Bienvenue au village de Moulins !


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'atelier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arthur Dayne
Admin


Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: L'atelier   Mar 6 Mai - 23:09

Lorsque l'on tournait le dos à la rivière pour faire face à la chaumière, on pouvait apercevoir un appenti en bois la prolongeant sur la droite. C'était l'atelier de charpentier dans lequel Arthur exerçait sa passion pour le bois.

Il s'attelait en cette belle matinée à fabriquer des sceaux, qui manquaient cruellement sur le marché. La sciure de bois tapissait le sol de l'atelier. Tout en se disant qu'il lui faudrait un jour passer un coup de balai, Arthur ne pouvait s'empêcher d'apprécier le doux contact sous la plante de ses pieds nus. Il aimait se promener les pieds libres dans sa demeure, et il appréciait tout autant le moelleux de la sciure que la douceur de l'herbe printanière.

Alors qu'il peaufinait un de ses sceaux, Arthur sentit un frottement contre sa jambe. Ashara venait réclamer ses caresses du matin. Arthur s'accroupit et s'exécuta, le ronronnement du chat envahissant bientôt tout l'atelier.

Le gris chartreux de son pelage était toujours aussi soyeux, quelque soit l'endroit où elle avait été traînée. Quelques miaulements interrompirent Arthur. Deux autres chats étaient arrivés, venant à leur tour réclamer leur part de caresses. Oswell et Gerold, tout comme Ashara, étaient des chats vagabonds. Ils étaient venus rendre visite à Arthur la première fois avant même que la chaumière ne fut reconstruite, et depuis, pas un jour ne s'était passé sans qu'ils viennent soit faire la sieste, soit l'accompagner dans ses diverses occupations.

D'autres chats venaient lui rendre visite de temps à autre. Arthur s'était amusé à tous les nommer. Rhaegar, Barristan, Daenerys, et bien d'autres encore venaient flâner dans la cour, s'aventuraient parfois dans l'atelier ou même dans la chaumière. Mais ces trois là, la gracieuse Ashara aux prunelles si étrangement violette, Oswell et sa masse de poils noirs hirsutes, Gerold et sa blancheur éclatante, étaient les moins farouches. Ils s'étaient habitués à lui, à moins que ce ne fut lui qui se soit habitué à eux. On ne savait jamais vraiment avec les chats.

Arthur aimait cette présence féline qui contribuait à faire de ce décor un cadre de vie idéal. Les chats avaient quelque chose d'apaisant, plus apaisant encore que le bruissement tranquille de la rivière ou le calme éternel des grands saules. Il lui transmettait un peu de leur sérénité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Dayne
Admin


Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: L'atelier   Lun 26 Mai - 13:59

Arthur avait quitté se belle ce matin là, après moult baisers dont chacun avait rendu plus difficile encore le départ. Il comptait ce matin terminer l'armoire et le paravent de sa douce. Il devait aussi fabriquer des seaux pour les forgerons.

L'armoire était bien avancée. Il allait entamer son troisième jour de travail dessus, et il ne lui restait plus que quelques finitions à faire pour achever son ouvrage. Le paravent était presque terminé lui aussi, au niveau de l'encadrement, du moins. Il se composait de trois panneaux, amovibles grâce à des charnières. Le travail de charpentier stricto sensu était terminé, mais il devait encore acheter de la toile à tendre dans les panneaux de bois.

Il était en train de raboter un des pans de l'armoire lorsque Ashara fit son entrée. Arthur s'arrêta pour admirer le bel animal, s'épongea le front, la caressa et sortit quelques minutes. La matinée allait bientôt s'achever et son amour ne tarderait pas à rentrer.


"Allez, je termine l'armoire, et c'est bon pour ce matin."

Ce n'est qu'en revenant dans l'atelier qu'il s'aperçut qu'Ashara lui avait amené un camarade. Un chat noir à la silhouette fine et élégante. La couleur de ses yeux oscillait entre le rouge et l'orange, rappelant à Arthur les reflets du soleil sur le sable brûlant du désert rougeoyant qui s'étendait non loin de ses terres natales.

"Tiens donc, tu m'amènes un nouveau venu, Ashara?" Arthur s'accroupit et avança sa main. Le chat l'observa et recula, tout sauf craintif. Il le toisa, l'air de lui dire: "on ne se connait pas encore suffisamment. Es-tu seulement assez digne pour me toucher?" Comme Arthur observait les prunelles du chat, un éclair moqueur sembla les traverser.

"Toi mon ami, tu t'appelleras Lewyn."

Alors qu'il se relevait pour se remettre à l'ouvrage, la douce musique d'une voix bien connue se fit entendre au dehors.

"Ouhou? Où es-tu, mon bien aimé? Je suis rentrée."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orckis

avatar

Nombre de messages : 189
Age : 47
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Re: L'atelier   Mar 27 Mai - 15:09

Orckis entra dans l'atelier et trouva Arthur accroupit devant un chat. Elle regarda autour d'elle, c'était la première fois qu'elle entrait dans cet endroit. Elle respira à plein poumons l'odeur de bois qui y régnait, cette odeur qu'elle aimait tant sentir sur son tendre amour. Le sol était recouvert de copeaux de bois. Sur les établis étaient posés toutes sortes d'outils, des scies, des marteaux, des couteaux, des ciseaus, des rabots.... Au fond de l'atelier, il y avait des planches de bois adossées au mur, elles étaient de différents tailles et provenaient de diverses essences. Elle sourit, enfin elle se trouvait dans l'antre de son charpentier, enfin elle pourrait l'imaginer en plein travail lorsqu'elle serait loin de lui.

"- Alors joli messire, dit-elle en souriant, c'est ainsi que tu travailles ? En caressant un chat ? Mais combien en as-tu ?"

Arthur c'était relevé et s'apprétait à lui répondre, mais elle ne lui en laissa pas le temps. Elle se jeta dans ses bras et l'embrassa avec fougue.

"- Oh, mon tendre amour, comme cette matinée ma parue longue, loin de toi."

Elle plongea ses grand yeux verts dans le regard de son bien-aimé et lui sourit de nouveau.Rien ne comptait plus, rien que le bonheur d'être de nouveau réuni.

"- Mais !... dis-moi !... ajouta-t-elle d'air un mailcieux, avec qui t'es-tu donc déroulé dans la sciure de bois pour en avoir ainsi partout et jusque dans les cheveux ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Dayne
Admin


Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: L'atelier   Mar 27 Mai - 16:16

Arthur passa machinalement une main dans ses cheveux. Effectivement, quelques copeaux de bois s'y étaient égarés, sans doute lorsqu'il avait raboté l'armoire. Il s'apprêta à se défendre et s'aperçut alors à son regard malicieux qu'Orckis le taquinait. Il fit un pas vers elle, en lui répondant:

"Je ne m'y suis roulé avec personne en particulier." Il s'approcha d'elle jusqu'à lui murmurer à l'oreille: "Mais voilà qui pourrait changer dès maintenant..."

Il l'attrapa alors par la taille et la souleva. Elle cria de surprise et bientôt, tous deux roulèrent dans la sciure de bois qui voleta partout autour d'eux. Les deux chats, Ashara et Lewyn le nouveau venu, détalèrent aussi vite qu'ils le purent devant cette animation aussi soudaine qu'inattendue.

Orckis et Arthur riaient à en perdre haleine, et finalement se bâillonnèrent l'un l'autre par un langoureux baiser. Cet instant dura de longues minutes d'un bonheur éclatant, et bien vite une vague de désir les envahit.

Arthur délaça doucement le corsage de sa douce, tandis qu'elle caressait son torse laissé nu, comme chaque fois qu'il travaillait à l'atelier. Il déposa un baiser sur ses lèvres.


"Pour moi aussi, la matinée a été longue sans toi..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orckis

avatar

Nombre de messages : 189
Age : 47
Date d'inscription : 11/03/2008

MessageSujet: Re: L'atelier   Mer 28 Mai - 22:37

Orckis plongea ses grands yeux verts dans le doux regard de son tendre amour, elle frémit en y découvrant le désir ardent qui l'envahissait peu à peu. Elle lui sourit, ses mains se promenaient avec hardiesse sur le torse nu de son bien-aimé, soulignant ses muscles saillants. Elle soupira d'aise en sentant les doigts d'Arthur l'effleurer alors qu'il délaçait délicatement son corsage. Son coeur battait la chamade et sa respiration s'accélérait au fur et à mesure que le désir grandissait.
Ils unirent leurs lèvres en un baiser langoureux dans lequel se mélait la fougue et la passion. Nul n'était besoin de prononcer une parole, leurs corps qui se cherchaient, racontaient à eux seuls l'infinie profondeur de leur amour.
Sous les mains expertes de son prince charmant, Orckis se retrouva rapidement nue dans ses bras, frémissant au doux contact de ses caresses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Dayne
Admin


Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: L'atelier   Jeu 29 Mai - 22:24

Arthur serrait sa belle contre lui. Ils étaient nus tous les deux, bercés par la chaleur bienfaitrice que gardait l'atelier. Quelques copeaux de bois flottaient encore dans les airs, retombant doucement au sol, du fait de leurs ébats. Ils goutaient tous deux le bonheur calme et serein qui envahit toujours les corps et les esprits après ce moment d'intense partage.

Ses yeux s'étaient perdus dans ceux de sa jolie nymphe depuis si longtemps qu'il en avait perdu toute notion de durée. Elle blottit sa tête au creux de son cou, et il huma le doux parfum de ses cheveux. Ils passèrent de longues minutes ainsi, leurs deux corps semblant ne faire plus qu'un.

Puis ils se levèrent, se rhabillèrent, et sortirent de l'atelier. Les rayons du soleil, morcelés par les feuillages des grands saules, donnaient à l'herbe des allures de vitraux lumineux. Deux chats se battaient au bord de la rivière. Il sembla à Arthur reconnaître le pelage argenté de Rhaegar et celui, d'un noir charbonneux, de Lewyn, le nouveau venu. Quelques oiseaux profitaient que les chats s'occupent l'un l'autre pour batifoler autour de la vieille table de bois.

Tout cela, Arthur le connaissait par coeur. Mais avec Orckis serrée contre lui, avec ce bel ange arrivé dans sa vie comme un joli coquelicot s'épanouissant dans un champ de blé, tout lui semblait infiniment plus beau. Une plénitude sereine l'envahissait, comme si rien de ce qu'il avait vécu auparavant n'avait eu le moindre sens. Il entoura d'un bras les épaules de sa belle, qui avait calé sa tête contre son épaule.


"Tu sais, ma jolie fleur... je t'aime."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Dayne
Admin


Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: L'atelier   Ven 1 Aoû - 13:50

Arthur épongea les gouttes de sueur qui perlaient de son front. Il faisait très chaud, et le travail de cette matinée n'avait pas contribué à rafraîchir l'atelier. Il allait devoir s'arrêter là pour aujourd'hui, mais si tout se passait bien, il l'aurait terminé pour demain matin. Il jeta un coup d'oeil à son ouvrage. Pour le moment, le petit médaillon avait plutôt bonne forme. La silhouette de la petite fée qui allait tenir entre ses bras la pierre que lui avait confié Orckis ressemblait à peu près à ce qu'il voulait faire, mais il savait que le plus dur serait la finition.

Il déposa son ouvrage et alla prendre l'air frais, au dehors. De fait, l'air n'était pas très frais, mais toujours un peu plus respirable qu'à l'intérieur. Ashara dorait paresseusement au soleil, Gerold et Oswell se battaient un peu plus loin, et la douce voix de sa princesse qui chantonnait en s'occupant d'Iliana lui émerveillait les oreilles.

Il alla jusqu'à la rivière, s'aspergea allègrement, puis courut jusqu'à la chaumière, suivi d'Oswell et de Gerold qui gambadaient entre ses jambes. Il passa la porte, laissée ouverte pour faire passer le peu d'air frais venu de l'extérieur, et trouva sa belle sirène occupée à mettre le couvert, tandis qu'Iliana babillait joyeusement dans son panier.


"Coucou ma petite fée!"

Il prit sa fille dans ses bras et la monta jusqu'au plafond, ce qui la fit sourire encore plus, sous le regard amusé d'Orckis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Dayne
Admin


Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: L'atelier   Dim 26 Oct - 15:28

La poussière de bois retombait tout autour de lui. Arthur avait voulu décrocher une petite échelle suspendue à l'un des murs, mais celle-ci lui avait glissé des mains, pour aller atterrir dans la sciure qui recouvrait le sol, provoquant l'envolée d'un nuage de poussière qui commençait seulement à retomber. L'échelle avait manqué de l'emmener avec elle s'écrouler au sol. Maintenant toujours un des crochets auxquels l'échelle était auparavant suspendue, les pieds posés en équilibre précaire sur un tabouret branlant, Arthur observait la poussière disparaître peu à peu.

Diable, il avait vraiment l'esprit ailleurs. Si l'un de ses bras s'était pris entre les barreaux de l'échelle, il aurait pu se démettre l'épaule, sans parler des dégâts que sa chute aurait alors causé. Arthur sauta du tabouret, délaissant pour le moment l'échelle, et sortit prendre l'air. Il faisait froid ce matin là, l'hiver annonçant son arrivée. Lewyn, le chat noir aux prunelles rouges, avait fui l'atelier en voyant tomber l'échelle, et regardait Arthur d'un air vaguement inquiet.

Il s'approcha néanmoins de lui pour réclamer quelques caresses. Arthur s'agenouilla mais n'eut pas le temps de s'exécuter. Un froissement d'ailes attira l'attention de Lewyn, puis celle d'Arthur. Un pigeon venait d'arriver, un message enroulé à la patte. Avant que le félin ait eu l'occasion de bondir sur l'oiseau, le message était entre les mains d'Arthur et le pigeon déjà loin.


Citation :
Sieur Dayne

Je fais suite par la présente à votre dernier message concernant les enfants de feue Asaka, veuve de Neogenesis. Malgré les démarches que vous avez entreprises et le fait que vous et votre dame me paraissiez, à titre personnel, comme le meilleur choix possible pour élever ces enfants, je suis au regret de vous apprendre que l'abbé en charge de notre orphelinat a décidé de confier les trois enfants aux bons soins d'un couple de villageois proche de notre confrérie. Soyez sûrs néanmoins qu'ils sont entre de bonnes mains, et que je veillerais tout particulièrement à ce qu'ils soient bien traités.
Avec encore une fois mes plus sincères regrets, je vous prie de croire en l'expression de mon amitié.

Frère Sigismond


Arthur froissa machinalement le morceau de parchemin en serrant le poing. Diable, voilà une nouvelle qui n'allait pas réjouir Orckis. Il se dirigea lentement vers l'entrée de la chaumière, s'arrêtant quelques minutes au dehors pour observer les agrandissements qu'il avait effectués en vue d'accueillir les enfants d'Asa. Il soupira et se surprit à essuyer une larme qui avait perlé au coin de son oeil. Il allait entrer quand Orckis passa la porte, probablement pour le prévenir que le déjeuner était prêt. Elle s'arrêta, surprise de le trouver juste là, puis lui sourit.

Nous pouvons manger, mon Arthur.

Il passa doucement sa main dans les cheveux de son bel ange, et lui sourit tristement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aubedevf

avatar

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: L'atelier   Lun 22 Fév - 14:48

Iliana courait drôlement vite, malgré ses petites jambes, et Aube, toujours accrochée à sa main, avait peine à la suivre.
C'est tout essoufflée qu'elle arriva devant la porte de l'atelier. Aube s'arrêta, et demanda dans un souffle à Iliana d'attendre une petite seconde.
Arthur était à l'intérieur, on pouvait entendre le bruit qu'il faisait en travaillant. L'odeur du bois passait par les fissures de la porte et venait chatouiller leurs narines.


Ca sent vraiment bon, ici. T'en as de la chance d'avoir un papa qui sait travailler le bois...

Elle passa sa main dans ses cheveux, histoire d'y remettre un semblant d'ordre, même si ses longs cheveux bouclés étaient rarement coiffés comme il faudrait pour une jeune fille et respira profondément avant de reprendre la main d'Ili.

Bon, on y va?

Iliana poussa la porte et Aube la suivit à l'intérieur.





"Y en a qui ont le coeur si tendre, qu'y reposent les mésanges..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Dayne
Admin


Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: L'atelier   Mar 23 Fév - 0:29

Arthur s'était réveillé aux aurores. Cris avait besoin d'échelles pour la mairie, et l'adjoint avait été trop heureux de fabriquer autre chose que des seaux. Après un léger incident de chaudron, et l'aide matinale de sa petite fée, Arthur avait donc rejoint l'atelier. Il y était depuis quelques heures déjà, et l'échelle prenait forme. Il polissait le bois, sous l'oeil attentif d'Ashara. Le chat au pelage gris sombre et soyeux, aux prunelles violettes, étaient revenus à la chaumière après une longue période d'absence. Arthur l'avait cru morte, mais Iliana, lors de sa fugue en forêt, l'avait retrouvée. Avec des petits... quatre chatons...

Passant une main dans ses cheveux plus en bataille encore qu'à l'habitude, Arthur jeta à coup d'oeil sur Ashara. Elle avait repris ses vieilles habitudes, en lui tenant compagnie chaque fois qu'il travaillait à l'atelier. La sciure de bois jonchait le sol, la poussière voletait ici et là, se mêlait à la sueur qui coulait sur son visage, et provoquait de temps à autres de terribles démangeaisons au niveau de la balafre qui barrait sa pommette gauche. Alors qu'il l'observait, Ashara tourna soudain la tête vers la porte de l'atelier, et se faufila dans l'entrebaillement. Sans nul doute un oiseau, ou peut être Iliana courant après Oswell, avaient attiré son attention.

Arthur se remit à l'ouvrage, rabotant un pied ou un barreau, arrondissant le bois pour lui donner la forme la plus parfait possible. Charpentier avait été un choix qui s'était imposé de lui même lorsqu'il était arrivé à Moulins. Le bois avait cette multitude d'odeurs, de textures, de couleurs qui l'avait attiré indéniablement. Il aimait prendre une souche, une planche, une branche et lui donner la forme que son esprit lui soufflait. Parmi les quelques statuettes en bois qu'il avait façonnées, certaines occupaient une place importante pour lui. Il donnait un nouveau coup de rabot quand on poussa la porte de l'atelier. Il se releva, sourire au coin des lèvres, sachant que l'intruse ne pouvait être qu'Iliana.

Sa petite fée apparut en effet dans l'encadrement de la porte de bois. Mais elle n'était pas seule. Avec elle, tenant sa main, se trouvait Aube. Arthur fut d'abord surpris, puis un autre demi sourire vint naître sur ses lèvres.


Bonjour Aube. Tu es bien matinale, dis moi... A moins qu'il soit déjà l'heure du midi, et que je n'aie pas vu le temps passer une nouvelle fois?

Arthur jeta un coup d'oeil par dessus l'épaule d'Aube. Non, le soleil n'était pas si haut dans le ciel.

Mais ne reste pas là, tu vas attraper froid.


Laissant ses outils et l'échelle sur son établi, Arthur vint s'agenouiller devant Iliana et posa une bise sur son front.

Tu veux bien aller mettre de l'eau sur le feu, mon Ili jolie?

Puis, alors que sa fille filait vers la chaumière, il se leva et pose une bise sur la joue de Aube.

Viens, je t'offre une tisane. J'ai bien besoin d'une pause...

Il sortit de l'atelier, plongea ses mains dans un seau d'eau froide, remonté plus tôt de la rivière, et posé à la sortie de l'atelier, et s'en aspergea le visage pour nettoyer la poussière et la sueur, puis il invita Aube à le suivre vers l'entrée de la chaumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aubedevf

avatar

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: L'atelier   Mar 23 Fév - 11:01

L'odeur du bois lui fouetta le visage. Avec l'odeur du pain qui sort du four, Aube ne connaissait rien qui sente aussi bon que le bois fraîchement travaillé. Elle fit quelques pas à l'intérieur de l'atelier, toujours en tenant la main d'Iliana et vit Arthur se relever, sourire aux lèvres.

Il lui proposa d'entrer, ce qu'elle fit avec empressement, car effectivement, elle n'avait pas très chaud, et le fait d'être restée immobile contre l'arbre n'avait fait qu'accentuer la sensation de froid qui était entrée en elle.

Arthur fit une bise sur le front d'Ili et lui demanda d'aller faire chauffer de l'eau. Il regarda la fillette sortir en sautillant, puis se redressa et fit aussi une bise à Aube. Un petit tremblement s'empara d'elle, heureusement il ne le remarqua pas.


Viens, je t'offre une tisane. J'ai bien besoin d'une pause...

Aube lui sourit en guise de réponse et le regarda sortir pour se rincer les mains. Pendant qu'il était dehors, elle s'approcha de l'établi d'Arthur. Il était occupé à construire une échelle. Aube caressa le bois lisse d'un des montants de l'échelle et jeta un regard circulaire dans la pièce. Il y avait là tout l'outillage indispensable pour un charpentier. Dans un coin traînaient des morceaux de bois de toute taille et de toute couleur. Le sol était couvert d'un tapis de sciure de bois. Aube se baissa et en ramassa une poignée, qu'elle fit couler à travers ses doigts. Sur une étagère près de la fenêtre étaient posées des statuettes, vraisemblablement l'oeuvre d'Arthur. Elle voulu les admirer de plus près mais Arthur rentra dans la pièce et l'invita à la suivre. Aube resserra sa couverture sur elle et quitta l'atelier à la suite d'Arthur.




"Y en a qui ont le coeur si tendre, qu'y reposent les mésanges..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aubedevf

avatar

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: L'atelier   Sam 4 Sep - 13:38

Ces derniers temps, Aube était restée cloîtrée chez elle, n’allant que très rarement en taverne et faisant beaucoup de promenades solitaires dans la campagne. Elle avait besoin de se reposer, elle avait beaucoup donné d’elle-même depuis qu’elle était arrivée à Moulins, peut-être un peu trop.

Mais un matin, au sortir du lit, elle sentit que quelque chose avait changé dans son état d’esprit. Une envie de bouger, de revoir du monde, de retrouver ses amis la submergea et traversa son corps encore endormi comme une vague d’énergie et de chaleur.

Elle fut vite debout, habillée, coiffée, lavée, enfin tout ce qu’il faut pour une jeune fille convenable et courut retrouver son cher Arthur à la chaumière. Quand elle arriva près de lui, elle n’était plus tout à fait convenable, mais là n’était pas l’important. L’important était qu’elle avait retrouvé une envie de vivre et de profiter du temps présent qui ne l’avait plus habitée depuis quelques mois.

Elle trouva son ancien maire préféré dans son atelier, dégoulinant de sueur car travaillant d’arrache-pied à la confection d’une échelle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Dayne
Admin


Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: L'atelier   Lun 6 Sep - 12:30

La fin de l'été approchait. Ce matin là, Arthur avait éprouvé l'envie, le besoin de travailler à l'atelier. Il s'en était éloigné depuis longtemps, et ne revenait y travailler que ponctuellement. Le duché avait besoin de mineurs. Orckis avait besoin de lui à la mairie. Il avait été nommé coup sur coup Chevaucheur à la Hérauderie et Archiviste politique du Bourbonnais Auvergne aux Archives de France. Il n'avait parlé à personne de ces deux nominations. Il voulait les fêter, bien sûr, mais traînait peu en taverne ces derniers temps, sans trop qu'il sache pourquoi, d'ailleurs. Son travail de charpentier avait nécessairement pâti de toutes ses occupations. Mais il aimait y revenir. Même s'il n'y travaillait guère qu'une matinée ou deux par mois, il en éprouvait le besoin impérieux. Comme pour ne pas oublier le lien qu'il avait tissé avec le bois, comme pour ne pas oublier sa chaumière, comme pour ne pas oublier d'où il venait.

Il avait donc décidé ce matin là de travailler sur une échelle. Il n'avait pas eu de commande, mais trouverait bien preneur. Curieux de voir à nouveau de l'animation dans l'atelier, quelques uns des chats l'avaient suivi. Ashara, bien sûr, et Lewyn, le chat noir aux yeux enflammés, qui appréciait tant le contact de la sciure de bois. Barristan aussi, qui fouinait dans tous les recoins à la recherche d'une proie, souris ou mulot quelconque. La chemise d'Arthur traînait sur un montant de bois. La chaleur de cette fin d'été, et la sueur née de l'activité l'avait fait abandonner bien vite le vêtement qui lui collait à la peau.

Il travaillait depuis une paire d'heures lorsque Lewyn, qui se prélassait paresseusement dans la sciure, releva soudain la tête. Ce qui signifiait en langage félin "tiens, voilà un intrus". L'intruse en question était la plus belle apparition qui soit. Arthur posa ses outils, sourire en coin, et alla accueillir son Aube.


Bonjour, toi. Je croyais que c'était une belle journée, mais j'avais tort. Elle ne devient merveilleuse qu'à partir de cet instant...

Avant qu'elle puisse répondre, il déroba un baiser sur ses lèvres, et alla s'asperger le visage d'eau froide.

Que me vaut l'honneur de ta visite, mon Aube?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aubedevf

avatar

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: L'atelier   Dim 12 Sep - 10:45

Aube voulut répondre qu'elle trouvait cette journée différente des autres, bien qu'elle ne sache pas encore vraiment pourquoi, mais Arthur ne lui en laissa pas le temps, lui déposa un baiser sur les lèvres et s'en fut se rincer le visage à l'eau du baquet posé sur l'établi.

Que me vaut l'honneur de ta visite, mon Aube?

Aube tenta de caresser le chat noir, qui avait l’air de dormir dans la sciure, mais qui n’en avait que l’air car, dès que la main de la jeune fille fut trop près de lui à son goût, Lewyn bondit et se faufila par la porte de l’atelier restée entrouverte.

Décidément, tes chats sont vraiment sauvages, aussi sauvage que toi mon bel Arthur lui dit-elle en lui caressant les cheveux. Elle resta un instant à regarder dans la direction par où le chat était parti puis déposa les yeux sur l’échelle qu’Arthur était occupé à confectionner.

Mais tu fais une échelle à ce que je vois ! Figure-toi qu’avant-hier mon échelle s’est cassée, à cause de Domino. Il s’était perché dans mon pommier et ne savait plus redescendre. J’ai pris l’échelle pour essayer de le rattraper, mais les deux échelons de tout en haut se sont cassés sous mon poids. J’ai bien cru que j’allais tomber, mais j’ai pu me raccrocher à une branche. Bon le chat n’a rien, ni moi non plus ajouta-t-elle en voyant le visage de son amant commencer à blêmir, mais l’échelle est tombée et s’est brisée en plusieurs morceaux. Je n’ai plus eu qu'à terminer le travail et ça m’a déjà permis d’avoir une belle réserve de petit bois pour l’hiver à venir. Mais en attendant, les fruits sont bientôt mûrs au verger et j’aimerais bien y aller de temps en temps. Tu crois que je pourrais avoir celle que tu es occupé à faire là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Dayne
Admin


Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: L'atelier   Mar 16 Nov - 17:18

Arthur regarda Lewyn détaler à peine Aube eut-elle tenté de l'approcher. Sale caractère... Du coup, la caresse d'Aube vint se perdre dans ses cheveux embroussaillés.

Décidément, tes chats sont vraiment sauvages, aussi sauvage que toi mon bel Arthur...

Sauvage, moi? Pas au point de te fuir à toutes jambes quand tu viens me câliner, en tout cas...

Mais tu fais une échelle à ce que je vois ! Figure-toi qu’avant-hier mon échelle s’est cassée, à cause de Domino. Il s’était perché dans mon pommier et ne savait plus redescendre. J’ai pris l’échelle pour essayer de le rattraper, mais les deux échelons de tout en haut se sont cassés sous mon poids. J’ai bien cru que j’allais tomber, mais j’ai pu me raccrocher à une branche.

Haussement de sourcil... Et inquiétude qui se dessine sur les traits d'Arthur. C'est que les chutes d'échelle ne lui rappelaient pas de très bons souvenirs.

Bon le chat n’a rien, ni moi non plus... mais l’échelle est tombée et s’est brisée en plusieurs morceaux. Je n’ai plus eu qu'à terminer le travail et ça m’a déjà permis d’avoir une belle réserve de petit bois pour l’hiver à venir. Mais en attendant, les fruits sont bientôt mûrs au verger et j’aimerais bien y aller de temps en temps. Tu crois que je pourrais avoir celle que tu es occupé à faire là ?

Arthur se tourna vers l'ouvrage.

Bien sûr. Laisse moi juste le temps de la renforcer... Pas envie que tu casses une de tes jolies jambes. En attendant... rentrons boire quelque chose. J'ai bien assez travaillé pour aujourd'hui.

Passant son bras autour des épaules d'Aube, il se dirigea vers l'intérieur de la chaumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'atelier   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'atelier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Atelier du Mek Rukza
» Atelier de travail sur le phénomène de l'exclusion dans la société haitienne
» L'Atelier d'Uz' : bastion ork en WIP
» Atelier de travail Exécutif/legislatif pour élaborer un calendrier législatif
» Atelier théâtre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue au village de Moulins ! :: Le village de Moulins :: La Campagne Environnante :: La Chaumière d'Arthur-
Sauter vers: