéressaient aucunement les Moulinois, soit c'est lui qui était très mauvais !

Il ne referma pas sa porte cette fois-ci, mais se jura qu'il la refermait pour toujours s'il ne recevait aucune visite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le prophète.

avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: L'écritoire du Prophète   Mar 17 Juin - 13:08

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le prophète.

avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: L'écritoire du Prophète   Mar 17 Juin - 13:10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le prophète.

avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: L'écritoire du Prophète   Mar 17 Juin - 13:10

Il rentra chez lui, la journée avait été longue, la chaleur n'arrangeant rien. La lampe à huile brulait et cela le fit sourire.

- Tiens ! tiens on dirait que quelqu'un m'attend.

Il franchit la porte et une jeune femme vint à sa rencontre.

- Bonsoir gente Dame dit-il que puis-je pour vous ?


En attendant sa réponse il alla à son écritoire directement. Le verdict allait tomber soit il fermait sa porte à jamais soit il continuait sa narration.

Un message sur la page blanche apparut, il grand sourire illumina son visage.

hâtivement il répondit :

Citation :
Un grand merci à vous Messire Arthur Dayne, si vous êtes mon seul et unique lecteur qu'il en soit fait ainsi pour vous je continuerais.

Amicalement votre,

Le prophète.

Pendant que la plume grattait le papier la jeune femme s'était rapproché de lui, il attendit qu'elle se présente mais avant il lui dit :

- Ha au fait mon nom est Vincent ! Vincent dit le Prophète enchantée de faire votre connaissance.


La jeune femme était joli, il était aux anges !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le prophète.

avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: L'écritoire du Prophète   Mar 17 Juin - 13:13

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le prophète.

avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: L'écritoire du Prophète   Mar 17 Juin - 13:15

Il la regarda en souriant et répondit :

- Mais parlez... parlez de vous à votre guise, jeune Dame ! A votre avis comment je nourris mon imagination ? Alors mon récit vous plait ?

Elle n'avait nullement l'intention de partir et il s'en réjouit. Il reprit sa vieille plume et se mit à réfléchir à la suite à donner à son histoire. Puis il dit tout haut :

- Dame Eclipse je vous proclame Muse, c'est un titre ronflant certes mais vous venez de l'obtenir. Eclipse Muse du Prophète !

Il rit et se mit à écrire, écrire.... écrire !

Citation :
...Puis au petit matin ils étaient repartis, avaient quitté la route et suivi le chemin forestier qui menait jusqu’à ce marécage...

Ils traversèrent un bois aussi lugubre que le premier. Après une heure de marche sur un chemin rocailleux, ils débouchèrent sur une vallée verdoyante. Le garçon en fut surpris car le brouillard si dense s’était soudain dissipé et un franc soleil rayonnait. Au fond d’un vallon il apercevait un village blottit entre les champs. Ils n’étaient plus très loin et il poussa un soupir de soulagement.

- Allez nous y sommes presque fiston et j’ai hâte de prendre un bon bain chaud moi, j’ai quelques sangsues glissées dans mes bottes je crois. En route ! dit-il en partant au galop.

Sur la place du village c’était l’effervescence, les vendeurs haranguaient les badauds pour écouler leur production tantôt de légumes, tantôt de fruits. Ils proposaient du pain, de la viande ou des volatiles caquetants qui se débattaient à grands coups d’ailes. Un écrivain public était installé sur un tabouret, un écritoire sur les genoux et des paysans faisaient la queue pour qu’il s’acquitte de quelques missives à leur place. Un peu plus loin un troubadour avait sorti sa lyre et braillait une chanson paillarde que les femmes écoutaient malgré elles. Horrifiées, elles passaient devant lui en courant presque et en bouchant les oreilles des enfants. La vie dans ce bourg ressemblait de beaucoup à celle d’une autre cité. Sauf que cette ville là abritait des gens peu ordinaires !

Nenurth qui voulait dire « eaux mortes » était à l’origine bâtie sur un étang entouré d’une immense forêt. La légende dit qu’un mage un jour s’y perdit et fit apparaitre un vallon verdoyant au milieu d’une clairière pour se reposer car la nuit allait tombée. Faisant part de sa création à ses confrères ils prirent l’habitude de se réunirent à cet endroit pour s’adonner à quelques cultes pour le moins obscurs.

Un jour qu’ils étaient suivis, l’un deux eut l’idée de mettre des sortilèges tout autour de leur havre de paix et c’est ainsi que naquirent les marais glauques et effrayants qui entouraient le village. Il y avait un brouillard épais tous les jours de l’année, nuit et jour, et les tourbières disait-on pouvaient enliser un cheval tout entier. Au fil des siècles des mages, sorciers et autres êtres nantis de pouvoirs extraordinaires, s’y installèrent et une ville y apparut que l’on baptisa... Nenurth.

Etrangement que vous veniez du nord, du sud de l’est ou de l’ouest pour vous y rendre vous arriverez toujours par le même chemin, car il n’y en avait pas d'autre et c'est celui même que venait d’emprunter nos deux cavaliers.

Pour tous les villages voisins, les bois et leurs marécages étaient maudits. Et si d'aventure, l’on commençait à poser des questions sur une cité mystérieuse qu’il y aurait au bout des marais, les bouches se fermaient, les regards devenaient hostiles et les femmes faisaient le signe de croix en baissant la tête et en se sauvant précipitamment. Nul ne voulait parler, car des rumeurs plus affreuses les unes que les autres circulaient à tout va

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le prophète.

avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: L'écritoire du Prophète   Mar 17 Juin - 13:16

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le prophète.

avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: L'écritoire du Prophète   Mar 17 Juin - 13:17

Elle lisait par dessus son épaule, mais il était tellement concentré qu'il ne s'en souciait guère, quand il eut reposé sa plume, elle le regarda et lui parla :

Pouvez-vous me confier votre secret ? celui qui vous permet de trouver l'idée de l'histoire ?
Non, ne me parlez pas de la muse, je n'y crois pas à celle là !
J'adorerai pouvoir inventer des histoires.
Je ne suis hélas capable que de dire des contes déjà bien connus dans des soirées entre amis.


Il sourit et prit un air coquin :

- Un secret ? Je n'ai pas de secret, je vous ai vous comme muse, voilà mon secret !


Il rit puis reprit :

- C'est vrai je n'ai pas de secret, peut-être est-ce parce que j'ai beaucoup lu, j'ai vécu vingt ans dans un monastère, ho pas en tant qu'homme d'église non ! Mais j'avais un péché à repentir ! Alors quand on confiné le soir, l'imaginaire s'envole voilà tout !


Il avait soif et partit chercher deux gobelets en étain et une bouteille de vin.

- Un petit verre ça vous tente ? Demanda-t-il en en remplissant un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le prophète.

avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: L'écritoire du Prophète   Mar 17 Juin - 13:18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le prophète.

avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: L'écritoire du Prophète   Mar 17 Juin - 13:19

Il était en train de servir un verre quand Lililéa fit son entrée ! Il sourcilla un peu mais se fit muet pour une fois. Il était concentré et ne voulait pas rompre le charme. Dame Eclipse se faisait petite et silencieuse et il comptait qu'il en serait ainsi pour la doctoresse.

Mais ce qu'il comptait n'avait rien à voir avec ce qu'il passa. Et quand il entendit :

Citation :
La suite c'est pour quand !!

Toute son inspiration s'envola d'un coup !

- Ca sera pour quand je l'aurai décidé ! dit-il d'un ton brusque.

Le charme était rompu, il avala son verre de vin cul sec et alla prendre l'air sur le seuil de la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le prophète.

avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: L'écritoire du Prophète   Mar 17 Juin - 13:20

Il revint quelques instants plus tard, l'air frais lui avait redonné la quiétude et pendant que les jeunes femmes bavardaient à voix basse il s'en retourna écrire.

Citation :
Nos deux cavaliers arrivèrent dans la rue principale et s’arrêtèrent devant l’auberge. Sautant à terre, le jeune garçon dessella son cheval et le déchargea de ses lourdes sacoches de cuirs dans lesquelles se trouvaient ses effets. Il les posa au sol et attendit que son père fasse la même chose pour emmener les montures à l’écurie attenante. Le cavalier, lui, entra alors dans la taverne pour demander des chambres et se renseigner.

- Bonjour Tavernier dites-moi où je pourrais trouver le dénommé Drake Le Noble ? demanda-t-il en commandant deux chopes de bière.

- Ha Drake ! Allez voir au lavoir je sais qu’il doit le nettoyer aujourd’hui il en aura pour la journée le bassin est plein de vase et c’est son tour de faire la corvée.

L’homme un torchon sur l’épaule repartit vers d’autres clients et le garçon entra à son tour pour rejoindre son père au comptoir.

- Tiens je t’ai commandé une bière je sais que tu les aime, mais tu n’as le droit d’en boire qu’une seule par jour, et c’est largement suffisant car mine de rien ça saoule ces boissons là !


Il lui ébouriffa les cheveux et lui sourit. Ils avaient quasiment le même regard, les mêmes yeux bleus. Leurs cheveux presque blonds longs coiffés en catogan étaient dissimulés sous un chapeau de feutre noir pour le père et bleu marine pour le fils. Leurs tabards étaient de bonnes qualités et ouvragés ce qui indiquait que leur condition sociale était très haute. Ils burent en silence, le long trajet qu’ils venaient de parcourir avait été épuisant et montèrent tous deux se laver et se changer. Vêtus de frais et délassés par un bon bain ils partirent dans le village à la recherche du lavoir.

Au bout de la rue principale ils tournèrent à droite et descendirent une étroite ruelle silencieuse. Seul le bruit de leurs pas martelait les pavés, mais un raclement se fit bientôt entendre, celui d’une pelle qui heurtait un sol dur. Ils se dirigèrent vers le son et aperçurent bientôt un homme blond, torse nu, dont on ne voyait pas les jambes. Celui-ci était dans le lavoir et de la sueur perlait sur son front tant son effort était dense. Il s’arrêta dès qu’il vit les deux visiteurs puis sourit en mettant une main en visière pour éviter le soleil et les voir approcher tout à son aise.


- Serais-ce toi Théosias ? dit-il alors en pointant du doigt l’homme qui s’approchait avec son fils.

- Bonjour Drake oui c’est bien moi, comment vas-tu ? Je suppose que tu as reconnu ton neveu Azelmac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le prophète.

avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: L'écritoire du Prophète   Mar 17 Juin - 13:21

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le prophète.

avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: L'écritoire du Prophète   Mar 17 Juin - 13:22

Il sourit à la question qui est Kalyss ? Sa lectrice était impatiente et il en fut amusé. Il voulait prendre congé et il la raccompagna à la porte.

- Dame Eclipse tout le bonheur a été pour moi, vous resterez à jamais ma muse, croyez-le ou non !


Puis lui prit la main et y faisant un baise main et ajouta :

- Vous serez toujours la bienvenue dans ma demeure, et si l'envie vous prenait de voyager envoyez moi votre amitié de temps en temps par pigeon, cela me fera plaisir et surtout me rappellera que quelque part une jeune femme attend que je lui conte de belles histoires !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le prophète.

avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: L'écritoire du Prophète   Mar 17 Juin - 13:23

eclipse72 a écrit:
Vous êtes une galant homme, cher Vincent, je vous remercie, et n'hésiterai point à revenir lire vos histoire.

J'ignore comment vous savez qu'il m'arrive parfois de voyager, mais c'est promis, j'emporterai avec moi un pigeon capable de revenir chez vous avec un message.



Le sourire aux lèvres, elle sortit de la maison, et s'engouffra dans la nuit étoilée, en direction de sa chaumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le prophète.

avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: L'écritoire du Prophète   Mar 17 Juin - 13:25

... J'ignore comment vous savez qu'il m'arrive parfois de voyager...

Il sourit et la regarda partir en agitant la main, puis alors qu'elle était encore à portée de voix lança :

- On ne m'appelle pas le prophète pour rien vous savez !


Là dessus il rentra dans sa maison et chercha Lililéa du regard, partie ? pas partie ? il l'ignorait à vrai dire, elle était tellement surprenante cette femme !

Il se remit à ses écritures, s'isolant dans un monde qui n'appartenait qu'à lui, un monde où personne ne pouvait pénétrer, d'ailleurs quelqu'un chercherait-il un jour à envahir son univers ?

Citation :
Drake regarda l’adolescent avec un œil appréciateur et lui fit une accolade que le jeune garçon rougissant reçu très confus.

- Bonjour mon oncle parvint-il à murmurer d’une voix éraillé.

- Bonjour Azelmac te voilà bien grandit depuis la dernière fois que je t’ai vu, tu avais quoi trois-quatre ans ? Ca te fait quel âge à présent ?


- Il vient tout juste d’avoir treize ans !
répondit son père en le regardant avec fierté et ta sœur nous a envoyé ici aussitôt, tu sais pourquoi n’est-ce-pas ?

Drake fit oui de la tête et détourna la conversation en expliquant qu’à cause des marais le lavoir était souvent plein de vase et qu’ils devaient le nettoyer tous à tour de rôle.

- Alors on s’y colle tous les trois et après on file boire une bonne bière !
dit Théosias enthousiaste.

- Mais non pas toi Théo tu vas tout te crotter et si quelqu’un nous voyait
! répondit Drake l’air inquiet.

- Allons ! je ne suis plus sur mes terres, ici je ne suis qu’un simple voyageur, laisse-moi t’aide. Travailler de mes mains me rendra vivant, tu n’as pas idée comme l’on peut s’ennuyer dans un château !


Les tabards ouvragés tombèrent sur le sol et c’est en bras de chemise qu’ils se mirent tous à l’ouvrage. Azelmac les regardait et s’interrogeait. Pourquoi était-il ici ? Sa mère était quelque peu souffrante quand ils s’étaient mis en route, mais pourquoi ne les a-t-elle pas rejoints ? Elle allait mieux depuis et avec un bon équipage elle serait arrivée en même temps qu’eux. Voir son frère aurait été une grande joie pour elle non ?

Il pelletait pendant qu’il réfléchissait tandis que les deux beaux-frères se racontaient leur vie.

Il apprit ainsi que Noanne la femme de Drake était morte en couche et qu’il avait épousé Isaël en secondes noces. Que celle-ci avait déjà deux filles, des jumelles qu’il élevait comme ses proches enfants et que cette jeune veuve était d’une douceur et d’une gentillesse incroyable. Il ne se souvenait pas de lui et de sa première épouse, il était si petit à vrai dire la dernière fois qu’ils s’étaient rencontrés, mais il remarqua à quel point il ressemblait à sa propre mère. Normal ils étaient frères et sœurs ! Mais quand même c’était saisissant ! Sa mère lui avait raconté maintes fois comment elle avait rencontré son père dans les marécages. Un bel homme qui avait perdu son chemin et dont l’équipage était embourbé. Elle était allée chercher du secours et il était resté au village quelques temps. La fièvre du marais l’avait dévoré des jours durant. C’était comme ça qu’ils étaient tombés amoureux, elle la jeune Alihana simple paysanne de Nenurth et lui Théosias prince catalan au sang pur. Mais au village rien n’étonnait personne et un prêtre les maria sans sourciller. Il fut juste rajouté au prénom de Drake le frère de la mariée, le surnom de Le Noble !

Il en était là dans ses réflexions quand il s’aperçut que Drake donnait des petits coups de masse pour ôter la planche de bois qui permettait à l’eau d’emplir le lavoir. Une fois que ce fut fait, ils eurent les pieds tout mouillés tant le niveau commençait déjà à monter.

- Allez ! on se baigne dans la rivière et on file boire cette bière tant promise Théo ?


C’est en longeant la berge un peu plus en aval du lavoir qu’ils se baignèrent. L’eau froide les revigora et surtout les débarrassa de la vase qui avait souillé leurs habits. Drake lui avait des vêtements de rechange secs, mais le père et le fils eux furent trempés jusqu’aux os. Tout en plaisantant ils rejoignirent la taverne où des rires fusèrent quand ils la traversèrent pour aller se changer dans leurs chambrées. Pendant ce temps Drake commanda des bières et Azelmac but la seconde de sa journée, après une discussion houleuse entre les deux beaux-frères.

- Il a treize ans c’est presque un homme maintenant argumentait son oncle, et puis il va lui arriver quoi ? Il aura les joues rouges, le rire facile et la tête légère, pas de quoi le rendre malade avoue-le !

Théosias avait fini par céder, et l’adolescent eut les symptômes exacts qui avaient été énoncés en ressortant de l’auberge.

Arrivé chez son oncle il sourit comme un benêt quand une voie féminine lui souhaita la bienvenue.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le prophète.

avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: L'écritoire du Prophète   Mar 17 Juin - 13:25

eclipse72 a écrit:
Trois jours s'étaient écoulés depuis sa première visite et sa rencontre avec le prophète.
Elle n'avait pas eu le temps de revenir avant aujourd'hui.
Avide de poursuivre sa lecture, elle entra dans la maison et but les mots avec rapidité.

Puis, elle chercha des yeux Vincent.

Elle ne voulait pas le déranger, il pouvait se reposer, ou être occupé à d'autres affaires le concernant. Aussi, n'appela-t-elle pas.
cependant, elle voulait laisser un témoignage de sa visite. celà était d'ailleurs prémédité !

Elle déposa une bouteille d'Hypocras au pied de l'écritoire, entortillé dans un parchemin, sur lequel elle avait gribouillé :


Citation :
A partager entre tous les lecteurs... et l'auteur !
eclipse.

Reprenant le cours de ses activités, elle sortit de la maison, sachant qu'elle reviendrait bientôt en ce lieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le prophète.

avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: L'écritoire du Prophète   Mar 17 Juin - 13:26

lililea62 a écrit:
Lililea etait restee dans son coin sans faire de bruit
Elle avait bu le verre que Vincent lui avait proposé et elle etait repartit sans bruit apres avoir salueé Eclipse

Au bout de quelque temps elle revint chez Vincent lire la suite de l'histoire
Cette fois elle etait plus discrete et regarda si Vincent etait encore entrain d'ecrire et si Eclipse etait encore là
Puis elle avança vers Vincent

J'admire votre travail et je viendrai en lire un page à chaque fois que le le pourrais

Puis elle ouvrit le livre et se mit à lire tranquillement la suite de l'histoire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le prophète.

avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: L'écritoire du Prophète   Mer 18 Juin - 13:03

Citation :
A partager entre tous les lecteurs... et l'auteur !
eclipse.

Une bouteille d'hypocras, un petit mot d'Eclipse. Il sourit, voilà qu'il était gâté ! Les femmes étaient toute sa passion, et par bonheur elles étaient au petit soin pour lui. Soudain Lililéa surgit de nulle part et lui murmura :

J'admire votre travail et je viendrai en lire un page à chaque fois que le le pourrais

Il lui prit délicatement la main et la porta à ses lèvres. Il posa un baiser léger sur les doigts et lui répondit :

- Ma porte vous sera toujours ouverte Lililéa, vous êtes ici comme chez vous.

Déjà elle partait à l'écritoire pour lire la suite, et lui s'installa pour écrire la suite. Un sourire aux lèvres il se concentra et sa plume se mit à crisser sur le parchemin...

Citation :
...- Bien le bonjour en notre demeure Prince, je suis honorée de faire votre connaissance, j’ai si souvent entendu parler de vous !

La jeune épouse de Drake fit une révérence devant le père et tendit la main à Azelmac qui la regardait hébété. Derrière ses jupes, deux petites têtes blondes faisaient de temps à autre leurs apparitions et des gloussements se firent entendre.

- Pas de Prince avec moi, chère belle-sœur, je ne suis point dans ma contrée et c’est avec un immense plaisir que je fais votre connaissance. Bien le bonjour et merci de votre accueil, je vous présente mon fils et votre neveu par alliance en fait ! Azelmac qui va séjourner quelques temps chez vous.

L’homme fit un baisemain solennel ce qui fit rire les petites et poussa son rejeton en avant afin qu’il puisse aussi se présenter.

- B’jour ! Murmura-t-il timidement en rougissant de plus en plus sous le regard des petites qui à présent étaient sorties de derrière les jupes de leur mère.

- Qui sont donc c’est deux beautés Drake ? tu m’avais caché que tu étais marié avec trois femmes !

Les filles gloussèrent. Du haut de leurs huit ans, elles étaient très intriguées par cet étranger et son fils qui débarquaient comme ça tout à coup. Toutefois une des jumelles, surement la plus hardie prit la parole.

- C’est pas mon mari M’ssieur, c’est le mari de ma mère ! et moi je suis Igrelle et elle c’est ma sœur Kalyss.


- Igrelle et Kalyss, comme voilà deux jolis noms, mais appelez moi oncle Théo et voici votre cousin Azelmac. Et toi ma petite tu as perdu ta langue ?

Il se pencha sur celle qui s’appelait Kalyss et lui tint un moment le menton. Mais la petite s’effraya à nouveau et farouche se cacha derrière sa mère.

- Ho ! c’est une sauvage celle-là ! dit Drake, Malin celui qui l’approchera facilement, allez venez donc vous installer vous deux pendant que les filles nous préparent le diner nous allons discuter.

Azelmac resta planter debout tel un adolescent un peu gauche, comme le sont les enfants qui grandissent trop vite ! La seconde bière qu’il avait ingurgitée le rendait indolent et il avait horreur d’être dans cet état. La petite fille qui s’était présentée vint au pas de charge pour lui poser plein de questions et n’étant pas d’un naturel bavard il l’esquiva en rejoignant les adultes. La seconde quant à elle avait disparu, c’est drôle pensa-t-il, elles sont identiques mais si différentes !

Les heures qui suivirent lui donnèrent raison, tandis que Kalyss jouait au fantôme, sa jumelle de son côté restait près des hommes et les interrompaient sans arrêt par poser milles questions. Petite pour son âge, elle accaparait à elle seule toute l’attention au point que son père adoptif fut obligé de la sermonner et de l’envoyer à la cuisine, aider sa mère.

Sa jumelle par contre pâlichonne et très menue les épiait de loin mais ne les approchait pas. C’est justement elle qui attirait Azelmac et il ne savait pas comment faire pour la faire parler. Pendant le repas elle garda le nez dans son assiette, n’avala presque rien et surtout ne regarda personne directement. Elle jouait à baisser les yeux et les relever soudainement puis dès qu’elle s’apercevait qu’elle était dévisagée elle détournait le regard et s’abimait dans la contemplation de son diner. Azelmac timide n’osa pas lui parler et ils partirent bientôt se coucher sans qu’il ait pu entendre le son de sa voix. En cherchant le sommeil il pensa à cette petite cousine par alliance, qu’il ne connaissait pas.

Ses cheveux blonds, ses yeux café brûlé, cette petite fossette qu’elle avait sous le menton, ses mains qui semblaient fragiles, il ne sut pourquoi mais il avait envie de la protéger. Il se dit qu’ils n’avaient aucun lien de parenté au fond et cela le mit en joie. Il s’endormit bientôt et rêva qu’il volait à la rescousse d’une petite fille blonde, monté sur un grand cheval blanc et qu'après une grande bataille contre des brigands, elle le remerciait en lui volant un baiser. Il agrippa son oreiller si fort qu’il se réveilla en sursaut et tomba de son lit !

Le reste de la nuit fut plus calme pour lui et il dormit du sommeil du juste ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'écritoire du Prophète   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'écritoire du Prophète
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Almira le prophète de l'amour
» [anim] Invasion des démons en Orneval et autrepart
» Pastorale d'Enguerrand de Laigny [Terminée et validée]
» Le Prophète du malheur (en cours)
» Thanquol, le prophète gris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue au village de Moulins ! :: Centre culturel Jojolasage la Bienveillante :: Salle d' Exposition-
Sauter vers: